Femina Logo

demandez l’addition

Le coût de la virilité? 100 milliards d’euros par an

Le coût de la virilité? 100 milliards d’euros par an

«Les hommes sont surreprésentés dans tous les types d’infraction, explique l'historienne Lucile Peytavin. Tout cela a un coût, à la fois direct pour l’État (forces de l’ordre, service de justice, de santé), mais aussi indirect et supporté par toute la société.»

© Getty Images

Par an, la France économiserait 95,2 milliards d’euros si les hommes se comportaient comme des femmes. C’est le constat que fait l’historienne Lucile Peytavin dans son dernier ouvrage, Le Coût de la virilité (Ed. Anne Carrière). La chercheuse s’est intéressée à ce phénomène en tombant sur le pourcentage d’hommes dans la population carcérale française: 96%. «J’ai alors ouvert les yeux, explique-t-elle à Cheek Magazine. Les hommes sont responsables de l’immense majorité des faits de violence, de délinquance, de criminalité ou encore de comportements à risque dans notre société. Derrière ces comportements, il y a des services de police, parfois des enquêtes, des frais de justice, des victimes, peut-être des vies brisées…»

«Je me suis dit assez naturellement qu’il fallait calculer le coût de tout cela.»

Un chiffre pour faire bouger les mentalités

Lucile Peytavin cite plusieurs pourcentages pour étayer son point de vue: 99% des auteurs de viol sont des hommes, 86% des meurtriers et 85% de vols avec violence également. Le coût de ces comportements à risque est exorbitant, puisqu’il comprend à la fois des coûts directs pour l’Etat (forces de l’ordre, justice, santé) mais également un coût indirect supporté par toute la société. L’historienne a calculé ce dernier en se basant notamment sur les souffrances physiques et morales des victimes qui induisent une perte de productivité.

Comme le souligne la chercheuse, le chiffre de 100 milliards d’euros est colossal: «il est équivalent au déficit annuel du budget général de la France. Si l’on économisait ce coût de la virilité, le budget serait à l’équilibre. Pour donner un autre ordre de grandeur, on estime que 7 milliards d’euros sont nécessaires pour éradiquer la grande pauvreté en France, et que la dette de l’hôpital public est de 30 milliards.» Elle souligne également les bienfaits qu’engendrerait un changement des comportements masculins: les femmes n’auraient plus peur de marcher seules dans la rue, de se faire agresser.

«Sans cette injonction à être fort et viril, nous vivrions tous dans une société nettement plus riche et serions beaucoup plus libres, parce qu’en sécurité.»

Lucile Peytavin

Historienne spécialiste du travail des femmes et des droits des femmes

Une raison de plus de déconstruire les schémas, et de donner une éducation non-genrée à nos fils, exempte de valeurs viriles. Car non, les hommes ne sont pas violents par nature. Et comme le rappelle Lucile Peytavin dans les colonnes de Cheek, «les hommes sont eux aussi victimes de cette éducation virile. Je pense à tous ceux qui ne répondent pas aux injonctions, qui sont rejetés mais aussi à ceux qui y répondent en se mettant en danger pour se prouver qu’ils sont forts. Pour ne citer qu’un chiffre, les hommes ont trois fois plus de risque de mourir d’une cause évitable avant 65 ans que les femmes.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E58: Une discussion sur le désir sexuel

Dans vos écouteurs

E57: Comment travailler sa force et son endurance, via le sport

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné