news société

    Chronique: Les robots sont idiots

    Si vous ne pouvez pas vous déconseille entre des shorts et une jupe, faites-le tous, allez dans les deux sens!» Eh oui, c’est comme ça que l’Intelligence Artificielle décrit un short de course à pied que je convoitais sur un site de vente en ligne anglo-saxon.

    Publié le 
    22 Août 2017
     par 
    Sonia Arnal

    J’imagine que ça vous fait ça aussi: de plus en plus souvent, sans vous demander votre avis, un robot quelque part décide que vous n’allez pas comprendre un descriptif ou un commentaire en anglais et vous balance sa traduction d’office. A laquelle, forcément, on ne comprend rien. Sur les mérites techniques dudit short, j’ai par exemple eu droit à «le tissu Poligiene limite tout potentiel de réflexion». Genre tu enfiles ton pantalon pour aller jogger, et paf! direct tu attrapes un QI d’huître.

    Plus bas il y a «Active Dry est le moyen long et lent de dire que ce tissu sèche plus vite que vous ne pouvez l’exécuter». Attends, c’est lent ou rapide, le séchage de ces cuissettes? Et puis, qui a dit que j’avais envie de les tuer? En plus, il semble que je suis en train d’acheter un DVD: l’objet est qualifié de «court-métrage 2 en 1 avec une sensation soyeuse du tissu pique unique contre votre peau», ce qui «ne cloue pas la description». Dans le doute, je me suis abstenue – je voyais déjà arriver un objet de torture muni de pointes pour coureur catholique orthodoxe qui trouverait que le running n’est pas en soi un chemin de croix assez douloureux.

     

    Je ne voudrais surtout pas la jouer vieux-conniste tendance c’était mieux avant, mais…

     

    Tout le monde a droit à une deuxième chance, pourquoi pas un absurde robot traducteur, me suis-je dit. Je suis donc allée sur Facebook voir le profil d’un instructeur de plongée rencontré en Thaïlande et qui s’exprime dans un langage fleuri – au sens littéral du terme –; je suis bien sûr incapable de comprendre le sens de ces fioritures. Eh bien, après divers essais de la sympathique option «voir la traduction», je peux vous jurer que ça reste peu concluant. Sur une photo où on le voit donner le biberon à un bébé, j’ai eu droit à «Frère est facile à manger, mange tous les chats». Déjà c’est son fils, pas son frère, et ensuite, clairement, et là on peut dire tout ce qu’on veut sur les différences culturelles culinaires à travers le monde, ce qu’il ingurgite, le gamin, c’est pas du félin, c’est du lait maternel en poudre.

    Bref, je ne voudrais surtout pas la jouer vieux-conniste tendance c’était mieux avant, mais si c’est ça l’Intelligence Artificielle supposée nous remplacer au travail dans un proche avenir, et à plus long terme régenter l’entier de la planète, on ne va pas être mieux rendus qu’avec Trump: elle non plus, elle ne sait pas ce qu’elle dit.


    A lire aussi:
    Chronique: Facebook me tyrannise
    Décryptage: qui sont les nouveaux hippies?
    Chronique: Aspirateur 1 Camus 0

     

    A lire également
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    Les applis de rencontre auraient tué le romantisme, seraient envahies par les hommes... on fait le point sur les mythes et vérités de l'amour online.
    O