famille

    #FeminaOpinion: À quand une Fête des pères?

    La Fête des mères, on ne la manquerait pour rien au monde. Mais qu’en est-il des papas? Alors que nos voisins les célèbrent chaque année, la Suisse reste à la traîne.

    Publié le 
    18 Juin 2017
     par 
    Muriel Chavaillaz

    Autant pour moi: il existe bel et bien une Fête des pères en Suisse. Elle a lieu chaque année durant le premier dimanche de juin. Vous l’avez manquée? Moi aussi. Et pour cause: on n’en parle pas et, pour beaucoup, on ignore même qu’elle existe. Pourquoi une telle différence entre la Fête des mères et celle des pères?

    En Suisse, la Fête des pères est née en 2006, sous l’impulsion de l’association Männer.ch. Le but? «Cette journée d’action se veut une reconnaissance vivante, colorée et toujours plus large pour l’engagement des pères», peut-on lire sur leur site internet. «Elle rappelle le chemin à parcourir afin que plus d’enfants profitent de la présence paternelle dont ils ont besoin.»

     

     

    Une célébration qui a du mal à s'imposer

    Le problème: malgré ses 11 ans d’existence, elle peine à se faire connaître. «Dans les écoles, cela commence petit à petit, suivant l’impulsion de certaines maîtresses, explique l’une des mamans de la rédaction. Mais ce n’est pas partout le cas.» Alors que l’on met un point d’honneur à ne surtout pas manquer la Fête des mères (repas, fleurs, petit cadeau…), on occulte totalement celle consacrée aux pères.

    Pourtant, dans une société qui se bat pour davantage d’égalité, cela ne devrait pas être le cas. Et non, la Fête des pères n’est pas anecdotique: elle reflète la place qu’occupent ces derniers au sein de la famille. On souhaite qu’ils s’impliquent autant que nous dans l’éducation des enfants, on se bat pour le partage des tâches (et de la charge mentale) ainsi que pour la création d’un congé paternité, on les enjoint à s’investir davantage à la maison. Mais on zappe totalement leur fête.

     

     

    Un dimanche par année, est-ce trop demander?

    «Trop commerciale», la célébration des papas? Pas plus que celle consacrée aux mamans. Il ne s’agit pas de plaider pour une surenchère de cadeaux et de choisir «quel drone offrir pour la Fête des pères», comme le suggère «Le Monde». Mais il serait peut-être temps de consacrer un dimanche par an à les remercier. Ou mieux: comme dans la crèche de ma filleule, de bannir la Fête des mères et des pères au profit de «la fête des parents». Car l’avenir, l’éducation et la prise en charge des enfants concernent tant le père que la mère.


    A lire aussi:
    #FeminaOpinion: on n'en peut plus de la femme parfaite sur Instagram!
    #FeminaOpinion: le perfecto est mort, vive le perfecto
    #FeminaOpinion: et si on fichait la paix à Brigitte Macron?

    A lire également
    Personne n’a envie que son petit bonhomme tourne gros macho toxique à la Harvey Weinstein. Comment s’y prendre? Mode d’emploi.
    O
    Edward Smith ne pourra pas voir ses quatre enfants grandir. Il s’est lancé dans un projet pas comme les autres pour leur venir en aide.
    O
    maman bébé travail ordinateur discrimination congé maternité jeune mère suisse
    Les jeunes mères sont souvent virées, placardisées ou réduites au temps partiel. Comment mettre fin à ces injustices?
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O