Femina Logo

C’est une pure enfant de Hollywood, Angelina Jolie. Elle a en effet grandi au milieu des studios de cinéma de Californie. Son père, Jon Voight, est l’un des grands comédiens des années 70-80, actuellement héros de la série «Ray Donovan» (à voir les jeudis soir sur RTS Un). Sa mère, Marcheline Bertrand, vivait dans l’ombre de son époux. Ce qui ne l’empêchait pas d’être une fervente militante de causes humanitaires. «Elle parlait d’une voix très douce mais pouvait déplacer des montagnes pour ses enfants et ses engagements politiques.» Elle a notamment créé la fondation All Tribes dont l’objectif était de soutenir la culture des Indiens d’Amérique. «Maman était d’origine à moitié indienne et à moitié québécoise. L’un de mes premiers souvenirs de petite fille, c’est de l’avoir accompagnée à un dîner d’Amnesty International. Elle essayait de comprendre la complexité de nos peuples et était sensible à la violence qui sévit sur notre planète. Elle m’a ouvert les yeux sur les inégalités du monde très tôt.»

Père star et mère activiste, Angelina Jolie a pris le meilleur des deux. Adulée pour sa beauté au cinéma, elle se veut avant tout engagée aux côtés des réfugiés dans les camps. Pour l’ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies qui ne cesse d’attirer l’attention des médias sur les drames des populations déplacées en zone de guerre: «Le plus beau compliment que l’on puisse me faire? Me dire que je ressemble à ma mère.»

Son visage s’assombrit, en revanche, à la mention de son père. «Je n’ai rien à en dire et préfère ne pas évoquer ce sujet», coupe-t-elle d’un ton sans réplique qui contraste avec sa douceur antérieure. C’est que Jon Voight et Marcheline se sont séparés en 1976, suite à des infidélités de l’acteur . Et qu’Angelina Jolie entretient avec ce père indigne des relations plus que tourmentées.

Une maman pleine d’amour

«Ma mère était une maman à 100%, reprend fermement l’actrice. Elle n’a jamais pris le temps d’avoir ni carrière ni vie à elle. Ses enfants passaient avant tout. Jamais je ne serai une aussi bonne mère qu’elle l’a été pour mon frère (ndlr: l’acteur-réalisateur James Haven) et moi. Elle était la femme la plus généreuse que j’ai connue. Son cœur était plein d’amour pour les autres.» C’est ainsi qu’Angie, comme l’appellent ses proches, résume sa relation à ses parents, son enfance et son évolution de femme, mère de six enfants: Maddox, 13 ans, Pax, 11 ans, Zahara, 9 ans, Shiloh, 8 ans, et les jumeaux, Vivienne et Knox, 6 ans. «Ma mère était née pour être une grand-mère, reprend-elle. J’aurais adoré l’avoir à mes côtés pour m’aider avec mes propres enfants. Malheureusement, elle nous a quittés. Trop tôt. Il m’arrive souvent de vouloir partager quelque chose avec elle à propos de mes enfants, et de réaliser soudain qu’elle n’est plus là. C’est dur.»

Angelina ne cache pas que, si elle a pris voilà deux ans la décision de subir une double mastectomie, c’est par peur d’être un jour touchée par la maladie qui, en 2007, emportait sa mère. «Maman, comme ma grand-mère, est morte des suites d’un cancer des ovaires. Elle savait que cela pouvait lui arriver. Lorsque j’ai découvert que j’avais moi aussi ce gène, j’ai décidé de prendre mes responsabilités et de subir cette intervention afin de minimiser les risques. Aujourd’hui, je peux dire à mes enfants qu’ils n’ont pas besoin d’avoir peur de perdre leur mère d’un cancer du sein. Ils savent que je les aime et que je veux tout faire pour rester avec eux le plus longtemps possible .»

Pour aider les femmes qui vivent la même situation, Angelina a décidé de parler à cœur ouvert de ses opérations: «J’espère que d’autres femmes bénéficieront de mon expérience. Le mot «cancer» effraie encore. Il donne l’impression d’être sans défense, alors qu’aujourd’hui une simple prise de sang permet d’évaluer les risques encourus. Ensuite, à chacune d’agir selon ses convictions.»

Savoir écouter

«La vie apporte son lot de challenges, enchaîne cette femme énergique. On ne doit pas craindre des choses que l’on peut contrôler ou appréhender… Et puis j’ai une chance que tout le monde n’a pas: celle d’avoir un homme qui m’aime et me soutient.» Brad Pitt, en effet, était à ses côtés à la clinique de Beverly Hills, lors de ses interventions chirurgicales. «Même face aux épreuves, nous trouvons toujours des moments pour rire ensemble», confie Angelina, avant de revenir à celle qui lui a tant appris: «J’élève mes enfants un peu comme maman nous a éduqués. Cela me frappe quand j’observe chez mes filles Shiloh et Vivienne une complicité semblable à celle que j’avais avec mon frère.»

C’est la qualité d’écoute, surtout, qu’Angelina espère avoir héritée de Marcheline. «Dès l’adolescence, j’ai pu lui parler de tout sans qu’elle me juge ni cherche à me faire la leçon. En devenant femme, j’ai compris que ma mère était aussi ma meilleure amie. Elle m’a appris à oser exprimer mes opinions. Elle m’a aussi prouvé à maintes reprises que, peu importaient mes décisions ou mes bêtises, son amour m’était acquis. J’espère avoir pour mes enfants cette même force.»

Ces qualités transmises de mère en fille, la cinéaste les utilise aussi dans son travail. Durant la production d’«Invincible», par exemple, où elle supervisait une équipe de plusieurs centaines d’acteurs, techniciens et figurants presque uniquement composée d’hommes. «Quand une équipe entière attend que je tranche face à un problème de mise en scène, pouvoir écouter, surveiller et prendre des décisions rapides est indispensable. Il faut savoir protéger ses artistes tout en les dirigeant. Exactement comme avec des enfants!»

Le château de ma mère

Sur le tournage d’«Invincible», précisément, un membre de l’équipe avait à peine quitté l’enfance: Maddox, le fils aîné des Brangelina, adopté au Cambodge en 2002. On l’a vu sur le plateau jour après jour. Celui qui est bien décidé à reprendre l’héritage familial tenait à s’imprégner du job de chacun, il discutait intensément avec les comédiens durant les pauses. Et il sera bientôt – à 13 ans! – l’un des assistants de production de «By the Sea», le film qu’Angelina Jolie s’apprête à réaliser. Une mise en scène où elle dirigera notamment son mari. Une vraie affaire de famille, en somme, où «Brad et moi incarnerons un couple d’Américains qui vit dans le sud de la France. Un coin que nous connaissons bien.» Et pour cause: les Brangelina y possèdent un humble pied-à terre, le château de Miraval. «L’endroit idéal pour poser mes bagages avec les miens. Parce que nous y sommes à l’écart tout en demeurant proches des grandes villes européennes, mais aussi de l’Afrique comme du Moyen-Orient, où je dois me rendre pour mon travail avec les Nations Unis. Los Angeles est bien trop loin de tout ça.»

Mais si c’est en Provence que les Pitt-Jolie se cachent la majeure partie de l’année, il y a encore une autre raison, plus intime. Le sud de la France était la région favorite de Marcheline, la mère, la confidente, le modèle qu’Angelina garde dans son cœur à jamais.

Curriculum vitae

1975 Naissance à Los Angeles, le 4 juin.

2006 Shiloh, son premier enfant avec Brad Pitt, après l’adoption de Maddox en 2002 et de Zahara en 2005. La petite fille naît le 27 mai.

2014 Après une décennie de vie commune, elle épouse Brad Pitt, le 23 août, au château de Miraval. Son troisième mariage, après Jonny Lee Miller et Billy Bob Thornton.

Questions d’enfance

Une odeur L’odeur ambrée des cheveux de ma mère.

Un jouet fétiche C’est bizarre, mais je n’ai aucun souvenir d’un jouet ou d’une peluche en particulier – qu’est-ce que cela dit de moi? En revanche, je me rappelle les livres. Ma mère m’emmenait dans des librairies et je repartais toujours avec un bouquin sous le bras. C’était eux, mes objets fétiches: une collection d’ouvrages de première édition.

Un bonbon favori Les sucres d’orge blanc et rouge de Noël qui sont en forme de crosse. Mais je dois avouer que je ne mange jamais de bonbons.

Un dessert enchanteur Je ne peux pas vous dire un nom de gâteau, mais je suis une grande fan des rochers Ferrero à la noix de coco… Je suis très spécifique en la matière. Si je dois manger un chocolat, autant que cela soit mon favori, non?

Un légume détesté Aucun. J’ai longtemps été végétarienne et j’adore toutes les soupes.

Premier amour James Haven, mon grand frère! Depuis toujours, nous formons un duo solide. Et notre complicité nous a permis de tout surmonter à deux.

Des vacances mémorables Mon meilleur souvenir est un voyage en Europe, avec maman. Je l’avais pour moi toute seule et je découvrais ce continent, qui m’a émerveillée. J’avais 14 ans.

Un vêtement préféré Une tunique blanche sans manches qui s’arrêtait aux genoux.

Un héros Joséphine Baker. Jeune, j’admirais son image et son look d’artiste. Puis j’ai découvert son histoire, son amour pour les nombreux enfants qu’elle avait adoptés. Elle est devenue plus qu’une héroïne: un modèle, qui a eu avant moi une famille issue de divers continents.

Une phrase qu’on me répétait et qui m’agaçait «Sans douleur, il n’y aurait pas de souffrance. Et sans souffrance, nous n’apprendrions jamais de nos erreurs.» Horrible, n’est-ce pas?

Vera Anderson/WireImage
1 / 1© DR

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.