Femina Logo

Contraception, post-partum, ménopause...

L'édito de Géraldine Savary: «Votre santé nous intéresse»

Geraldine savary edito

«Ici à Femina, nous avions envie de connaître vos parcours de vie et de santé. Nous avons donc décidé de lancer un questionnaire auprès de nos lectrices, ainsi qu’auprès de celles de 24 heures et de la Tribune de Genève, pour vous donner la parole. Ce coup de sonde n’a pas valeur scientifique, mais il est unique: c’est la première fois qu’une telle opération est lancée.» - Géraldine Savary

© Anoush Abrar
«Je pèse entre 45 et 50 kilos et pense que le dosage des médicaments est toujours beaucoup trop fort pour moi.»
«J’ai eu des migraines liées aux règles durant vingt ans.»
«La préménopause et les moyens d’adoucir cette période n’intéressent pas les médecins.»

Voilà quelques-uns des témoignages que vous allez découvrir dans l'édition de Femina du 14 novembre (en ligne le 18 novembre 2021). Dans le sillage des grandes manifestations en faveur de l’égalité entre hommes et femmes en 2019, la question de la santé des femmes est apparue avec force. Stupéfaites, nous avons découvert qu’accouchements, douleurs chroniques, contraceptions, rythmes cardiaques, ménopauses, post-partum, baby blues avaient été largement sous-étudiés par la recherche médicale, que nos grands et petits bobos avaient aussi un rapport avec notre genre, que nous étions beaucoup à être seules pour affronter un corps fragile.

Ici à Femina, nous avions envie de connaître vos parcours de vie et de santé. Nous avons donc décidé de lancer un questionnaire auprès de nos lectrices, ainsi qu’auprès de celles de 24 heures et de la Tribune de Genève, pour vous donner la parole. Ce coup de sonde n’a pas valeur scientifique, mais il est unique: c’est la première fois qu’une telle opération est lancée.

«Ça va passer, Madame»

Vous avez été 11 000 à vous intéresser aux questions et plus de 3000 à y répondre complètement. Et, surtout, vous nous avez laissé de nombreux témoignages, récits, expériences qui racontent les difficultés, parfois les traumatismes à vous faire entendre du corps médical. Certaines d’entre vous renouvellent leur confiance et leur reconnaissance pour les médecins qui les suivent et les accompagnent, d’autres attendent plus d’écoute et d’attention. Il ne s’agit donc pas ici de jeter la pierre à quiconque.

Il est temps néanmoins que la chaîne sanitaire se préoccupe plus activement de la santé des femmes, que la recherche se penche sur les effets indésirables des traitements qui sont promus, que l’information soit donnée aux patientes de manière transparente sans qu’on dise «ça va passer, Madame». Les hôpitaux universitaires sont dotés aujourd’hui de centres consacrés aux questions de santé liées au genre, les prises de conscience germent, les a priori guérissent. Puisse le dossier que nous publions contribuer à changer les pratiques et les mentalités.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E68: Comment ajouter plus de fibres à notre alimentation

Dans vos écouteurs

E67: Pourquoi sommes-nous si souvent fatigué-e-s?

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné