Femina Logo

nos corps, nos choix

L'édito de Géraldine Savary: «Femmes, vie, liberté»

Géraldine Savary rédactrice en chef Femina éditorial

«Des femmes d’Iran, de tous âges et de toutes origines, enlèvent courageusement leur voile, coupent leur chevelure en se photographiant sur les réseaux sociaux, montrent leur visage à la face du pouvoir et du monde.» - Géraldine Savary

© ANOUSH ABRAR

Une mèche de cheveux qui s’échappe, rebelle, d’un foulard, et voilà que la vie de Mahsa Amini, 22 ans, lui est volée. Le 13 septembre 2022, la jeune Iranienne d’origine kurde se rendait dans sa famille, elle se réjouissait sans doute de retrouver les siens, elle n’a pas fait complètement attention aux règles de la dictature vestimentaire imposées aux femmes par le régime ultra-conservateur qui sévit dans le pays depuis 2021. La police des mœurs l’a arrêtée en plein élan, «interrogée» pendant trois jours pour la «rééduquer» aux bonnes pratiques, et elle s’est retrouvée dans le coma à l’hôpital, le corps enlacé de tubes, la peau exposant des bleus et des hématomes.

Elle est morte le 16 septembre 2022, sans rouvrir les yeux.

Depuis, la rébellion s’est étendue de la mèche de cheveux à tout le pays, les arrestations et les morts se multiplient, plus de quarante à l’heure où j’écris ces lignes, dont celle de Hadis Nafaji, vingt ans, étudiante, qui a osé défiler dans la rue la tête nue.

Depuis, dans 30 des 31 provinces du pays, des femmes d’Iran, de tous âges et de toutes origines, enlèvent courageusement leur voile, coupent leur chevelure en se photographiant sur les réseaux sociaux, montrent leur visage à la face du pouvoir et du monde. Elles chantent Bella Ciao dans les rues de Téhéran ou d’Ispahan. On dirait un message lancé au nouveau gouvernement d’extrême droite de Giorgia Meloni, ou plus vraisemblablement à toutes celles et tous ceux qui ont aimé et regardé les mutins espagnols de la Casa de Papel résister aux forces de l’ordre en entonnant l’hymne des partisans de la liberté face à l’oppression.

Luttons contre les atteintes à la liberté

L’indignation d’une partie de la population iranienne face à la mort de Mahsa devrait être la nôtre, de la même force et de la même nature que celle que nous avons manifestée quand l’Afro-Américain George Floyd a étouffé sous la poigne d’un policier aux États-Unis.

Le décès tragique de Mahsa témoigne de la violence d’un système politique autocratique adossé à l’intégrisme religieux et qui se sert des femmes pour imposer son pouvoir comme un propriétaire terrien affiche son cheptel en marquant ses bêtes au fer.

On attend autre chose que la «retenue» demandée par le Conseil fédéral ou le secrétaire général de l’ONU à la République islamique d’Iran, on espère autre chose que la retenue que nous montrons, ici en Occident, à dénoncer, massivement et clairement, ces atteintes à la liberté.

Retrouvez cet édito dans le magazine Femina du 2 octobre 2022.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné