Femina Logo

news société

Le canton de Genève propose des cours «sport-minceur» réservés aux jeunes filles

Jeune femme fitness sport velo 0

Ces cours extrascolaires sont destinés aux adolescentes âgées de 12 à 16 ans.

© Getty

«Sport-minceur-Filles»: chaque terme dérange dans cet intitulé, malheureuse combinaison de trois termes des plus délicats dans la société actuelle. Et voilà une décennie qu'il figure dans la liste d'activités extrascolaires proposés aux élèves genevois. Destinées exclusivement aux adolescentes âgées de 12 à 16 ans, ces leçons d'aérobic sont données le mercredi après-midi et visent à diminuer le surpoids chez ces jeunes femmes, en aidant les participantes à améliorer leur forme physique.

Interpellés par ce choix de vocabulaire, certains parents n'ont pas tardé à exprimer leur mécontentement, soulignant par ailleurs qu'aucun cours semblable n'est proposé aux garçons: ces derniers sont pourtant tout aussi concernés que les filles lorsqu'il s'agit d'obésité. Interrogé par le journal «Le Temps», Pierre-Antoine Preti, responsable communication au Département de l’instruction publique résume ainsi la visée globale de l'activité concernée:

«L’objectif n’est pas de rendre les filles minces mais de leur faire prendre conscience que, malgré leur poids, elles peuvent s’adonner facilement à un sport, y prendre du plaisir et par la même occasion perdre éventuellement quelques kilos. [...] Au vu de l’évolution des mœurs, nous réfléchissons à renommer ce cours pour ôter l’utilisation du mot minceur tout en le gardant attractif pour notre public.»

Ainsi, les autorités songeraient à supprimer le mot «minceur», infiniment problématique actuellement, tandis que le «skinny shaming» et les «diktats» physiques se trouvent de plus en plus honnis par l'opinion publique.

Et les garçons, alors?

Au-delà de la question de l'intitulé du cours et de la maladresse des termes choisis, un problème majeur subsiste: pendant que les garçons se dépenseront en tapant dans un ballon, en apprenant le judo ou en tirant à l'arc, se contentera-t-on à conseiller aux filles de pratiquer la cardio ou la musculation? Un cours de «minceur» semble associer l'exercice physique féminin à l'entretien de la silhouette, davantage qu'au plaisir et au bien-être.

Par ailleurs, l'absence d'une alternative équivalente pour les élèves masculins suggère que l'exigence de minceur ne s'applique qu'aux femmes.

«Les filles en surpoids qui s’inscrivent à ce cours ont besoin de se sentir protégées des regards masculins pour pouvoir s’épanouir dans leurs mouvements et participer sans crainte des jugements», poursuit Pierre-Antoine Preti, toujours au «Temps».

Cette explication suffira-t-elle? Probablement pas. Les jeunes garçons qui souhaitent bénéficier d'une leçon d'aérobic semblable, destinée à les aider à brûler des graisses, doivent donc se contenter des cours mixtes, ouverts à tous. N'ont-ils donc pas besoin d'être protégés du regard du sexe opposé, eux? Le problème est délicat, puisqu'il touche à la fois aux diverses stigmatisations dont le corps féminin tente activement de se défaire, et à la question de l'égalité homme-femme. Deux points infiniment sensibles (et pour cause!).

Morale de l'histoire: en 2017, il convient de prendre garde à l'emploi des expressions «minceur» et «réservé à...»: car ce genre de restriction aura toujours plus de mal à passer inaperçu.


A lire aussi:
#FeminaOpinion: on en a marre de la «femme parfaite» d'Instagram!
Le «Hobby horsing», le nouveau sport favori des ados finlandaises
Sport: on tente un cours d'auto-défense en Suisse romande

Podcasts

Dans vos écouteurs

E17: 4 exercices de respiration pour retrouver le calme

Dans cet épisode spécial, destiné à toutes les âmes stressées, une sophrologue vous propose quatre types de respirations différentes, afin de démarrer une journée de façon zen, chasser l'angoisse, trouver le sommeil ou aider un enfant à se détendre. Un moment de calme, rien que pour vous, où que vous vous trouviez. On respire un bon coup... et c'est parti!

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.