Femina Logo

Tall Girls, you are beautiful

La vie des très grandes filles (qui en ont marre des clichés)

Decryptage la vie des tres grande fille taille stereotypes complexe confiance

Dans le film Tall Girl, signé Netflix (dont le 2e volet est sorti le 11 février 2022), la brillante Jodie apprend à aimer sa très grande taille et à envoyer paître ceux et celles qui ne cessent de la railler.

© SCOTT SALTZMAN / NETFLIX

FEMINA On a l’impression que les femmes grandes sont parfois jalousées, admirées, convoitées. Votre livre fait un constat plus pessimiste.
Marie Buscatto
Il y a le fameux fantasme du mannequin, mais cela concerne surtout les filles très minces aux traits réguliers. La plupart de ces femmes n’ont pas ces caractéristiques. Le plus souvent, elles sont plutôt assimilées à des hommes, des transsexuelles, ou alors à des femmes protectrices, intimidantes. Le problème est que la grande taille n’est pas d’emblée du domaine du féminin, qui véhicule plutôt des idées de fragilité, de grâce, de légèreté. C’est contradictoire à un idéal très répandu. Or, elles veulent juste être regardées comme des femmes et ont du mal à traverser ces préjugés et ces stigmatisations…

C’est-à-dire?
Quand on est si grande, les autres réagissent à cette taille de manière systématique, et ce pendant toute la vie. On a droit à des interpellations, des blagues récurrentes du genre «Il fait beau là-haut?» À l’école, un tiers des filles très grandes se sentent déjà mises à l’écart. À l’adolescence, ce chiffre bondit à deux tiers. Elles subissent du harcèlement, de la stigmatisation, des remarques désagréables. Cette situation peut conduire à un véritable mal-être. La grande majorité des femmes de très grande taille que j’ai rencontrées pour ce livre ont vu un psy au cours de leur vie. Elles expérimentent plus fréquemment que la moyenne des angoisses sociales, même si une certaine proportion vit quand même de façon positive cette taille hors norme.

Cette taille est-elle toujours une sorte de handicap?
D’une certaine manière, cette taille incarne plus facilement l’autorité. Les très grandes se sentent parfois plus légitimes pour des positions de cheffes à l’école, chez les scouts, au travail, et elles en usent pour s’imposer. Pourtant, lorsqu’on regarde les statistiques, ces femmes ne présentent pas plus de trajectoires dans le leadership au niveau professionnel que les autres. Ce n’est pas tellement une position dont elles peuvent faire quelque chose. Avant de mener cette enquête, je pensais pourtant que cette caractéristique pouvait être un avantage.

Pourquoi cette grande taille n’aide-t-elle pas à conquérir les hautes sphères, quand les hommes grands sont surreprésentés dans ces positions?
Elles sont, comme les autres, freinées par les préjugés sexistes, par la maternité, et les autres peinent à reconnaître leur autorité en dépit de leur stature. Paradoxalement, elles se sentent parfois poussées à s’imposer alors qu’elles ne le désirent pas forcément. On voit que la très grande taille donne du pouvoir social aux hommes mais pas aux femmes, car celles-ci dérangent trop. Elles perturbent, troublent les frontières entre les sexes, bousculent l’ordre genré porté par la société.

Leur existence remet en cause la conviction générale que les hommes doivent être de vrais hommes et les femmes de vraies femmes. Ici, leur stature les met du côté masculin a priori.

Il y a aussi le domaine de la séduction, aux lois très rigides.
Dans les couples hétérosexuels, hommes et femmes tendent à composer des couples assortis, où monsieur est toujours plus grand. Il s’agit d’une pression sociale sur laquelle tout le monde semble être d’accord. Nombre de femmes n’aiment pas, même très grandes, se retrouver avec un plus petit qu’elles, car cela leur donne souvent l’impression d’être avec quelqu’un qui ne sera pas en mesure de les protéger, qui sera dominé. Il y a pourtant des femmes de très grande taille qui sont elles aussi battues, violées, quelle que soit la taille des hommes en face d’elles.

Les hommes non plus n’aiment pas les femmes plus grandes, et c’est pareil pour les parents, les voisins, les amis. Ce n’est pas motivé par la méchanceté, c’est juste que cela dérange. J’ai d’ailleurs été étonnée de découvrir le nombre de ces femmes à qui l’on avait proposé, dans leur enfance, un traitement pour ralentir leur croissance. Des parents, des médecins proposent cela, souvent parce que, de leur point de vue, mieux vaut ne pas être de trop grande taille quand on est une femme.

Est-ce plus compliqué aussi pour elles de trouver l’amour?
Cette exigence chez beaucoup de trouver un plus grand complique les choses car cela limite le nombre des potentiels partenaires. Les femmes de grande taille sont moins souvent en couple que les autres, un phénomène assez similaire à ce que vivent les hommes petits. Reste que l’avènement des sites de rencontre a vraiment aidé. Les grilles de critères permettent de les aiguiller tout de suite vers les gens plus grands. Certaines avouent quand même parfois mentir un peu sur leur taille, s’enlèvent 5 centimètres pour paraître moins intimidantes. Sur un malentendu, ça peut toujours marcher.

La très grande taille au féminin, de Marie Buscatto (CNRS Editions)

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Nicolas vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E78: Comment prévenir le cancer de la peau

Dans vos écouteurs

E77: Comment mieux vivre nos émotions au quotidien

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné