Femina Logo

news société

GB: nouveau bébé royal = nouvelle règle de succession

Le 28 mars 2015, le gouvernement britannique annonçait la promulgation d'une loi mettant fin à une tradition de 300 ans de primogéniture masculine, après que l'Australie ait enfin entériné le changement. Conséquence: l'héritière ne pourra pas être délogée par d'éventuels petits frères de sa quatrième place dans l'ordre de succession au trône.

Devant elle se trouvent son grand-père Charles, son père William et son grand frère George. Les éventuels enfants de George la précéderont toutefois. Jusqu'ici, les princesses accédaient au trône par défaut, en l'absence d'un frère plus jeunes pour leur brûler la politesse.

La reine Elizabeth II, son arrière grand-mère, est ainsi montée sur le trône parce qu'elle avait une petite soeur mais pas de frère. Après des siècles de discussions pour mettre fin à cette inégalité, le changement a été précipité par le mariage du prince William avec Kate en 2011 et la perspective de naissances.

Au Royaume-Uni, le projet de loi a été voté rapidement par le Parlement. Mais pour entrer en vigueur, il devait être formellement avalisé dans chacun des 15 autres pays (parmi les 54 du Commonwealth) dont la reine est le souverain.

Cet «Acte de succession à la couronne 2013» s'appliquera de façon rétroactive aux enfants nés «après le 28 octobre 2011». Ce qui exclut par exemple des bénéficiaires la princesse Anne, 64 ans, deuxième enfant de la reine et du prince Philip. Dans l'ordre de succession au trône, elle se trouve derrière ses deux plus jeunes frères et leurs enfants.

Avant Elizabeth II, la reine Victoria a régné de 1837 à 1901, le plus long règne de l'histoire britannique jusqu'ici (63 ans). L'ont précédé sur le trône, la reine Anne (1702-1714), la reine Mary II (1689-1694), Elizabeth I (1558-1603), Mary I (1553-1558) et Mary, reine d'Ecosse (1542- 1567).

Le Royaume-Uni n’est pas le premier pays à moderniser ses règles de succession. La Suède, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Norvège l'ont fait avant lui. En revanche l'Espagne et Monaco accordent encore la primauté aux hommes.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina