news mode

    #NoSizeFitsAll: une campagne pour dénoncer le diktat de la taille

    Lancée par le «Women's Equality Party», la campagne intitulée «No size fits all» inonde les réseaux sociaux de photos montrant des étiquettes de vêtements aux tailles aléatoires. Une façon de se battre contre la dictature du poids imposée par l’industrie de la mode.

    Publié le 
    23 Septembre 2016
     par 
    Juliane Monnin

    Le hashtag #NoSizeFitsAll, c’est l’histoire de trois British girls, Rosalie Nelson, Jada Sezer et Sophie Walker, qui unissent leurs forces pour combattre la dictature du poids qui règne dans le milieu de grande distribution.

    Victime du «toujours plus mince»

    Ce trio a eu l’idée de cette campagne grâce à leurs expériences respectives. Si le mannequin Rosalie, a vécu l'enfer car son agence lui demandait d’être toujours plus maigre, Jada, mannequin plus-size, égérie L'Oréal, est tout de même devenue en 2013, le premier visage de la Fashion Week grande taille à Londres.

    Quant à Sophie, elle dirige le parti féministe britannique et est dévouée à dénoncer des thèmes liés à l’égalité ou la santé.

    Désillusion de la mode

    Toute les trois usées par «l'idôlarie de la maigreur dans le monde de la mode», elles ont décidé de créer le «Women's Equality Party» et ont imaginé #NoSizeFitsAll pour tenter de faire bouger les choses.

    La Fashion Week de Londres comme tribune

    Souhaitant faire pression sur le British Fashion of Council lors des Fashion Weeks de Londres, leur idée est d’imposer aux créateurs de faire défiler des mannequins ayant une taille 40 ou plus. Leur autre exigence serait d'inclure au minimum, un mannequin taille 40 (ou plus) dans les pages shootings de mode des magazines.

    Des étiquettes de vêtements sur les réseaux

    Aussi, afin de démontrer que toutes les marques ne taillent pas de la même manière, mais aussi de sensibiliser toutes les femmes à la beauté de leurs corps, la team nous invite à partager une photo sur les réseaux sociaux de nos étiquettes de vêtements.

    Une étude réalisée par «ClickNdress» prouve que selon les marques, on peut peut prendre ou perdre 3 tailles de vêtements. Et au Royaume-Uni, si une femme sur cinq coupe l'étiquette de ses vêtements, c’est parce que 70% d’entre elles ont honte de la taille qu'elles portent. «Enough» vous dites?

     

     

     

     


    A lire aussi:
    Une ado convainc Zara de proposer des grandes tailles
    La nouvelle campagne H&M déride les clichés autour de la féminité
    «All Woman Project», la campagne qui bannit nos complexes

    A lire également
    Fun, décalées, bling-bling, et régressives, les créations sont caractéristiques de la maison italienne.
    O
    L’excentrique designer et icône de mode américaine vient de sortir son autobiographie.
    O
    La jeune femme met en avant des créations audacieuses déclinées dans une large gamme de tailles.
    O