Femina Logo

news société

L’inégalité salariale coûte des dizaines de milliards

Getty Images web

Un même open space, un même métier... mais parfois des revenus différents.

© Getty

L’équivalent du PIB d’un pays comme le Luxembourg: 72 milliards de francs. C’est le pactole dont la France bénéficierait chaque année si les inégalités salariales entre hommes et femmes étaient comblées, affirme une étude du think tank Concorde. En étant mieux payées, explique la fondation, proche de la droite modérée, les actives cotiseraient davantage, paieraient plus d’impôts et amèneraient donc mécaniquement un surplus de recettes pour l’Etat.

Sans compter les effets positifs sur l’économie. «Avec une hausse de leurs revenus, les femmes consommeraient davantage, ce qui profiterait aux entreprises et aux trésoreries percevant la TVA», confirme Mathias Rossi, professeur à la HES-SO et directeur de l’institut Entrepreneuriat et PME. «Ce genre de calcul est le bienvenu, il montre que les Etats ont tout à gagner dans la résorption de ces différences de salaire. On parle de l’Hexagone, mais des changements impressionnants seraient aussi visibles en Suisse.»

Des nuances s'imposent

Du coup, qu’est-ce qu’on attend pour les combler une bonne fois pour toutes, ces fameuses inégalités? C’est en réalité un poil plus complexe. «On mentionne souvent dans les médias des taux de 10, 15, voire 20% de différences entre revenus masculin et féminin, mais reste à déterminer quelle est la part reposant véritablement sur des décisions discriminatoires», avance l’économiste Irenka Krone-Germann.

Cette spécialiste de la répartition du travail en Suisse tient à rappeler à quel point ce concept d’inégalités mélange des aspects différents. Un certain nombre de ces déséquilibres s’expliquerait ainsi par des faits objectifs. Les femmes occupant plus souvent des postes à temps partiel, leur valeur sur le marché de l’emploi s’en ressentirait. «Elles peuvent être alors pénalisées par des critères aussi divers que leur expérience, leur formation, leur âge», éclaire l’économiste.

Un chiffre qui ouvre les yeux

La population féminine active aurait également tendance à «choisir des carrières moins rentables», ajoute Mathias Rossi. Reste qu’une proportion de ces inégalités relève encore pourtant bien de la discrimination pure, note l’organisation Equal Salary. Même si «cette part, très difficile à quantifier, semble avoir diminué au cours des dernières années», souligne Irenka Krone-Germann.

Au fond, même si ces 72 milliards sortent d’un calcul un brin capillotracté, le chiffre aura malgré tout valeur d’électrochoc: que les femmes soient moins payées par préjugé sexiste ou parce qu’elles optent davantage pour le temps partiel (désiré ou subi), la survalorisation du mâle alpha des bureaux coûte à la société.


A lire aussi:
Quand le travaille déraille
Où sont les filles sur Youtube?
Inégalités hommes femmes: des infographies à connaître

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E43: Comment recharger nos batteries d'ici Noël

Octobre rose

Episode spécial Octobre rose: Un message de soutien aux patientes et à leurs proches

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina