Femina Logo

Mode

L'édito d'Alexandre Lanz: «Kim et les robes profanes»

Edito alexandre lanz

«Kim Kardashian a beau avoir dessiné les contours des canons de beauté actuels, filtres et injections à l’appui, elle ne reste qu’une image, un mirage de mode.»

© ANOUSH ABRAR

Drôle de condition que celle de Kim Kardashian: elle est partout et nulle part à la fois. Ultravisible et invisible en même temps. Sublime comme une reine d’Arménie (son pays d’origine) et aussi insignifiante qu’un mannequin de vitrine. En 2022, la femme la plus photographiée est aussi muette qu’une carpe. Elle a beau avoir dessiné les contours des canons de beauté actuels, filtres et injections à l’appui, elle ne reste qu’une image, un mirage de mode. Rien de véritablement agaçant ou nuisible jusqu’ici. Soyons honnêtes: il n’existe aucun argument contre l’icône des écrans tactiles. En deux mots, Kim Kardashian, ça nous est bien égal. Ne commettant ni disque, ni clip, elle n’envahit pas les ondes. Rempli à bloc de rendez-vous avec son armée de stylistes pour choisir ses tenues les plus sensationnelles, son agenda ne lui laisse pas plus de temps pour le cinéma. Hors médias sociaux, on ne la subit pas plus sur grand que petit écran.

Pourtant, début mai 2022, du haut de son statut de muse des fancy designers, elle dérape au Met Gala 2022. Débarquée dans la robe ajustée sur le corps de Marilyn Monroe 60 ans plus tôt pour le légendaire Happy Birthday, Mister President à John F. Kennedy quelques mois avant sa mort, la princesse du vide commet une faute de goût indélébile dans son lookbook.

Tétons cachés

Sabotage, sacrilège! L’inévitable comparaison n’est évidemment pas à son avantage. Le message est cristallin: il ne suffit pas d’un vêtement pour s’approprier l’aura d’une superstar. Kim Kardashian n’a visiblement pas compris qu’Instagram est un peu étriqué pour une pièce autant chargée d’histoire, de glamour et de tragédie. «Grossière erreur», sentenciait Bob Mackie, le couturier légendaire qui avait réalisé le croquis original de la robe pour la maison Jean Louis.

«Cette robe a été conçue pour Marilyn, personne d’autre ne devrait être vu dedans.»

Imperturbable, Kim Kardashian continue le carnage en enfilant la pâle copie d’une autre pièce anthologique au défilé haute couture de son ami Olivier Rousteing pour la maison Gaultier. Changement d’époque: symptomatique de la pudibonderie ambiante, Kim Kardashian prend bien soin de cacher ses tétons dans la réplique de la robe créée en 1992 par le couturier parisien et portée en son temps par Madonna, sa complice de toujours, deux ans après les bonnets (i)coniques de son corset doré. Alors Kim, à quand le prochain fashion faux pas?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Alexandre vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné