Femina Logo

news société

«T’as pensé à»: le compte Instagram recense des témoignages sur la charge mentale

«T’as pensé à»: le compte Instagram recense des témoignages sur la charge mentale

Inconsciemment, Marie a fait «comme sa mère» et a assuré, seule, les tâches liées à l'arrivée d'un enfant dans son couple.

© Getty

Grâce à la bande dessinée d’Emma, la charge mentale éclatait au grand jour. On en a débattu (au bureau, avec son conjoint, ses amies), puis la routine a souvent repris ses droits… Cette double casquette pousse les femmes en couple à gérer non seulement leur job mais également les enfants, les tâches ménagères, la cuisine, les rendez-vous, la vie sociale de la famille, etc. «Ras-le-bol», a pensé Marie du blog «Madame Sourire». Alors qu’elle jonglait entre déposer son fils chez la nounou et courir pour s’assurer d’être à l’heure au travail, elle a créé le compte Instagram «T’as pensé à».

Féministe, sociologue... et victime de charge mentale

Car comme dans la majorité des couples, c’est Marie qui doit penser à tout. À remplir le frigo, téléphoner au médecin généraliste, lancer une lessive, signer les carnets scolaires, veiller à ce qu’aucun membre de la famille ne manque de rien. À l’instar de @tasjoui ou @amourssolitaires, la blogueuse/enseignante/maman reçoit des témoignages qu’elle publie ensuite sur son compte. Elle confie à «Madmoizelle» que c’est suite à une crise dans son couple qu’elle a décidé d’ouvrir «T’as pensé à»:

Je suis féministe, historienne et mon mari est sociologue, et malgré ça on a pété au vol! Je me suis retrouvée à tout gérer sans que mon compagnon s’en rende compte, et sans que je lui dise. En répartition des tâches ça va, mais dans la planification de nos vies, j’avais vraiment tout sur les épaules.

Féminisme connecté: Un an après #BalanceTonPorc, les comptes Instagram à suivre

Malgré sa sensibilité aux inégalités hommes-femmes et son combat féministe, Marie n’a rien vu venir. C’est l’arrivée d’un enfant dans le couple qui l’a «poussé dans mes retranchements», la forçant à «récupérer des réflexes qui sont ceux que j’ai depuis l’enfance». Car la jeune femme a «une mère qui a toujours tout fait. Elle ne m’a jamais appris à tout faire, mais moi je la voyais faire, et ça suffit.» Ou comment reproduire inconsciemment les schémas que l’on ne cesse de combattre.

Exprimer la souffrance des femmes

Via Instagram, elle espère montrer à toutes les femmes qui souffrent qu’elles ne sont pas seules, qu’elles ont le droit de s’exprimer et d’être entendues. Pour faire changer les mentalités, cela doit passer par une égalité réelle dans l’intimité. Mais Marie ne jette pas pour autant la pierre à celles qui ont décidé de rester au foyer:

Il y a évidemment des femmes qui veulent faire le choix de rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants et qui sont très heureuses là-dedans: il faut simplement que le bonheur de chacun soit respecté, et c’est à ça qu’il va falloir réfléchir dans les prochains mois!

Papas en galère: un compte Twitter dénonce la charge mentale subie par les mamans

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.