news société

    La Norvège décide d'interdire les élevages d'animaux à fourrure

    Alors qu'il possède actuellement plus de 250 fermes dans lesquelles sont exploités des milliers de visons et de renards, le pays bannira complètement cette activité d'ici 2025, selon une décision du gouvernement. Annoncée le 14 janvier 2018, elle marque une immense victoire pour les défenseurs des droits des animaux. 

    Publié le 
    19 Janvier 2018
     par 
    Ellen De Meester

    Les défenseurs des droits des animaux ont poussé un rugissement de joie, en apprenant la nouvelle: la Norvège deviendra prochainement le 14e pays européen à bannir la production de fourrure animale, d'après une décision de la Première Ministre Erna Solberg. En effet, d'ici la fermeture officielle des élevages prévue pour 2025, les exploitations démantelées recevront une somme de compensation. Il s'agit d'une victoire de taille pour les organisations prônant le «No fur», sachant que le pays représente l'un des plus importants producteurs de fourrure du continent eurpéen, avec un total de 250 fermes destinées uniquement à cette activité. 

    Selon l'Association norvégienne des éleveurs (qui se dit d'ailleurs «profondément choquée» de cette décision), 600 000 visons et 150 000 renards y sont actuellement exploités, des chiffres considérés comme inacceptables par le Parti Libéral, à l'origine de l'initiative. La Norvège produirait en effet plus d'un million de peaux chaque année. Une écrasante majorité de celles-ci (quasiment 99%) serait d'ailleurs destinée à l'exportation, sachant que 68% de la population locale s'oppose très clairement à ce genre de production: les principaux clients seraient la Russie et la Chine, tandis que la Finlande se classe également parmi les plus grands exportateurs de fourrure. 

     

    Michael Kors renonce à la fourrure animale

    Vers le démantèlement d'un marché

    En 1939, la Norvège était le premier producteur mondial de fourrure de renard, et possédait un nombre de 20 000 fermes d'exploitation, selon un rapport officiel rédigé par le gouvernement. Depuis cette époque, la production a diminué de façon drastique, si bien qu'en 2013, le pays n'était à l'origine que de 3% des peaux vendues dans le monde. 

    Ravi, le directeur de la branche européenne de la «Humane Society International» (HSI), qui lutte contre l'exploitation des animaux, espère que «éleveurs norvégiens démantèleront leurs fermes avant le délai imposé», ainsi que le rapporte le journal «The Independent». A ses yeux, «l’exploitation d’animaux sauvages dans des conditions aussi terribles est inconditionnellement cruel. Voir un pays scandinave bannir ce terrible commerce représente vraiment un moment historique.»

    Alors que les associations de défense des animaux rugissaient de colère, courant 2017, de voir des renards «gavés», pesant plus de cinq fois leur poids normal, et que Kendall Jenner se trouvait lynchée sur les réseaux sociaux pour avoir porté un manteau en fourrure de raton laveur, il semble que le monde réagisse enfin. Petit à petit, de grandes maisons telles que Gucci et Michael Kors bannissent les peaux animales de leurs créations. Espérons que le mouvement se poursuive, et s'accélère! 

    La fausse fourrure, it-matière de l'automne-hiver 2017

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O