Femina Logo

Un peu de réconfort

Pour lutter contre le blues d'hiver, place au Mys, le nouveau Hygge

Mys, c'est le nouvel Hygge en version suédoise, une invitation à accroître son bien-être

Le Mys, c’est le repli dans son cocon, mais de la meilleure des façons, tout en douceur, tout en chaleur, tout en lumière. Une sorte de petit confinement hivernal dans l’air du temps, mais voulu, amélioré et embelli.

© Getty Images

Mys, c’est le pendant suédois du danois Hygge. Pour à peu près le même concept: celui de rechercher le bien-être et le confort dans son cocon domestique comme antidote au froid de l’hiver et à sa morosité ambiante renforcée cette année par l’interminable pandémie. Un mot, et un état d’esprit cosy, qui a déjà traversé l’Atlantique puisque le New York Times l’a même érigé en nouveau chic.

Le Hygge, c’est tellement has been. Après quatre ans à revenir sur le tapis chaque hiver malgré quelques tentatives pour l’éclipser avec des tendances un peu plus obscures et nettement moins populaires comme le lagom ou le gemütlichkeit, le Hygge cède sa place au Mys sur le podium des trends à suivre côté déco et art de vivre à la nordique. Et même si l'hiver suisse ne s’annonce pas si froid que ça, jusqu'ici, on a très envie d’adhérer à ce concept: on n’y voit que des avantages!

Un concept simple et réconfortant

Le premier avantage, et non des moindres, c’est incontestablement sa prononciation, largement plus aisée que celle de Hygge, qu’on n’a jamais réussi à dire correctement, même avec l'aide de son écriture en phonétique. Mys, c’est simple. Aussi simple que d’enfiler une grosse paire de chaussettes. Ou de se glisser sous une couverture moelleuse avec un bon bouquin et une tasse de thé fumant Le chat qui ronronne avachi sur les genoux est en option.

© Katie AZ / Unsplash

Le second avantage du Mys, c’est qu’il sied mieux à 2020. Même s’il n’est pas nouveau côté suédois, qui ont toujours eu les mêmes hivers, le même froid, les mêmes journées avec si peu de lumière. Il sied mieux à 2020, parce que les hivers suédois justement sont paraît-il encore plus longs et plus rigoureux que les hivers danois. Donc le sentiment de vouloir être encore plus au chaud sous un plaid douillet à la lueur des bougies en buvant un thé au coin du feu n’en est que plus intense et recherché. Et c’est indiscutablement ce qu’il nous faut, cet hiver de pandémie, un sentiment de cocooning renforcé puisqu’on ne peut pas sortir se réchauffer autour d’un vin chaud au marché de Noël, trouver du réconfort dans les bras chaleureux de sa grand-mère ou se calfeutrer dans un chalet pour regarder la neige tomber avec ses amis, en augurant les centimètres de poudreuse qu’il y aura le matin au réveil pour aller skier, en meute.

Le Mys, c’est exactement l’inverse de l’esprit de meute. C’est le repli dans son cocon, mais de la meilleure des façons, tout en douceur, tout en chaleur, tout en lumière. Une sorte de petit confinement hivernal dans l’air du temps, mais voulu, amélioré et embelli.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Fabienne vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E48: Comment se libérer de nos émotions négatives

Dans vos écouteurs

E47: Comment renouer avec nos passions

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné