Femina Logo

L'édito

L'édito de Sonia Arnal: Écolo-bobo, enfin, presque..!

Arnal Sonia Edito 19

J’ai essayé de laisser faire la nature. JC, le chat donc, se laisse parfois tenter par une araignée ou une mouche bien frémissante depuis que je l’ai mis au régime. Je me suis dit que j’allais miser sur lui pour me défaire des intruses...

© Ludovic Andral

Je suis une personne à risque. J’ai découvert ça la semaine passée en lisant Le Matin Dimanche. Ce n’est pas un AVC, ni une crise cardiaque, qui me guette, c’est l’invasion de fourmis. Car j’habite au rez-de-chaussée et j’ai un jardin. Je confirme le pronostic des spécialistes: chaque printemps, c’est Omaha Beach à la maison. Elles débarquent en troupe dans ma chambre à coucher, dans la cuisine et dans le salon.

Je dégaine les petits boîtiers verts pour garder l’invasion sous contrôle, mais, ai-je appris dans le même journal, c’est mal de tuer les fourmis avec les boîtes vertes. Me voilà, avec mes armes de destruction même pas massive, en pleine transgression des nouvelles normes écologiques – à mon avis, mon acte d’agression envers la nature se situe quelque part entre le fait de ne pas écraser la bouteille avant de la mettre dans la poubelle PET (la mettre ailleurs que dans une poubelle PET, ce n’est plus un délit, c’est un crime) et le fait de consommer du café en capsule même pas rechargeable.

Un chat contemplatif

Histoire d’éviter de finir sur le bûcher, j’ai essayé de laisser faire la nature. JC, le chat donc, se laisse parfois tenter par une araignée ou une mouche bien frémissante depuis que je l’ai mis au régime. Je me suis dit que j’allais miser sur lui pour me défaire des intruses – les petites bêtes qui nourrissent les grosses, le grand cycle de la vie, tout ça tout ça. Outre le fait que c’est quand même pas mal ses croquettes qui attirent les fourmis (je les ai vues transporter de nombreux éclats de granulés en une colonne expéditionnaire fort efficace), et qu’il est donc normal qu’il paie un peu de sa personne, je me suis dit que c’était en plus une solution zéro déchet, pas de plastique, rien.

Mais JC est un contemplatif. Il aime observer les oiseaux, regarder passer les chats dans le jardin… et les fourmis dans l’appartement. Il s’assied et il les admire, même quand elles lui chouravent ses croquettes pourtant rationnées.

Il a bien essayé d’appuyer dessus avec la patte, pour voir, mais c’est tout. N’économisant pas ma peine, j’en ai attrapé une que je lui ai collée d’autorité dans la bouche – un peu comme avec un petit qui dit qu’il n’aime pas les crevettes et qui, une fois qu’on l’a forcé à goûter, trouve ça délicieux. Rien du tout! JC a avalé mais en est resté là. Il n’en a pas redemandé, alors que pourtant il mange des avocats et des framboises. Peut-être que le chat est en train de virer végane à force d’habiter sous gare. Je vous laisse, j’ai des boîtes vertes à racheter.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.