Femina Logo

santé

Etude: la cigarette électronique accroît-elle vraiment le risque de cancer?

Jeune femme cigarette electronique vapotage

«L’estimation la plus sûre dont nous disposons actuellement est que le vapotage ne représente que 5% des risques que courent les fumeurs de tabac.»

© Getty

Bien qu'il ne s'agisse que d'une étude préliminaire, les résultats de la recherche menée par l'université de New York sont surprenants: selon elle, l'inhalation de la fumée produite par l'e-cigarette aurait des effets très néfastes sur divers organes du corps humain, tels que les poumons, la vessie et le coeur. Tandis qu'en 2015, des scientifiques britanniques avançaient que les cigarettes électroniques représentaient 95% moins de risque que le tabac classique, voilà que l'alternative «parfaite» aux Marlboro se trouve elle aussi décriée.

Pendant douze semaines, des cellules humaines (et des pauvres rats de laboratoire...) ont été exposées à des substances chimiques équivalentes à dix années de «vapotage». A la fin de l'expérience, il est apparu que la vapeur de nicotine avait sérieusement endommagé l'ADN des tissus testés, tandis que le nombre de leurs cellules «réparatrices» s'était mis à chuter, en cours de route. D'autres expériences devront être réalisées avant de pouvoir établir ces résultats avec certitude, mais les chercheurs newyorkais en tirent des conclusions limpides: la cigarette électronique favorise l'apparition de cancers et augmenterait également le risque de souffrir d'une maladie cardiovasculaire.

«Mois sans tabac»: 6 astuces pour éviter la prise de poids

Pas de quoi s'alarmer?

L'argument de vente numéro 1 des e-cigarettes ne tiendrait-il donc plus la route? Aux Etats-Unis, 60% de ses utilisateurs seraient des adolescents, membres d'un mouvement qui tend à dépopulariser la cigarette classique. Malheureusement, un rapport publié en janvier 2018 suggérait que le vapotage pouvait prédisposer les lycéens à se tourner vers le tabac, à un moment ou à un autre.

On se demande quelles seront les conséquences de ces conclusions scientifiques: découragés par la nocivité inattendue de leurs cigarettes électroniques, les utilisateurs cèderont-ils à nouveau à leurs anciennes habitudes?

Si certains scientifiques n’hésitent pas à tirer la sonnette d’alarme, d’autres estiment que les résultats de cette nouvelle recherche ne devraient pas être pris trop au sérieux. Ainsi, Peter Hajek, directeur de l’unité de dépendance au tabac à l’université de Londres, affirme au «Guardian»:

«Cette étude ne démontre rien du tout quant aux dangers du vapotage. Elle ne prouve pas que cette pratique provoque le cancer. […] Il s’agit seulement d’une fausse alarme parmi tant d’autres, destinée à estomper la notion d’alternative positive pour les fumeurs. L’estimation la plus sûre dont nous disposons actuellement est que le vapotage ne représente que 5% des risques que courent les fumeurs de tabac.»

De nouvelles recherches devraient être menées prochainement, afin d'éclairer au mieux cette affaire. On vous tient au courant.

L'allaitement pourrait prévenir la reprise du tabagisme maternel

Podcasts

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Dans vos écouteurs

E8: Mieux s'organiser, pour tirer le meilleur de chaque journée

Bullet journal, méthode d'Eisenhower, anticipation, quête de perfection... la coach Caroline Moix nous parle d'organisation, pour nous aider à accorder davantage de notre temps à ce que nous aimons vraiment.

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.