news société

    Révolte TV: Miss Pérou 2017 dénonce la violence faites aux femmes

    Quand les candidates au titre de Miss Pérou 2017 s’engagent contre le harcèlement, les violences sexistes et les agressions sexuelles: attention, frissons.

    Publié le 
    3 Novembre 2017
     par 
    Juliane Monnin

    «81% des auteurs d’agressions sexuelles sur des jeunes filles de moins de 5 ans sont proches de la famille», «plus de 70% des femmes au Pérou sont victimes de harcèlement de rue». Dimanche 29 octobre 2017, les candidates au titre de Miss Pérou ont tenu un discours engagé contre les violences faites aux femmes lors de la compétition qui se déroulait dans un grand théâtre de Lima.

    Un concours national au ton revendicatif  

    Adieu, typiques vœux de paix dans le monde ou autres engagements contre le réchauffement climatique des candidates. Cette année, le concours de beauté péruvien a certes revêtu les robes pailletées, mais a présenté 23 finalistes d’un nouveau genre, aux déclarations engagées.

    Un plateau TV comme une tribune

    En se servant de l’émission retransmise en direct à la télévision, les femmes en lice pour ce titre ont dénoncé les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes.

     

     

    Les violences faites aux femmes: des chiffres effrayants

    Se succédant au micro tour à tour, les candidates ont annoncé, plutôt que leurs mensurations, des statistiques sur les violences qui touchent les femmes au Pérou et dans le monde entier. Ces dernières font froid dans le dos:

    «2 202 féminicides au cours des neuf dernières années», «une fillette meurt toutes les dix minutes (dans le monde) victime de l’exploitation sexuelle», «72,8% des femmes victimes de violence sont des mères de famille». Des chiffres choc et un constat accablant.

    Un coup médiatique signé Jessica Newton

    Selon Buzzfeed, l’idée a été lancée par Jessica Newton, Miss Pérou 1987 et organisatrice de l’édition 2017. Interviewée par le site internet, elle a déclaré: «Ceux qui ne dénoncent pas et ceux qui ne font rien pour que cela cesse se rendent complices.»

     

     

    Grâce à cette tribune, elle espère notamment faire en sorte que les victimes ne se sentent plus isolées:

    «Malheureusement, il y a beaucoup de femmes qui ne savent pas et pensent être des cas isolés, a-t-elle déclaré sur TV5 Monde. La reine de beauté nationale doit être l’ambassadrice des femmes qui se tiennent debout, de toutes celles qui n’ont pas de voix.»

    Depuis l’affaire Weinstein de cet automne 2017, dans tous les milieux, les langues se délient, les victimes de harcèlement sexuel parlent et dénoncent. Espérons que cette vague mondiale cathartique - largement portée par les réseaux sociaux via les hashtags #balancetonporc et #metoo - portera ses fruits et ne retombera pas dans l’oubli au 1er janvier 2018.  

     

     


    A lire aussi:
    Comment éduquer son fils pour qu’il ne vire pas «sale porc»?
    «Au nom de Marie»: l’édito choc de «Elle»
    Le bouleversant discours de Teri Hatcher sur les violences faites aux femmes

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O