Femina Logo

sur youtube

Justin Bieber: «La drogue, c’était une façon de m’échapper, et ça a failli me tuer»

Justin Bieber: «La drogue, c’était une façon de m’échapper, et ça a failli me tuer»

Pour gérer la pression qui pesait sur ses frêles épaules, le jeune homme se réfugie dans les paradis artificiels. Et devient vite accro, à 19 ans.

© Getty

Dans le cinquième épisode du documentaire «Seasons» consacré à Justin Bieber, diffusé le 3 février 2020 sur YouTube Premium, le chanteur partage ses problèmes de drogue. Face caméra, il déclare ainsi avoir fumé de la marijuana depuis l’âge de 12 ou 13 ans. Rapidement insatisfait, l’interprète de «Love Yourself» a ensuite essayé de nombreuses autres drogues: purple drank (mélange de codéine et de soda), MDMA, champignons, etc.

«C’était une façon de m’échapper, j’étais jeune, confie l’artiste de 25 ans. En grandissant, il est normal d’expérimenter certaines choses. Mais moi, je l’ai fait devant les caméras, j’avais un niveau d’exposition différent.» Dans le premier épisode de «Seasons», Scooter Braun, le manager de Bieber, témoignait du parcours spécifique de son protégé:

«Personne n’a jamais grandi comme Justin Bieber dans l’histoire de l’humanité. Personne n’a jamais été aussi célèbre dans le monde entier à l’ère des réseaux, où inlassablement, chaque année de votre adolescence, vous étiez la personne la plus googlée de la planète.»

Addict à 19 ans

Pour gérer la pression qui pèse alors sur ses épaules, le jeune homme se réfugie dans les paradis artificiels. Une façon de fuir la réalité, comme l’explique l’épouse du chanteur, Hailey Baldwin Bieber: «Je pense que lorsque vous êtes quelqu’un de très très jeune qui ressent une horrible et invalidante anxiété sans que cela ne soit pour autant diagnostiqué, vous commencez à vous auto-soigner, car cela vous fait vous sentir mieux.»

Si Justin a décidé d’en finir avec ses addictions, c’est parce qu’il pressentait qu’il était «en train de mourir». Chaque nuit, un membre de son équipe de sécurité entrait dans sa chambre pour vérifier qu’il respirait et prendre son pouls. Et au matin, son premier geste était alors de se droguer à nouveau. «Les gens ignoraient à quel point tout cela était devenu très grave», souligne la star.

Aujourd’hui, Justin Bieber est suivi et prend des anti-dépresseurs. En janvier dernier, il a également déclaré souffrir de la maladie de Lyme, ce qui affecte sa santé mentale. Sur Instagram, il a ainsi écrit:

«Alors que beaucoup de gens n’arrêtent pas de dire que Justin Bieber ne ressemble à rien, qu’il prend de la meth, etc., ils ignorent que j’ai récemment été diagnostiqué comme souffrant de la maladie de Lyme. Ma peau, mes fonctions cérébrales, mon énergie et ma santé globale sont impactées.»

Justin Bieber semble avoir trouvé le chemin qui lui permettra de tirer définitivement un trait sur ses addictions. «Je suis déterminé à m’améliorer, confie-t-il dans le documentaire. Car je sais qu’en fin de compte, ce n’est pas seulement pour moi. Je veux être le meilleur père, le meilleur mari et le meilleur ami possible. Je ne peux pas faire de la musique si je ne suis pas en bonne santé. Et je ne l’ai pas été depuis très longtemps.»

Selena Gomez, victime de violences psychologiques

Le cinquième album de l’artiste, intitulé «Changes», sera disponible le 14 février 2020. Deux titres seront dédiés à son épouse: tandis que «Habitual» parle de son amour compulsif pour Hailey, «Keep On Forgiving Me» raconte à quel point elle est patiente. «À chaque fois que je fais quelque chose de stupide, elle me pardonne», confesse Justin.

On ignore pour l’heure s'il fera également référence à son ex-petite amie, Selena Gomez. La chanteuse a récemment confié avoir été victime de violences psychologiques alors qu’ils étaient en couple.

Interviewée par la radio américaine NPR, Selena a déclaré: «Ma relation avec lui n’était pas l’un des moments les plus difficiles de ma vie, parce que j’y ai trouvé de la force. C’est dangereux de rester dans une mentalité de victime. Oui, j’ai été victime de certains abus, c’est quelque chose que je devais m’efforcer de comprendre en tant qu’adulte.» L’interprète de «Lose You to Love Me» (titre issu de son dernier album «Rare» qui évoque justement cette période compliquée) est bien décidée à ne pas passer le reste de sa vie à parler de Justin:

«Je suis vraiment fière de pouvoir dire que je me sens plus forte que jamais, et que j’ai trouvé un moyen de traverser cela avec autant de grâce que possible.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina