Femina Logo

santé

La pâte à tartiner est l’aliment qui procure le plus de culpabilité

Pate a tartiner etude culpabilite gourmandise

«Il s'agit pour les femmes d'une expérience à la fois plus rare et plus transgressive au regard des normes de minceur qui pèsent toujours beaucoup plus sur la gent féminine que masculine.» (Grrrr...)

© Cris Dinoto

Une personne sur deux s'est déjà sentie coupable en dévorant ce qui est considéré comme de la «malbouffe»: voici ce que révèle une nouvelle enquête réalisée par l’Institut français d’opinion publique (Ifop).

Cette liste inclut les pâtes à tartiner (37%), sucreries (37%), chips (37%), hamburgers (36%), plats préparés (33%), kebabs (32%), frites (31%), pizzas (29%), chocolat (29%) et glaces (27%). Bref, toutes nos raisons de vivre.

VendreDIY: comment concocter soi-même sa pâte à tartiner

Le diktat de la minceur, toujours

Sans surprise, les femmes sont davantage concernées par ce sentiment de culpabilité.

«Il s'agit pour elles d'une expérience à la fois plus rare et plus transgressive au regard des normes de minceur qui pèsent toujours beaucoup plus sur la gent féminine que masculine», analyse l'Ifop.

Ainsi, 41% des femmes sondées auraient honte de succomber à la tentation de la pâte à tartiner, contre 34% d'hommes. Le ratio est même de 42% pour les femmes et 32% pour les hommes lorsqu’il s'agit de sucreries.

Les jeunes femmes âgées de moins de 25 ans sont particulièrement complexées à l'idée d'engloutir un aliment très gras ou sucré: 61% d'entre elles et 70% des étudiantes culpabilisent, quand la moyenne générale se situe à 52%.

Pour l’amour du chocolat

Puisque les femmes doivent faire face au diktat de la société, les sondées ne boudent pas leur plaisir et sont même plus nombreuses que les hommes à savourer un morceau de chocolat (57% contre 48%) ou une glace (50% contre 44%). Ah, enfin un point positif! Ou presque… Car ces chiffres confirment, une fois de plus, que de transformer un aliment en tabou le rend beaucoup plus attrayant.

Résultat, 22% de personnes interrogées avouent même avoir déjà caché d'avoir englouti des bonbons, une pizza, un burger ou un autre aliment jugé peu sain. (Whaaat?!)

#FeminaOpinion: Par pitié, arrêtez de nous dire ce qu'on ne doit plus manger!

Et si on arrêtait de culpabiliser à la moindre chips avalée? Contrôler la quantité de sucreries et de fast-food consommés, oui: c’est indispensable pour notre santé. Mais culpabiliser lorsqu’on se décide enfin à craquer pour une demi-tartine de Nutella? Stop! L’équilibre est la clé, mais le bonheur est le but (et le Nutella nous rend très, très heureuses!).

Barbecues, glaces, apéros: comment savourer les plaisirs de l'été en minimisant les dégâts?

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.