Femina Logo

news société

Adopter un chat: mission impossible?

Langueurs de piscine et souvenirs d’enfance

«J’en suis à me demander si je ne vais pas renoncer à cette histoire de chat, au profit d’un troisième enfant. Finalement c’est beaucoup moins de contraintes, quand on y pense.»

© Ludovic Andral

Ben, heureusement que les exigences sont moins élevées pour les enfants – sinon, jamais on ne m’aurait autorisée à me reproduire. Il y a quelque temps, mon cher Loulou-dit-Jésus, le chat, est mort. Alors qu’il avait quand même survécu à bien des misères – c’est le seul félin de mon entourage à avoir fait un choc anaphylactique quasi mortel en essayant d’assassiner froidement une guêpe d’un coup de patte. Et je vous épargne ses autres maladies.

Bref, le pauvre animal décédé, j’ai fait mon deuil – ça n’a pas été sans mal. Et puis un foyer étant sans âme quand il est sans chat, je me suis mise en quête d’un matou. Assez vite je suis tombée sur des sites, qu’on pourrait dire de rencontre, des sortes de Tinder du minet. C’est là que j’ai découvert que j’étais un fort piètre parti. Impossible de me recaser, comme proprio de Mistrigri: je n’ai pas le niveau.

Pour beaucoup de refuges ou associations, exclu d’adopter un seul individu: c’est le duo pack ou rien, à moins d’en posséder déjà un. Alors que, quand j’ai décidé d’avoir mon premier enfant, personne n’a exigé qu’il ne soit pas enfant unique, histoire de garantir sa socialisation et de ne pas le laisser s’enfoncer dans la dépression de la solitude.

Comment le chat est devenu l'animal de compagnie N°1

Verger obligatoire

Ensuite, il faut offrir au chat un accès extérieur. Un jardin, genre. Mais attention: il doit être clôturé OU très loin de la prochaine grande route. Le truc facile, en ville. Autre option possible, si vraiment on a loosé dans la vie et qu’on ne peut pas offrir à son chat un verger sécurisé en plein Lausanne ou Genève, le balcon rendu parfaitement inviolable par un filet idoine. J’ai compris assez vite que je ne pourrais pas m’aligner sur ces exigences et que j’allais être recalée comme une segundo passant son examen de naturalisation à Nyon: de façon très humiliante.

Je me suis donc focalisée sur les privés. Certains n’y vont pas de main morte non plus, préférant qu’un des membres de la famille soit au foyer, que la bête ne soit pas seule à la maison. J’en suis à me demander si je ne vais pas renoncer à cette histoire de chat, au profit d’un troisième enfant. Finalement c’est beaucoup moins de contraintes, quand on y pense.

Témoignage: je ne pourrais pas vivre sans mes chats

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.