Femina Logo

Dans l’œil de l'algorithme

«Trop de peau»: Instagram et Facebook censurent «Télérama»

Trop de peau instagram facebook censure telerama

Pour Thomas Bécard, journaliste à «Télérama», «Les algorithmes de Facebook et Instagram, n'aiment pas la nudité, même quand elle n'a rien de pornographique […] La photo de Leslie Barbara Butch ne montre ni sexe, ni téton, évidemment, mais beaucoup de peau. Trop, apparemment, pour les réseaux sociaux.»

© Getty

Des formes (trop?) voluptueuses, des seins cachés par un bras, un cadre photo qui ne descend pas plus bas que le nombril. Voilà la Une de «Télérama», dévoilée le 5 février 2020 sur les réseaux sociaux, qui fait la polémique. Et pour cause, Instagram et Facebook l’ont censurée après sa publication.

Capturé par Jérôme Bonnet, le cliché évoque le thème de la grossophobie, dont la chanteuse Marwa Loud, avec son titre «Allez les gros» (dans lequel elle tourne son poids en dérision), a récemment été victime. Titrée «Pourquoi on rejette les gros?», la couverture du dernier numéro de «Télérama» a fâché l’algorithme des réseaux sociaux... Face à ce mobbing, la Toile n'a pas tardé à s'insurger.

«À propos de cette très jolie couverture sur la grossophobie, où pose une de mes amies, Leslie Barbara Butch, j'ai voulu hier la relayer sur Facebook pour lui rendre hommage, ainsi qu'à vous pour votre courage. Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir immédiatement une menace de censure. Je ne comprends pas, cette photo est magnifique et d'une pudeur extrême.», a écrit un lecteur à «Télérama».

Quant à la star de cette illustration «gênante», Leslie Barbara Butch, elle n'aurait pas pu poster la photo sur son compte Instagram. Dans un article publié le 6 février 2020, le journaliste de «Télérama» Thomas Bécard raconte: «Lorsque [Leslie Barbara Butch] a voulu mettre en «story» la couverture de notre magazine, son compte Instagram a été fermé brutalement. Avant d'être rétabli, 24 h après… Uniquement parce qu'elle avait une connaissance chez Instagram France».

Une parade à la censure

Depuis l’incident, de nombreux internautes ont dénoncé la grossophobie des réseaux sociaux et lancé les hashtags #barbarabutchchallenge et #niquelagrossecensure, en se prenant en photo avec la Une du magazine. Pour ne citer qu’elle, l'auteure à succès Virginie Despentes a posté un cliché qui milite ainsi pour le journal français.

Ce n’est pas la première fois que le magazine culturel rencontre la censure des réseaux sociaux. Il y a quelques années, la publication du tableau «L’origine du monde» de Gustave Courbet, représentant un sexe féminin, avait été retirée de la page Facebook de «Télérama».

Toujours dans le même billet, Thomas Bécard écrit, «Les algorithmes de Facebook et Instagram n'aiment pas la nudité, même quand elle n'a rien de pornographique […]. La photo de Leslie Barbara Butch ne montre ni sexe, ni téton, évidemment, mais beaucoup de peau. Trop, apparemment, pour les réseaux sociaux.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Juliane vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina