Femina Logo

santé

«Endosphère», le court-métrage bouleversant sur l’endométriose

«Endosphère», le court-métrage bouleversant sur l’endométriose
© Capture d'écran YouTube

Annabelle Mai et Carolina Guidotti, deux amies et réalisatrices, proposent «Endosphère», un film de 6 minutes à visionner sur YouTube. Elles ont recueilli les poignants témoignages de 4 jeunes femmes souffrant d’endométriose. Chaque malade développe des symptômes différents, ce qui en fait une maladie difficile à cerner. Certaines ont des douleurs pelviennes et lombaires, d’autres lors des règles ou des rapports sexuels. Troubles digestifs et urinaires, problèmes d’infertilité peuvent également assombrir le tableau. Il y a autant d’endométrioses que de femmes atteintes.

Licenciement et ruptures amoureuses

Les mots utilisés pour parler de la douleur ressentie font froid dans le dos. À l’instar de Natacha, qui témoignait dans Femina, les «coups de couteau dans le bas du ventre» décrivent la souffrance physique endurée.

Le court-métrage évoque le «gant de fer qui sert votre appareil génital», ce «fil barbelé piquant qui s’enroule autour de vos trompes».

Et comme le rappellent les quatre témoignages, «l’endométriose ne fait pas souffrir uniquement physiquement, mais aussi sentimentalement» et moralement. Perte de libido, ruptures amoureuses, dépression… Elle impacte toutes les relations, y compris professionnelles. «J’étais moins performante au bureau, considérée comme une chochotte, une fainéante, raconte l’une d’elles. J’en ai perdu mon emploi.»

«Mon ventre vide, je l'ai haï»: le poignant témoignage d'Enora Malagré, atteinte d'endométriose

L’une des jeunes personnes interrogée s’est vue contrainte de congeler ses ovocytes. «J’avais 27 ans et la fertilité d’une femme de 45», confie-t-elle. Le spectre de l’infertilité est omniprésent, de même que les innombrables médicaments censés faire passer la douleur qui se révèlent tous, ou presque, inefficaces.

Oser en parler

Plusieurs stars ont récemment pris la parole pour évoquer leur endométriose. Lena Dunham, Enora Malagré, Lorie, Daisy Ridley, Imany, Laetitia Milot ont ainsi ouvertement partagé leur vécu. Alors qu’une à deux femmes sur dix seraient atteintes, il est essentiel d’en parler, encore et encore. Car comme le rappelle «Elle», il faut en moyenne 7 ans pour diagnostiquer la maladie. Quant au court-métrage d’Annabelle Mai et Carolina Guidotti, il se conclut sur ce message d’espoir:

«Écoutez votre corps, parlez-en, n’ayez pas peur. Et battez-vous.»

Emotion: en larmes, Laetitia Milot rappelle que son combat contre l'endométriose continue

Podcasts

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Dans vos écouteurs

E8: Mieux s'organiser, pour tirer le meilleur de chaque journée

Bullet journal, méthode d'Eisenhower, anticipation, quête de perfection... la coach Caroline Moix nous parle d'organisation, pour nous aider à accorder davantage de notre temps à ce que nous aimons vraiment.

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.