Femina Logo

news people

Rencontre: Emilia Clarke, la charmeuse de dragons

Femia 43 emilia clarkeslide 0

Emilia Clarke.

© Contour by Getty Images

Sans la perruque blonde de Khaleesi, Emilia Clarke ne ressemble en rien à son personnage de «Game of Thrones», la série culte diffusée sur la RTS. Dans son blouson de cuir noir griffé Yves Saint Laurent, porté sur une robe rouge aux escarpins assortis, elle a bien plutôt l’air d’une rock star et ne s’en défend pas: «J’adore être là où on ne m’attend pas.» Espiègle, elle ajoute: «Plus jeune, j’ai fréquenté un établissement catholique réservé aux filles, mais ça ne m’a jamais empêché de cultiver mon individualité.»

Un prof capital

De fait, l’actrice semble avoir conquis sa place de haute lutte. Elle confirme: «Ce n’est qu’en découvrant la comédie que j’ai compris que c’était la voie à suivre pour mon équilibre moral et physique. Adolescente, je m’intéressais à la décoration, au graphisme, tout en étudiant à Oxford. A 18 ans, c’est contre l’avis de ma famille que je me suis inscrite au Drama Centre London», un prestigieux établissement qui a formé des acteurs comme Pierce Brosnan ou Colin Firth.

«J’ai eu la chance d’avoir des professeurs qui ont fait naître en moi quelque chose de fort à un âge où je ne savais pas exactement ce que je recherchais», dit-elle pour expliquer ce choix. Un homme va cristalliser cette passion: adepte de la méthode Stanislavski, le directeur du département théâtral du Drama Center London pousse en effet les apprentis comédiens à puiser dans leur subconscient pour entrer dans la peau de leur personnage. Sans révéler son nom, l’actrice assure qu’«il n’y a rien de plus important pour un étudiant qu’un bon professeur qui sait écouter et comprendre ses élèves».

Un personnage rare

«Aujourd’hui encore, je cherche les motivations des personnages que j’incarne, même si le scénario n’en dit rien. Cela me permet de mieux jouer, mais aussi d’accepter plus facilement certaines choses qui seraient autrement plus difficiles à tourner.» Violée, battue, mais jamais soumise, Emilia Clarke a en effet connu les pires drames au travers de son personnage de Khaleesi pour «Game of Thrones». Et lorsqu’on s’étonne d’une telle violence faite aux femmes dans la série, elle rétorque: «Chacun est libre de penser ce qu’il veut. Mais il s’agit d’un monde imaginaire, fait de guerres et d’affrontements permanents. La violence me semble donc justifiée, d’autant qu’elle est de pure fiction. Pour une actrice, c’est en outre un personnage rare, tant il est difficile de s’extraire des rôles d’épouse ou de faire-valoir du héros.» Et à ceux qui voient dans la série une analyse politique du monde contemporain, elle répond qu’«il faut arrêter de tout prendre au sérieux. Les informations sont assez déprimantes comme ça.»

Car la déprime n’est pas la tasse de thé de Millie, comme l’appellent ses proches: «J’ai la chance de jouer avec une de mes meilleures amies, Rose Leslie, qui incarne Ygritte dans le show. Hors caméra ou en soirée, j’adore la retrouver. Ensemble, nous sommes toujours au bord du fou rire.» Par ailleurs, deux autres comédiens sont aussi des amis d’enfance. Kit Harington (Jon Snow) et Alfie Allen (Theon Greyjoy) ont en effet grandi dans le même quartier qu’elle.


Emilia Clarke. ©Jeffrey Mayer/WireImage

Côté influence, Emilia répond dans un sourire: «Il y a deux acteurs que je vénère littéralement. D’abord, je suis tombée amoureuse de Matt LeBlanc, Joey dans «Friends», mais… j’avais 14 ans!» Plus sérieusement, elle cite Jude Law. «Je l’ai découvert très jeune dans «Le talentueux Mr. Ripley». Il a une telle présence à l’écran qu’on ne peut qu’être fasciné. Il dégage un truc unique et la caméra l’adore!» Alors, lorsqu’on lui propose le script de «Dom Hemingway», un film dans lequel Jude Law joue un gangster sortant de douze ans de prison, elle accepte immédiatement. «Je me souviens comme si c’était hier de notre premier jour de tournage. Je n’ai pas été déçue! Jude dégage une telle énergie qu’il communique sa passion à ses partenaires… Mais n’allez pas imaginer des trucs! Dans cette comédie policière, il joue mon père.»

Ma carrière avant tout

Côté cœur, justement, on l’a longtemps vue aux côtés du réalisateur et producteur Seth MacFarlane. On lui prête en outre des aventures avec James Franco et Jared Leto ainsi qu’avec son partenaire dans «Terminator Genisys», l’Australien Jai Courtney. Mais de son propre aveu, elle n’a pas encore trouvé le prince Charmant, et ne semble pas trop pressée de se mettre sur son chemin: «Ma carrière m’occupe beaucoup. Je ne reste jamais au même endroit plus de quelques semaines et seule une grande passion pourrait faire changer les choses.» La jeune femme, qui a atteint la trentaine le 23 octobre 2016, ne parle pas non plus de fonder une famille: «Je ne veux pas manquer les nombreuses opportunités qu’on m’offre aujourd’hui. Laissons passer les années et nous verrons si un homme peut me faire changer d’objectif», affirme-t-elle avec une résolution qui ne pourrait être ébranlée «que par l’amour… avec un A majuscule!» finit-elle par avouer dans un sourire moqueur.


A lire aussi:
Jessica Alba, une chicana aux commandes d'Hollywood
Olivia Wilde est maman d’une petite fille
Cinéma: Mark Wahlberg, une canaille à Hollywood


Ce qui la dope Le programme «Clean & Lean For Life», créé par James Duigan qui élimine les toxines du corps avec des recettes de cuisine allégées en sucre et gras saturés.

Son don inattendu Servir une pinte de bière sans faux col! J’ai travaillé derrière le comptoir d’un bar de Hackney, à Londres. J’y serais encore si le destin n’avait frappé à ma porte.

Sur sa shamelist Je suis folle des «Pick’n’Mix», ces magasins anglais dans lesquels vous payez vos bonbons en fonction du poids.

son dernier fou rire Au dernier Comic-Con de San Diego, j’étais au milieu d’une dizaine de filles déguisées comme mon rôle de «Game of Thrones». Il y avait même un garçon habillé en Khaleesi!

Son buzz Une rumeur dingue: la réunion des Spice Girls à Las Vegas en 2017. Je connais tous leurs tubes et je peux même danser la chorégraphie de «Wannabe» par cœur!


©Kevin Mazur/WireImage

Sa news Femme Je n’ai pas encore réussi à avoir la confirmation mais Jay Z aurait acheté un œuf similaire à ceux de Khaleesi dans «Game of Thrones» pour Beyoncé, son épouse. Si ça c’est pas de l’amour (rires).


©Jason Miller/Getty Images

Son actu La saison 6 de «Game of Thrones» diffusée le lundi soir sur la RTS. Elle termine en outre le tournage d’«Above Suspicion», un thriller, avec Jack Huston.


©Jason LaVeris/FilmMagic

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina