Femina Logo

news people

Les stars réagissent au décret anti-immigration de Trump

Ddlovato
© Instagram ddlovato

Le dimanche 29 janvier 2017, Ashton Kutcher ouvrait la cérémonie des Screen Guild Awards en s'adressant à tous ceux «actuellement coincés dans des aéroports.» Depuis quelques jours, le peuple américain est scandalisé; les protestations pleuvent, depuis qu'a été signé le décret de Donald Trump, interdisant l'accès aux Etats-Unis des ressortissants de l'Iran, l'Irak, la Syrie, la Somalie, le Soudan, la Lybie et le Yémen, ainsi qu'aux réfugiés. Selon le président, cette décision aurait pour but d'empêcher l'entrée éventuelle de terroristes sur le sol américain.

Le fameux décret, directement poursuivi en justice par l'organisation ACLU (American Civil Liberties Union) en a estomaqué plus d'un. Ainsi, le tout-Hollywood a tenu à exprimer toute sa colère sur les réseaux sociaux, enchaînant tweets courroucés et messages de soutien aux réfugiés, lesquels ne seront plus accueillis sur le territoire américain pendant plusieurs mois.

#NoMuslimBan

Sur Twitter ou Instagram, les célébrités profitent de l'importante audience dont elles disposent pour élever leurs voix et dénoncer cette réalité qui leur est aussi insupportable qui leur semble contraire aux valeurs de leur pays. Dans leurs messages de protestation et de désolation quant à la situation politique actuelle, des stars telles que Demi Lovato et Jessica Chastain soulignent le rôle qu'a joué l'immigration dans l'histoire des Etats-Unis, rappelant que des personnes très proches d'elles sont parvenues sur le territoire américain avec un visa de réfugié.

Une photo publiée par Demi Lovato (@ddlovato) le

Fou de rage, Ashton Kutcher a notamment tenu à défendre son épouse, Mila Kunis, arrivée en Amérique avec un visa de réfugiée après avoir fui l'Ukraine, en 1991. Lui qui semblait déborder d'émotions lors des SAG Awards ne cesse de tweeter sa colère et son incompréhension. Il s'agit d'un sujet qui le touche de très près, et on le comprend.

Kim Kardashian, John Legend, Miley Cyrus, ou encore Alyssa Milano, tous personnellement touchés et attristés par la situation, ont posté des messages similaires. Si Rihanna se dit profondément «dégoutée» (en se fendant de quelques jurons par-ci par-là), Kim nous sort carrément une fiche de statistiques, à même d'éclairer toute l'absurdité du décret du président américain.

Evidemment opposée à ces mesures, Hillary Clinton a exprimé son soutien aux manifestants et protestations aux décisions du président: «Ceci n’est pas qui nous sommes», écrit-elle.

Et Donald Trump, en réaction à toutes ces protestations, que fait-il? Il tweete. Semblant nullement déidé à changer d'avis ou à adoucir la radicalité des mesures prises lors de ses tout premiers jours en tant que président, il défend ses points de vues, avançant que la promesse d'empêcher l'entrée de terroristes avait été très importante lors de sa campagne. «Si le décret avait été annoncé une semaine avant sa mise en œuvre, le «mal» aurait saisi cette opportunité pour entrer dans notre pays. Il y a beaucoup de mauvais gars, là-dehors!»

Le monde ne s'attendait certainement pas à ce que des décisions aussi drastiques soient prises aussi rapidement et n'imaginait peut-être pas que le nouveau président américain tienne ses promesses, suivant son programme à la lettre, sans perdre la moindre miette de temps. Une chose est sûre: le peuple américain est insatisfait, scandalisé, pleure des valeurs qu'il voit aujourd'hui bafouées (preuve par la Une de «The New York Times Magazine»). Malheureusement, il ne devrait pas être au bout de ses surprises...


A lire aussi:
Entouré d'hommes, Donald Trump signe un premier décret anti-IVG
Women's March on Washington: une armée pacifique anti-Trump
#FeminaOpinion: comment accepter l'abominable Trump?

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.