témoignages

    Ces femmes qui ont radicalement changé de carrière

    Ces trois romandes ont toujours eu l'idée dans un coin de leur tête. Contrairement à d'autres, elles ont décidé de franchir le pas.

    Publié le 
    25 Juin 2015
     par 
    Aude Haenni

    Laurence a travaillé 10 ans dans le luxe. Aujourd'hui, elle se plaît à mettre la main à la pâte pour faire connaître son bar à cakes. Savina, elle, a décidé de créer sa propre entreprise d'événementiel après avoir passé de nombreuses années à imaginer des concepts pour les autres. Quant à Noémie, elle vit enfin sa passion de la naturopathie à 100% tout en gardant en mémoire son expérience en tant qu'employée de commerce. Découvrez ces trois portraits de femmes qui ont eu l'audace de quitter un job qui leur plaisait pour réaliser leur rêve.

    Laurence, du luxe au bar à cakes

    Derrière le comptoir, Laurence Courtois sert les cafés et informe sur les cupcakes du jour. «Le chocolat-passion est très demandé», lance-t-elle aux clientes. Dans sa boutique, Laurence est dans son élément. On ne s’imagine pas qu’elle a ouvert Cakes & Co il y a tout juste un mois dans cette rue passante de Vevey. Et on s’étonne d’autant plus lorsqu’elle nous dit avoir travaillé 10 ans dans le secteur du luxe dont 7 en tant que responsable relations presse dans l’horlogerie. Un coup de tête? «Pas du tout. La pâtisserie a toujours été une passion, que ce soit en tant que loisirs ou pour les amis. J’avais ce projet depuis longtemps dans un coin de ma tête, j’ai juste attendu le bon moment.» Le bon moment? Que la tendance des cupcakes et cake design se fasse une place en Suisse. «Des boutiques ont ouvert à Genève, Lausanne, Zürich, Berne… Mais il n’y en a pas sur la Riviera. En proposant une offre ici, les personnes n’ont plus besoin de se déplacer trop loin», explique la Veveysanne.

    Une parenthèse enrichissante

    Ouvrir une simple boutique de gâteaux n’était pas suffisant. Car si Cakes & Co est un bar à cake «convivial, à l’esprit loft contemporain, où l’on peut se détendre, boire un café en prenant un petit gâteau», il dispose aussi d’un coin idées cadeaux et accessoires et d’un espace professionnel en arrière-salle où sont proposés divers ateliers pour adultes et enfants. Comme on pourrait s'en douter, «il y a un gros investissement financier derrière». Sans oublier les nombreuses demandes administratives, les autorisations, les questions d'hygiène...

    «On apprend au fur et à mesure», fait remarquer cette diplômée de la Haute école de gestion. Tout comme les changements que cela implique au quotidien. «Il s’agit de longues journées. Il faut se lever très tôt, préparer les gâteaux, rester debout tout du long. C’est physique, fatigant… Mais c’est de la bonne fatigue.» Positive, il le faut.

    D'ailleurs, Laurence voit ce tournant dans sa vie comme une expérience enrichissante d’un point de vue professionnel et personnel. Non sans avouer qu’elle sera à court terme. «On va tout faire pour que ça marche, et lorsque ça aura pris forme, je reviendrai certainement à mon travail de responsable de communication.» Une parenthèse peut-être, mais qui la fait sourire lorsqu’elle se dit qu’elle réalise tout simplement son rêve.

    Informations: www.cakesandco.ch

     

    Savina, la responsable communication devenue wedding planner

    «J’ai toujours voulu créer ma propre boîte. Mais il me fallait d’abord avoir de l’expérience, travailler dans un grand groupe et à l’international.» Savina Uldry-Faessler s’était fait une idée précise de son parcours professionnel. En commençant par des études en sciences économiques et sociales où elle décroche un Master, et en parallèle 8 ans au Salon de l’auto et un job dans trois différentes agences d'événementiels… «J’ai toujours été attirée par cet univers et j’y ai toujours baigné», explique-t-elle.

    Après 17 ans dans la communication et dans l’événementiel, et 6 ans en tant que responsable dans un grand groupe de presse, Savina a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure. Suite à un déclic, tout simplement. «Ma maman est atteinte d’une maladie grave et cela a changé mes priorités. Elle m’a dit qu’il fallait que je crée mon entreprise, que cela faisait 10 ans que j’en parlais, raconte-elle. J’ai réalisé que la vie est plus courte que ce que l’on croit, qu’il faut la vivre intensément.»

    L’expérience, elle l’a acquise. L’idée, elle l’a depuis longtemps; elle se voit ainsi mettre sur place une entreprise de communication, events et sponsoring. Mais c’est son mariage l’an dernier - qu’elle décide d’organiser toute seule - qui lui fait voir encore plus loin. «J’ai découvert cet univers féerique qui demande énormément de connaissances. J’ai pris conscience qu’il y avait quelque chose à faire de ce côté-là.» Sans oublier son idée première, ce sont ses services en tant que wedding planner qui prendront le dessus, «un domaine pointilleux, spécifique, et émotionnel». L’événementiel couplé à une touche magique, la voilà comme un poisson dans l’eau.

    Le concept trouvé, Savina s’est alors attelée à la tâche: des textes à la communication, en passant par la création du site et de la SARL, la jeune femme a tout réalisé de A à Z. Avouant en souriant s’y être même prise durant son voyage de noces «dès que mon mari dormait sous le parasol»!

    Etre 100% convaincu

    «All you need about» a été lancé en octobre dernier. Ayant aujourd'hui atteint son rythme de croisière avec des contrats et des projets de mariage avec des Suisses, des Français et même des Américains, Savina a donné sa démission pour se consacrer pleinement à l’envol de sa boîte. «Je m’étais donné 2 ans, et ça a pris beaucoup plus vite que ce que je pensais.»

    Est-ce grâce au perfectionnisme de cette Fribourgeoise, à la relation qu’elle a tissé avec de nombreux prestataires de par son ancien travail, ou à cette positivité qui se dégage d’elle? On ne le saura jamais, si ce n’est que le rêve est devenu réalité. «Il faut être 100% convaincu, et se donner les moyens, conseille Savina. Et avoir un mari qui te dit de foncer», conclut-elle en souriant.

    Informations: www.allyouneedabout.ch

    Noémie, l'employée de comm' passionnée de médecines complémentaires

    Noémie Antonioli s’est toujours intéressée aux médecines complémentaires. Mais en sortant de l’école, elle s’imagine plutôt dans un bureau. «Je me voyais bien apprentie bancaire. J’étais trop jeune, trop immature pour avoir affaire à l’humain, à la santé. Et je voulais d’abord être dans le très cartésien.» 20 ans durant, elle travaillera en tant qu’employée de commerce. Et vivra sa vie, entre job, mariage et enfants… non sans oublier les médecines complémentaires. Qu’elle découvre premièrement sur elle, avant de franchir le pas. «J’avais envie d’exercer un boulot «passion», et la naturopathie regroupait tout ce que j’aimais, explique-t-elle. Je voulais être formée pour pratiquer vers les 40 ans, ce milieu de vie professionnel. En me disant qu’il me resterait 20 bonnes années à travailler et à m’éclater!»

    Aucun regret

    Noémie passe alors 4 années à suivre des cours les samedis et les week-ends, en parallèle de son travail et de sa vie de famille. Intense mais riche. Et finit par ouvrir un cabinet à Lonay (VD) tout en continuant à 50% au bureau, et ce pendant 3 ans. «J’aimais beaucoup être à la fois employée et indépendante. Mais il y avait une sorte de frustration, un besoin de se recentrer. Je ne peux pas l'expliquer, mais un jour, tout s'est aligné et j'ai fait un choix.» Celui du lâcher prise et d'une aventure en indépendante à 100%. Restait encore une discussion avec le mari – «Le soutien du conjoint est pour moi indispensable.»  et l’étape ultime: accepter de rechercher à nouveau une place d’employée de commerce si le cabinet ne trouvait pas sa clientèle. «J’ai attendu d’être prête à ça avant de donner ma démission.»

    Depuis une année et demie, Noémie se consacre exclusivement à sa passion et «il n’y a pas un jour où j’ai regretté». «Je gagne peut-être moins financièrement, mais j’ai gagné en qualité de vie. Je suis plus présente pour les enfants, pour faire les repas, les leçons.» Quant à son ancien travail, qu’elle a toujours aimé et qu'elle aime encore aujourd'hui, il l’aide quotidiennement au cabinet pour les dossiers et la paperasse. On ne pourrait demander mieux!

    Informations: www.noemieantonioli.ch

     

     

    A lire également
    Joëlle Neuenschwander
    Quand elle était jeune fille, Sylvia rêvait d’évoluer sous le feu des projecteurs.
    O
    Pour mettre leur travail au diapason de leurs valeurs et de leurs envies, elles n’ont pas hésité à changer de voie...
    O
    femme reflet roux dans les cheveux relookée
    A l’aube d’une nouvelle carrière, Valérie a sauté le pas.
    O
    Voyage
    Cet hiver, la classe Business 1ère des TGV Lyria propose des plats du chef Michel Roth. L’occasion de découvrir d'inédits bistros parisiens.
    O
    News loisirs
    Tous nos coups de cœur de l'année: le doux parfum du vin chaud, de la raclette et des marrons nous appelle déjà!
    O
    En Suisse
    Balades avec des husky ou rencontres avec des St-Bernard: de quoi faire briller les yeux de toute la famille!
    O