Femina Logo

famille

C’est quoi l’été rêvé des enfants?

Vacances revees enfants parents NEUMAN RODTMANN GETTY IMAGES

Les vacances les plus attractives pour les enfants riment souvent avec la présence d’une plage, d’une piscine, de toboggans à dévaler pour finir en bombe dans la grande bleue.

© GETTY IMAGES/NEUMAN&RODTMANN

Les enfants viennent de plonger à pieds joints dans les grandes vacances, et ça tombe bien, car c’est justement ce qu’ils attendent le plus au monde. Une enquête réalisée par Fnac Éveil et Jeux révèle en effet que sur le podium des choses qui les font rêver et saliver, passer de super vacances figurait en première place. D’accord, mais qu’entendent-ils par là?

Car le concept de vacances de rêve n’est pas forcément le même chez les enfants et chez les parents. Fantasment-ils comme certains adultes sur une traversée de la Suisse à vélo? Sur une croisière culturelle en Méditerranée? Sur un séjour farniente et snorkeling aux Maldives? Pas sûr.

Une autre enquête, menée cette fois par Booking, apporte quelques éléments de réponse à la question. Après avoir interrogé 22’500 enfants autour du globe âgés entre 5 et 15 ans, le site a pu dégager plusieurs tendances. Premier point majeur: il faut de l’eau. Les vacances les plus attractives pour eux riment souvent avec la présence d’une plage, d’une piscine, de toboggans à dévaler pour finir en bombe dans la grande bleue.

Pour des plaisirs partagés

Côté estomac, la possibilité de dévorer des glaces et autres gourmandises sans modération est une autre composante de taille pour un temps libre estival qui soit au sommet. On note également que la présence d’autres enfants pour pouvoir se faire de nouveaux amis ou de nouvelles relations fait partie des critères idéaux déclarés par les 5-15 ans. Et s’il faut partir à l’étranger, les jeunes sondés plébiscitent massivement les USA, la Grèce et le Brésil. Déception donc pour les parents qui bavaient devant des projets d’escapades de musée en musée, en autarcie dans un chalet ou vers une destination exotique qu’ils pensaient irrésistible.

«C’est vrai que dans l’idéal, les vacances qu’on projette de faire en famille doivent aussi correspondre un peu aux attentes de l’enfant, on peut négocier les désidératas de chacun», souligne Edouard Gentaz, professeur en psychologie du développement à l’Université de Genève (UNIGE). Il est ainsi possible d’adapter les objectifs des adultes pour que tout le monde y prenne du plaisir.

«On sait par exemple que pour un site culturel, les enfants accrochent plus avec les visites ayant une dimension participative, notamment les parcours spécialement dédiés aux jeunes, qui sont plus ludiques et moins passifs», ajoute le psychologue.

Les bienfaits de l’oisiveté

«Les vacances correspondent à un temps de repos, qui est un droit de l’enfant au sens de l’article 31 de la Convention des droits de l’enfant, rappelle pour sa part Daniel Stoecklin, professeur associé en sociologie à l’UNIGE. Cet article dit qu’il faut garantir à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge, et de participer librement à la vie culturelle et artistique.»

Il semble en tout cas bénéfique de prendre en compte les envies des plus jeunes dans le projet de vacances, car ces parenthèses enchantées sont autant d’occasions pour eux de s’enrichir, avance Bertrand Réau, professeur de sociologie au Cnam, le Conservatoire national des arts et métiers: «Elles permettent d’acquérir de la culture libre, différente de ce qu’on apprend à l’école, en valorisant d’autres savoirs, et proposent d’autres modèles de fonctionnement, c’est une façon de se socialiser qui s’avère très importante.»

Place à la rêverie

Et inutile de vouloir à tout prix offrir aux petits des vacances hyperactives. «Les temps morts sont essentiels pour l’exploration et la découverte du monde et de soi-même, note Daniel Stoecklin. Il est donc très important de voir les vacances, et donc l’oisiveté, comme un droit de l’enfant. Les exercices scolaires l’été, tendance actuelle chez des parents soucieux de la performance scolaire de leurs enfants, devraient être une exception et non la règle.»

Voilà un point qui devrait faire l’unanimité chez les jeunes comme chez leurs parents.

Les vacances rêvées de Caroline et Lily

L’escapade idéale de Caroline se résume à une grande aventure: «J’aimerais partir en train de nuit, direction les pays scandinaves, et sillonner les paysages sauvages en camping-car (version 5 étoiles, s’il vous plaît!). Je ne suis pas très camping, mais j’ai des étoiles plein les yeux à l’idée de découvrir les fjords et les soleils de minuit. Peut-être quand les enfants seront plus grands?»

Lily, sa fille de 6 ans, s’imagine, elle, retourner en Sardaigne où la famille a passé un été en vacances, pour jouer dans la piscine et profiter des soirées au restaurant. Avec ses parents, certes, mais aussi son amoureux de l’accueil parascolaire.

Les vacances rêvées de Jessica et Iria

«Je souhaiterais retourner aux Maldives, la destination de ma lune de miel, raconte Jessica. Être coupée du monde sur une île paradisiaque avec mon mari et ma fille, me relaxer sur le sable chaud, me baigner dans l’océan à 30 degrés, c’est ça la véritable liberté.»

Iria, 2 ans et demi, est également attirée par l’eau: elle imagine ses vacances de rêve à la piscine ou sur le sable (mais pas dans la mer, elle est un peu trouillarde) à construire des châteaux, jouer avec son arrosoir, voir des chiens et des poissons (de loin, vous avez compris) et manger plein de crèmes glacées. Où ça? À Mykonos, «même si elle ne sait pas ce que c’est», rigole sa maman.

© GETTY IMAGES/PAUL WALTERS WORLDWIDE HERITAGE IMAGES

Les vacances rêvées d’Alexandre et Richard

«J’adore la plongée, mais le temps me manque pour en pratiquer, confie Alexandre. Mon point de chute idéal serait donc les îles françaises de Mayotte, au large de Madagascar. Ce serait l’occasion de faire la fête, de la plongée, ou même rien du tout!»

Son fils Richard, 6 ans et demi, a une autre destination en tête: Disney World, en Floride. Au programme, faire toutes les attractions, manger ce qui lui fait plaisir et profiter d’être aux États-Unis pour aller admirer des matches de hockey sur glace.

Les vacances rêvées d’Emilia et Joaquin

Avant toute chose, Emilia rêve d’avoir la paix. «J’adorerais m’évader au soleil, à la plage, par exemple sur une île paradisiaque comme Saint-­Barth. Transat, cocktail, un bon livre: la recette pour des vacances réussies.»

Joaquin, 12 ans, aimerait plutôt s’envoler pour Hawaï. Initiation au surf, snorkeling à la découverte des fonds marins, virées en jet-ski, apercevoir des requins, un emploi du temps imaginaire rempli de frissons et d’aventures.

Les vacances rêvées de Rachel, Thierry et Lilou

Quand Thierry, la cinquantaine, rêve de passer «une semaine dans un phare battu par l’océan ou d’être skipper sur un bateau à voile», sa femme Rachel, elle, se voit «entourée d’eaux turquoise à perte de vue». Le fantasme absolu de cette pétillante quadragénaire? «Du balnéaire mais sans personne et un cuisinier juste pour moi, qui me concocterait des plats végétariens sains et me préparerait des fruits – coupés ou en jus!»

Deux visions pas forcément antagonistes avec celle de Lilou, 16 ans, qui dit désirer «un endroit où les cultures et les paysages sont totalement différents de ce que nous connaissons et où je pourrais découvrir plein de nouvelles recettes – le tout en jouissant quand même d’un certain confort». Elle insiste: «Mais le plus important, c’est d’être avec des personnes que j’apprécie!»

Les vacances rêvées de Cédric, Rosalba et de leurs triplés

Pour Cédric comme pour son épouse, c’est clair: «Pour nous, les vacances consistent à ce que les parents puissent se reposer et que les enfants puissent s’amuser. Il y aurait le Club Med, mais ce n’est pas vraiment ce que je préfère. On aime plutôt aller en Bretagne dans le Finistère. On loue une maison qui donne sur la plage, comme ça les enfants peuvent aller ramasser des crabes et des coquillages et s’occuper seuls. On peut se promener ensemble aussi. Les devoirs, on essaie de les organiser avec nos enfants, des cahiers de vacances que la maîtresse donne à faire pendant les vacances, mais on n’a pas trop de succès. On ne s’impose pas trop de visites culturelles, on privilégie plutôt la découverte de la nature.»

Alexis, Mazarine et Hadrien, des triplés de 9 ans, eux, veulent avant tout de l’eau. «J’aime surtout les parcs d’attractions», avoue Alexis, tandis qu’Hadrien adore les parcs aquatiques et Mazarine, quant à elle, «aime surtout se baigner dans la mer en Italie» mais «les parcs aquatiques aussi», ajoute-t-elle, en entendant ses frères.

© GETTY IMAGES/HENRIK SORENSEN

Les vacances rêvées de Yassine et Nour

Artiste peintre, Yassine, 42 ans, explique que ses vacances de rêve seraient presque… du travail: «Je me vois n’importe où dans le monde, mais en contact étroit avec des gens du coin, pour mener avec eux un projet aussi bien humain qu’artistique. J’ai vécu cela en Pays Dogon, en Afrique où, en échange du logement chez un médecin, j’ai réalisé une fresque dans l’hôpital où il travaillait. C’était tellement fort, beau, enrichissant et surtout sans pressions extérieures… c’est assez mon idéal!»

Et son fils Nour? Du haut de ses 9 ans, l’écolier répond du tac au tac: «Le Japon! Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’en meurs d’envie.»

Les vacances rêvées de Léa, Jean, Léon et Robin

Pour Léa et Jean, les vacances idéales sont finalement toutes simples: une maison isolée située au pied des Pyrénées – avec des livres, des bonnes bouteilles, des fous rires et des repas gargantuesques entre amis à la clé.

Si leurs fils Léon et Robin, maintenant 14 et 16 ans, ont partagé longtemps cette conception de l’été enchanté, ils aspirent désormais à d’autres choses. En l’occurrence, cette année, ils ont décidé que leurs vacances de rêve se passeraient chez leurs grands-parents Irina et David, au cap d’Agde. «Parce qu’il y a plus de filles!…»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Nicolas vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E81: Comment aider nos proches vivant un burnout ou une dépression

Dans vos écouteurs

Podcast Tout va bien E80: L'utilité de l'EFT dans la gestion du stress

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné