Femina Logo

L'édito

L'édito de Sonia Arnal: Mystère entre 4 murs

Arnal Sonia Edito 39

«Mes soupçons se sont dès lors portés sur JC et son air suspect, le chat de Moutier pas toujours super-smart, mais qui sait ouvrir les portes, l’animal. J’ai donc arpenté le couloir, me disant que le félin avait sans doute passé un pacte avec le robot pour le laisser s’enfuir...»

© Ludovic Andral

Dès que j’ai ouvert la porte de chez moi, j’ai bien vu qu’un drame s’était joué en mon absence. En partant le matin, j’avais confié à mon robot la gratifiante tâche de dépoussiérer la chambre à coucher. Comme j’ai acheté le modèle basique, celui qui ne demande pas à son heureux propriétaire un CFC de programmateur avant de daigner ôter la première poussière de son chemin, je dois lui préparer le terrain et ne rien laisser sur sa route. Sinon, il n’a pas de limites, il continue et avale tout sur son chemin jusqu’à épuisement de sa batterie. J’avais donc pris soin d’enlever tout ce qui encombre la chambre, des livres au chevet du lit aux souris de Jean-Claude (le chat). Puis j’ai fermé les placards, les deux portes, le balcon et je suis partie travailler.

A mon retour, quelques heures après, j’ai vu d’entrée que JC avait l’air pas net. J’ai ouvert la porte de la chambre à coucher: pas de robot aspirateur; j’ai regardé sous le lit, sous le fauteuil où parfois il reste coincé; je suis même, un peu bêtement, allée voir dans les placards – alors qu’on n’a jamais vu un aspirateur rond sans bras ni intelligence ouvrir une porte pour jouer à cache-cache, mais bon… j’ai dû m’avouer vaincue.

On était là dans un classique du roman noir, le forfait dans une chambre parfaitement close. Par où la stupide machine avait-elle bien pu passer et où était-elle allée?

Ça m’a vraiment secouée cette affaire, je me suis dit que je m’étais trompée de jour et qu’en fait je ne l’avais pas mise en branle ce matin-là, que la machine devait être comme d’hab sur son socle. Mais non, elle n’était pas dans la cuisine non plus. Je suis retournée dans la chambre et j’ai tout revérifié. Rien.

Enquête résolue

Mes soupçons se sont dès lors portés sur JC et son air suspect, le chat de Moutier pas toujours super-smart, mais qui sait ouvrir les portes, l’animal. J’ai donc arpenté le couloir, me disant que le félin avait sans doute passé un pacte avec le robot pour le laisser s’enfuir. Rien dans le couloir. Peut-être des indices de bref passage dans la grande salle de bains, un tapis malmené, notamment, mais le genre de désordre parfaitement à la portée du JC (dans le Jura, même bernois, on met souvent un article devant les prénoms, donc, pour ne pas trop le dépayser, on dit «le JC»).

J’ai comme ça remonté la piste dans tout l’appartement pour finir par retrouver mon Roomba à l’autre bout, épuisé, sous le lit de ma fille. Tout ça pour vous dire que le chat, non seulement il sait ouvrir les portes, mais qu’en plus maintenant il les referme derrière lui en partant. Sur ce coup-là, il m’a bluffée, le JC.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E44: Des recettes du bonheur venues d'ailleurs

Dans vos écouteurs

E43: Comment recharger nos batteries d'ici Noël

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina