news société

    Women’s march on Washington: une armée pacifique anti-Trump

    Des milliers de femmes défileront dans la capitale américaine ce 21 janvier 2017, au lendemain de l’investiture du nouveau président Donald Trump. Si de nombreuses stars participeront à cette initiative, ce sont bel et bien de simples citoyennes qui sont à l’origine de cette marche historique.

    Publié le 
    17 Janvier 2017
     par 
    Juliane Monnin

    «Je me vois un peu comme un microphone qui amplifie les voix qu’on n’entend pas» confie à «Grazia», Alyssa Klein, organisatrice de la Women’s March on Washington. La jeune femme de 25 ans explique qu’elle a décidé de consacrer chaque jour de congé à cet acte militant imaginé par elle et deux autres activistes, Cassady Fendlay et Paola Mednoza.

    La community manager qui gère des milliers d’abonnés (Facebook et Twitter WMW, Women’s March on Washington) aux faux airs d’adolescente skateuse ne sous-estime pas l’importance majeure de leur engagement:

    Je suis engagée dans un moment historique, appuie-t-elle.

    Mais comment en aurait-il pu être autrement face au positionnement misogyne et insultant de Trump envers les femmes? Et nous, aurions-nous eu le même courage que ce trio féminin qui marchera ce 21 janvier 2017 aux côtés d’une armada de quelque 200 000 personnes inscrites?

     

     

    Difficile de le savoir, mais comme il est plaisant de parler de ces ladies, prêtes à défendre leurs droits grâce à une mobilisation jamais vue après une élection présidentielle aux Etats-Unis.

    La Women’s March on Washington, son origine

    Comment est né ce mouvement anti-Trump? Cassady Fendlay, porte-parole de la WMW, raconte que tout est parti de Theresa Shook. Au lendemain de la victoire de Trump, cette grand-mère habitant à Hawaii a créé un évent privé sur Facebook avec des amies. Mais très vite des milliers avaient répondu présentes.

    Afin de faire cesser les critiques reçues sur le manque de diversité au sein de leur organisation et de faire taire certains détracteurs qui se désolaient que leur premier nom soit un copié collé de la Million Women March (une marche des femmes noires à Philadelphie en 1997), le «noyau» agit. Il fait des excuses publiques et nomme à la direction du mouvement trois femmes noire, hispanique et musulmane, des activistes professionnelles.

    Aujourd’hui, la Women’s March on Washington, toujours à la recherche de sponsors à quelques jours du jour J, compte d’ores et déjà une centaine de partenaires: des associations féministes, écologistes ou antiracistes.

    La Women’s March on Washington, pas clairement anti-Trump

    Même si elles avouent que l’événement n’aurait pas eu lieu avec Hillary Clinton au pouvoir, les organisatrices ne définissent pas la marche comme anti-Trump. Pour elles, l’objectif est clair: montrer que la cause féminine touche toutes les sphères de la société. Aussi, toujours dans les lignes de «Grazia», Cassady insiste, «il (Trump) est le symptôme, pas le problème».

     

     

    Une photo publiée par Women's March (@womensmarch) le

     

    La Women’s March on Washington, soutenue par les stars

    Après avoir d’une façon quasi unanime envoyé promener Trump concernant un quelconque soutien lors de son investiture, la sphère people américaine a fait entendre sa voix dans une reprise d’«I will survive» de Gloria Gaynor. Emma Stone, Natalie Portman ou encore Amy Adams ont participé à cette ironie orchestrée par «W Magazine», à une semaine de l’arrivée à la Maison-Blanche du 45e président.

     

     

    Et les stars d’Hollywood ne s’arrêteront pas là. A l’instar de Katy Perry ou Scarlett Johansson, nombreuses sont celles qui sont inscrites à la Women’s March on Washington.

    Des voix s’élèvent donc de toutes parts dans une période très sombre des Etats-Unis. Gageons que nous aurons les yeux rivés sur nos petits écrans ce 21 janvier 2017 pour ne rien manquer. Et on s’entendra probablement scander à Barack Obama, une dernière fois: «4 more years, 4 more years».

     

     

    Envie de prendre part à la Geneva Womens March? Connectez-vous au compte Twitter ou à l’événement Facebook. Sur les réseaux sociaux, suivez le mouvement avec le hashtag #WhyIMarch.

     


    A lire aussi:
    Donald Trump président, le pire cauchemar des femmes
    Vidéo: l’émouvant dernier discours de Michelle Obama

    #FeminaOpinion: comment accepter l’abominable Trump?

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O