Femina Logo

santé

L’incontinence urinaire: on en parle?

Getty Images 91437759 web

Quand on est prise d'envies pressantes irrépressibles et incontrôlées de faire pipi, cela devient un vrai handicap au quotidien.

© Getty Images

FEMINA Le 9 novembre 2017, le service de gynécologie des HUG organise une conférence publique sur l’incontinence urinaire, invitant les femmes à oser en parler. Pourquoi?

Dr PATRICK DALLENBACH, responsable de l’unité de périonéologie des HUG L’incontinence urinaire est encore perçue comme une maladie honteuse. Seules 20 à 50% des femmes concernées en parlent à leur médecin. Géographiquement et culturellement, plus on descend vers le sud, moins on aborde le sujet. Pour de nombreuses femmes, il est normal de souffrir de pertes urinaires, avec l’âge par exemple, alors que ce n’est pas une fatalité et que des solutions existent.

Est-ce qu’il y a une tranche d’âge plus touchée?
La perte involontaire d’urine touche tous les âges. 20 à 30% des jeunes adultes en souffrent, 30 à 40% des femmes entre 40 et 60 ans, et 30 à 50% des femmes âgées de plus de 60 ans, à des degrés divers. Avec l’âge, la proportion de femmes touchées par les incontinences d’urgence ou mixte augmente par rapport à celles qui ne souffrent que d’incontinence urinaire d’effort.

Quelles différences entre ces trois types d’incontinences?
L’incontinence urinaire d’effort est due à un défaut de résistance de l’urètre, le conduit de sortie de la vessie. Les fuites se produisent donc simultanément à une augmentation de la pression abdominale provoquée par un effort physique. L’incontinence urinaire par urgenturie, la plus invalidante, est liée à des besoins irrépressibles et imprévisibles dus à un problème de contrôle nerveux de la vessie. L’incontinence urinaire mixte combine chez la même patiente les deux premiers types.

De quoi est-ce que cela vient?
L’incontinence urinaire d’effort est liée à un défaut de soutien sous-urétral et à une perte de résistance de l’urètre liée à la qualité intrinsèque des tissus de chaque personne. Le terrain est le facteur prédominant, mais l’accouchement est souvent un facteur déclenchant, de même que l’excès pondéral et toutes les activités qui augmentent la pression sur le plancher pelvien (travail physique, sports avec impacts, etc.) L’incontinence urinaire d’urgence peut survenir à tout âge et n’a souvent pas de cause précise, mais le vieillissement est un facteur de risque prédominant pour son apparition.


A lire aussi:
Tout ce qu'il faut savoir sur la course à pied
Q
uand l'accouchement ne se passe pas comme prévu
J'ai surmonté un accouchement traumatique


Les nullipares sont donc protégées?
A priori ne pas avoir eu de grossesse est un facteur protecteur, mais les femmes n’ayant pas accouché peuvent aussi souffrir d’incontinence urinaire d’effort si la qualité de leurs tissus de soutien est constitutionnellement plus lâche. Ces patientes présentent aussi souvent une propension à développer des hernies de la paroi abdominale ou des varices. Les urgenturies sont parfois liées à leur hygiène de vie (stress, consommation d’alcool ou de tabac). Ce syndrome de la vessie hyperactive peut être traité avec un réentraînement à gérer des volumes plus grands.

Les solutions thérapeutiques existent donc?
Oui, et elles sont efficaces dans la plupart des cas. L’incontinence d’effort est prévisible et on peut s’y préparer. Dans un premier temps, on recourra à une rééducation du périnée. Ensuite, des traitements chirurgicaux complémentaires soignent 80 à 90% des cas. Pour l’urgenturie, les traitements de rééducation, par médicaments, par électrodes de neuromodulation ou avec des injections de Botox améliorent également la symptomatologie et par conséquent la qualité de vie.

A partir de quand faut-il s’inquiéter?
Tout dépend des seuils de tolérance de chacune, de son ressenti. Une femme qui perd une goutte une fois par semaine peut être très gênée, pour une autre qui perd quelques gouttes tous les jours ce sera tolérable. Chaque type d’incontinence a sa solution et c’est ce à quoi nous voulons sensibiliser les femmes le 9 novembre 2017.

Un espace où s’informer

Quoi? Conférence publique Incontinence urinaire, libérons la parole des femmes.

Quand? Jeudi 9 novembre 2017 à 17h30.

Où? Maternité des HUG, auditoire, boulevard de la Cluse 30, Genève.

Plus d'infos.

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.