Femina Logo

Cyberviolence

73% des femmes journalistes sont victimes de harcèlement en ligne

World press freedom day unesco women security getty

Le cyberharcèlement n'est pas anodin: 30% des femmes interrogées ont avoué s'autocensurer sur les réseaux, 26% ont été affectées dans leur santé mentale, 4% ont quitté leur job.

© Getty Images / JGI Tom Grill Blend Images

L’Unesco a profité de la journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, pour publier son rapport sur la sécurité des femmes journalistes. Selon une enquête menée par le Centre Internationale des Journalistes, 73% des femmes journalistes dans le monde affirment avoir été victimes de violence en ligne, soit 3 femmes sur 4. Parmi elles, 25% ont reçu des menaces de violence physique, 18% de violence sexuelle. Plus de 900 participants issus de 125 pays ont répondu à l’enquête. Outre des entretiens approfondis, 2,5 millions de messages Facebook et Twitter ont été analysés. Ils visaient deux journalistes d’investigation, Carole Cadwalladr, qui avait dévoilé la fuite de données Facebook-Cambridge Analytica, et Maria Ressa, originaire des Philippines, lauréate du Prix Mondial de la Liberté de la Presse 2021. Facebook est par ailleurs la plate-forme jugée la moins sûre par les femmes interrogées.

Sans surprise, les cyberattaques sont personnelles plutôt que sur le contenu des articles. Elles visent le physique de ces femmes, mais aussi leur origine ethnique et leur orientation sexuelle. Les femmes noires sont plus souvent visées (81% contre 64% pour les blanches), tout comme les homosexuelles (88% contre 72% pour les hétéros).

Ces comportements ont des conséquences non négligeables sur ces professionnelles de l’information: 30% ont avoué s'autocensurer sur les réseaux, 26% ont été affectées dans leur santé mentale, 4% ont quitté leur job.

Un conseil? S'endurcir...

Les attaques en ligne contre les femmes augmentent de façon exponentielle. Pire: pour 20% d’entre elles, ces attaques ont débordé dans leur vie réelle, avec injures, agressions ou harcèlement. Ce taux bondit à 53% pour les femmes arabes. La liberté d’expression est non seulement menacée, mais les conséquences peuvent être mortelles. Et les solutions pour contrer ce fléau sont pour l’instant insuffisantes: médias et employeurs ne prennent pas vraiment au sérieux le problème, et les Etats peinent à mettre en place des politiques et des cadres réglementaires. Seules 25% des victimes ont signalé leur cas de violence en ligne, et pour 10% le signalement est resté sans suite, 9% ont reçu le conseil de s’endurcir et 2% se sont vues demander ce qu’elles avaient fait pour provoquer cette agressivité.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Valérie vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E63: Comment mieux vivre la ménopause

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné