Femina Logo

Politique

L'édito de Géraldine Savary: «Joue-la comme Simonetta»

Géraldine Savary rédactrice en chef Femina éditorial

«J’ai rencontré Simonetta au Conseil des États. [...] très vite, nous sommes devenues complices, on se partageait les rôles, chacune sa partition, elle toujours du côté des solutions.»

© ANOUSH ABRAR

Le rideau s’est refermé sur Simonetta Sommaruga. Les fanfares du canton du Jura qui chantent leur première conseillère fédérale, Elisabeth Baume-Schneider, effacent déjà la trace de ses pas. Elle est partie à sa manière, avec grâce et retenue. Le bilan de sa gouvernance a été abondamment commenté, on a mis des notes à ses années à la tête de deux départements, forcément en demi-teinte selon l’expression consacrée.

Permettez, alors que Simonetta Sommaruga sort du Conseil fédéral et entre dans les livres d’histoire, de revenir, en guise d’au revoir, sur ce qu’elle nous laisse, au-delà de son album de lois et de votations. J’aimerais précisément évoquer ici sa générosité, une qualité pas si fréquente en politique.

La sororité au Parlement

Car Simonetta Sommaruga est partageuse. Avec les femmes en particulier. Elle a conseillé des politiciennes plus jeunes qu’elles, leur a apporté soutien et encouragement quand elles se lançaient dans leur carrière. C’est grâce à elle que le vivier des femmes socialistes en Suisse alémanique est si riche. Pascale Bruderer, Evi Allemann, Flavia Wasserfallen ou Tamara Funiciello n’auraient pas eu le même parcours si Simonetta Sommaruga ne les avait pas, au début de leur avancée, prises sous son aile et considérées non pas comme des menaces futures, des concurrentes potentielles, mais des amies et des alliées.

Bien sûr, il y avait aussi des arrière-pensées. Elle s’assurait ainsi que des artisanes de poids au Parlement défendent ses projets de loi. Ainsi va la politique qui consiste à tempérer les vraies loyautés et les grandes émotions par la froideur des ambitions.

J’ai rencontré Simonetta au Conseil des États. Sur le papier des documents de position, nous étions comme deux continents étrangers; très vite, nous sommes devenues complices, on se partageait les rôles, chacune sa partition, elle toujours du côté des solutions. Elle m’a donné plein de petits trucs pour affronter les difficultés et les majorités hostiles, et aujourd’hui je les transmets à mon tour aux jeunes femmes qui se coltinent des courses d’obstacles professionnelles.

À mes filles, je dis désormais «suivez la méthode Sommaruga», qu’on pourrait résumer ainsi: à chaque jour suffit sa peine, ne te retourne pas en arrière, ne regarde pas trop en avant, un pas derrière l’autre. Enfin, quiconque a rencontré Simonetta sait qu’on peut compter sur elle quand la vie éprouve. Jusqu’à mon dernier souffle, je me souviendrai de sa droiture et de sa bienveillance.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Tout va bien E89: Comment mieux comprendre nos rêves

podcast astrologie

Recto-Verseau: Les prévisions de l'année 2023 pour tous les signes

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné