Femina Logo

news société

«Je suis ordinaire»: le court-métrage révoltant qui dénonce le viol conjugal

Capture viol
© Capture d'écran Youtube

«J’ai pas envie, je te dis.» Une simple phrase dont on devine malheureusement la suite. Une jeune femme, installée dans son lit avec son petit ami, aurait préféré passer une soirée tranquille, devant un film. Elle n’a pas envie de faire l’amour. La scène est banale, mais son «je te dis» est d’une insistance qui nous glace les sangs. Cela pourrait nous arriver à toutes.

Refusant d’écouter son amie, l’homme obtempère. Il la couvre de baisers égoïstes, sans doute destinés à déculpabiliser son geste: «Qu’est-ce qu’il se passe? Tu m’aimes plus, c’est ça?» Sans même écouter la réponse, il passe à l’acte, malgré les protestations de sa copine. La jeune femme, interprétée par Chloé Fontaine, finit par se laisser faire. Les yeux dans le vide, elle attend que ce soit fini.

«Il y a un réel problème»

«Si rien ne vous choque, c’est que vous êtes l’un d’eux», commente Chloé Fontaine. Au «Huffington Post», elle explique également l’objectif de cette vidéo si poignante:

«Faire ce film est devenu une nécessité pour moi, après avoir eu une conversation avec une amie, au sujet d’un garçon avec qui elle avait passé la nuit quelques jours auparavant. Elle m’a dit ‘Je n’en avais pas envie, non, mais alors pas du tout’…» Aussi souligne-t-elle la difficulté de ces jeunes femmes à établir «s’il s’agissait d’un viol ou non.»

«Et là je me suis dit qu’il y avait un problème, poursuit la jeune femme, toujours au Huffington Post. J’ai commencé à faire des recherches sur Internet. Je suis tombée sur des témoignages poignants de jeunes (ou moins jeunes) filles qui se posaient les mêmes questions.»

Et afin que le doute ne soit plus permis, le court-métrage dépeint le viol conjugal dans son enveloppe la plus «ordinaire», d’où le titre surprenant de la réalisation. Car ce genre d’abus survient également dans les endroits les plus sûrs, avec les personnes en lesquelles nous pensions avoir toute confiance.

Un film qui nous a fait froid dans le dos, à voir absolument.


A lire aussi:
Violée, donc coupable d'avoir déshonoré ma famille, j'ai dû fuir
«Mr Nice Guy»: la vidéo choc de sensibilisation à la violence dans le couple
Un court-métrage édifiant sur le harcèlement de rue

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.