Femina Logo

minceur & forme

Pourquoi réussir un régime est une tâche complexe

Des chercheurs de l'université de Buffalo et de Nebraska-Lincoln (États-Unis) constatent que, si une majorité de la population américaine fait des efforts pour maigrir, la plupart échouent à perdre du poids. Aujourd'hui, avec près de 160 millions de personnes en surpoids ou obèses, les États-Unis sont le premier pays touché par ce fléau de santé publique.

L'étude rappelle que près d'un tiers des adultes suit actuellement un régime alimentaire pour contrôler son poids ou maigrir. Or, peu aboutissent réellement. «Il y a clairement une déconnexion», analyse Marc Kiviniemi, chercheur en santé publique à l'Université de Buffalo et coauteur de cette étude publiée dans le Journal of Health Psychology.

À travers l'analyse des modèles de prise de décision en matière de santé, les chercheurs se sont appliqués à comprendre les facteurs qui guident le comportement, notamment lorsqu'on décide de suivre un régime. La génétique, la biologie ou l'environnement jouent tous un rôle, mais ce sont pour l'essentiel les sentiments qui nous guident.

«Il n'y a donc pas que la connaissance et l'évaluation de ce que nous consommons qui entrent en jeu», selon eux, mais également «les sentiments éprouvés face à la décision alimentaire». Or, suivre un régime est un processus qui implique des intentions de départ, puis l'application d'un programme défini par la mise en oeuvre d'un comportement adapté, soulignent les chercheurs. Mais lorsqu'il s'agit de faire un choix alimentaire, les sentiments prennent le dessus. Mieux percevoir les sensations ressenties face aux aliments s'avère déterminant pour réussir un régime, souligne l'étude.

Leurs conclusions mettent également en évidence que des régimes trop privatifs ou déconnectés des préférences alimentaires comportent de sérieuses lacunes et sont quasiment voués à l'échec. En effet, L'expérience de la privation «associe un sentiment négatif à un projet positif de perte de poids», indiquent les chercheurs. Il est d'autre part important de faire la distinction entre les comportements qui nécessitent la mise en oeuvre d'efforts, de ceux qui sont automatiques.

En résumé, manger les aliments les plus sains qui plaisent le plus serait préférable, à la lumière de cette étude qui montre aussi qu'il est primordial, avant d'entamer un régime, de bien évaluer sa capacité à surmonter les obstacles.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.