Femina Logo

L'édito

Autoportrait d'une philosophe du déni (ou comment j’ai acheté une gourde pour ne pas l’utiliser)

edito 22 décembre 2019 rituels noël sonia arnal

«Avant même de savoir que je m’empoisonnais, je trouvais déjà absurde d’acheter de l’eau en bouteille alors qu’en Suisse on en a, généralement, de la meilleure au robinet.»

© Ludovic Andral

Je mange l’équivalent d’une carte de crédit en plastique par semaine. On serait plus ou moins tous dans ce cas (enfin, dans le mien ça semble plutôt être trois, à vrai dire). La nouvelle tourne sur les réseaux sociaux depuis une quinzaine de jours. Je sentais un peu l’intox, le coup de la carte de crédit trop symbolique pour être vrai.

Je suis donc remontée jusqu’à la source de l’étude et je crains que ce ne soit très sérieux, cette affaire. Le chercheur le plus cité à ce propos a sa page et sa photo (jolie moustache) sur le site d’une université tout ce qu’il y a de plus établie. Il est spécialisé dans la pollution à long terme des sols, et aussi des océans. Bref, ça n’est pas une fake news qui citerait une institution de défense de l’environnement mondialement connue (le WWF en l’occurrence) pour se donner des airs de crédibilité. Au temps pour ma politique de l’autruche.

Empoisonnement lié aux bouteilles en plastique...

Non parce que dans les exemples cités de comportements qui aggravent nos cas, il y a la question des boissons dans les bouteilles en plastique et c’est là que le déni s’avérait une politique assez utile. Avant même de savoir que je m’empoisonnais, je trouvais déjà absurde d’acheter de l’eau en bouteille alors qu’en Suisse on en a, généralement, de la meilleure au robinet. Il y a un peu plus d’une année, j’ai donc fait l’acquisition de deux gourdes en verre dans l’idée qu’à la maison comme au travail, j’irais les remplir régulièrement pour m’abreuver à volonté d’eau fraîche.

Mon problème dans la vie, c’est le suivi. Jour 1, tout va bien, je frétille, ma gourde est magnifique, je suis magnifique.

Jour 2, j’oublie d’en vider le fond en quittant précipitamment mon bureau vendredi soir, quand je reviens lundi matin, c’est limite aquaponie au fond de ma bouteille. Lavage, désinfection, retour à la case départ et, assez vite, aux algues. Bref, à force d’être mise en échec par une gourde, je suis revenue assez vite au plastique jetable – et donc au refus de me confronter à la vérité. Là, j’apprends que boire de l’eau en bouteille, c’est 90 000 microparticules de plus que les 52 000 de base qu’on engloutit par an. Gloups!

Ma question aux neuropsychologues: pourquoi est-ce qu’on continue à faire des choses stupides (boire de l’eau en bouteille), plus chères au demeurant, plutôt que des choses intelligentes? Dans mon cas, la réponse est simple: le quotidien et l’entropie du monde sont plus forts que moi.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina