Femina Logo

news people

Angelina Jolie renonce à ses ovaires

Angelina Jolie renonce à ses ovaires

Angelina Jolie nous parle de son expérience face au cancer et à la perte de ses ovaires.

© Getty

Angelina Jolie fait part de ses sentiments le 24 mars 2015 dans un article qu’elle a écrit pour le «New York Times» sous la forme d’un «Journal de chirurgie». Elle y explique que sa décision a été prise suite à des tests inquiétants par les médecins qui l’examinent depuis longtemps, car il pouvait s’agir d’un cancer. L’actrice a en effet perdu plusieurs femmes de sa famille de la maladie (sa mère, sa tante et sa grand-mère); elle est donc suivie de près.

Des soupçons de métastases

Elle a dû attendre les résultats durant quelques jours et Brad Pitt, son mari, en France à cette période, a tout de suite pris un avion pour la rejoindre. Elle se confie alors sur son sentiment étonnant de quiétude: «la beauté dans ces moments de la vie, c’est qu’ils amènent de la clarté. Vous reconnaissez ce pour quoi vous vivez et ce qui a de l’importance. C’est polarisant et apaisant.»

Puis, les résultats arrivent et la famille Jolie-Pitt se voit plus ou moins soulagée, le diagnostic n’étant pas aussi grave que prévu, mais montrant une menace de développement d’une tumeur ailleurs que dans les zones à fort risque pour Angelina. «J’étais soulagée que, si c’était un cancer, il en était à un stade précoce.» Mais, après avoir confirmé une première crainte, les spécialistes préféraient également s’assurer qu’il n’y avait pas de masse à un autre endroit. «J’aurai su cinq jours plus tard si la maladie était autre part à l’intérieur de mon corps. J’ai passé ces journées dans le brouillard, assistant aux matches de foot de mes enfants, et travaillant pour rester calme et concentrée.»

Une décision à prendre en toute connaissance de cause

Les médecins lui ont confirmé plus tard qu’il n’y avait pas de trace de tumeur ailleurs. Cependant, il fallait s’occuper de ces métastases en phase précoce qu’ils avaient pu déceler au niveau des ovaires. C’est alors que l’actrice a demandé quelles sont les options qui s’offraient à elle. Dans son cas, des membres de sa famille étant décédés d’un cancer ovarien, il était préférable qu’elle subisse une ablation des ovaires et des trompes.

La réalisatrice confie alors qu’il s’agit d’une opération moins complexe que la double mastectomie, mais dont les effets sont plus graves, car cela force la ménopause de la femme. «Je me suis donc préparée physiquement et émotionnellement, en parlant de différentes options avec les médecins, en cherchant des thérapies alternatives et en ménageant mes hormones.»

Les conseils d’Angelina Jolie

La star insiste sur le fait que son choix à elle n’est pas le seul disponible. «Il y a plus d’une façon de faire face à un problème de santé. La chose la plus importante c’est de se renseigner sur les solutions qui sont les bonnes pour vous personnellement.» Son article n’est donc pas une apologie de ces chirurgies lourdes, mais un moyen de faire prendre conscience aux femmes à risque comme elle, que certaines méthodes existent et qu’il est nécessaire de se renseigner. Elle leur partage ses émotions afin qu’elles se sentent moins seules.

Elle conclut sur ce mantra à garder à l’esprit pour n’importe quelle situation: «le savoir c’est le pouvoir».

vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Dans vos écouteurs

E14: Comment chasser la déprime saisonnière

Quand le soleil décide de se coucher à l'heure du goûter, il est parfois difficile de ne pas se sentir épuisé, démoralisé, démotivé... Afin de nous aider à lutter contre les effets du manque de lumière, une psychologue et coach détaille une véritable stratégie anti-blues, en s'inspirant des pays scandinaves. Comme un petit shot de vitamine D.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.