culture

    Konsta Punkka, celui qui murmurait à l’oreille des écureuils

    Un jeune photographe se plonge dans les épaisses forêts du Nord, armé d’une patience à toute épreuve. Le résultat: des clichés époustouflants d'une une faune ordinairement si timide. Magique! 

    Publié le 
    9 Septembre 2016
     par 
    Ellen De Meester

    «Une fois de plus, rester éveillé toute la nuit pour faire des photos en a largement valu la peine!» écrit Konsta Punkka sur son compte Instagram. Cette phrase, humble résumé de son activité artistique toute particulière, s’accompagne d’une photo sur laquelle une biche slalome entre les arbres touffus et nous adresse un regard curieux.

    Immortaliser des instants d’incroyable proximité avec la faune locale est la spécialité de ce photographe finlandais de 21 ans qui brave volontiers les éléments pour saisir ces précieux moments de complicité entre homme et nature.

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

    Grand explorateur de son pays d’origine, il passe régulièrement des semaines entières à camper entre les arbres et les rochers. Appareil photo en main, il s’installe dans un coin reculé et attend patiemment que les animaux s’habituent à sa présence. Et parfois, cette fraction de seconde magique qui restera figée dans une photographie unique, se fait beaucoup attendre.

    Fusion de patience, de talent et de chance

    «Je savais que ce renard passait souvent par ici, à la recherche de proies. J’ai donc attendu encore et encore, et finalement, j’ai réussi à prendre cette photo dont je rêvais depuis un moment déjà», raconte-t-il sur sa page Facebook qui cumule environ 150 000 fans. Le procédé paraît plutôt fastidieux, mais il faut croire que la patience de Konsta Punkka, perpétuellement en chasse du moment opportun, est toujours récompensée.

     

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

     

    D’ailleurs, son art l’a transformé en véritable expert de la routine des écureuils, des habitudes des renards et de la personnalité des oiseaux.

    Par exemple, dès qu’il s’agit de souris, il sait exactement comment s’y prendre: «Pour les photographier, je dois toujours m’allonger sur le sol enneigé pendant au moins une heure. C’est important qu’elles s’habituent à ma présence et qu’elle n’aient plus peur», explique-t-il, toujours sur sa page Facebook.

    Et lorsqu’enfin la peur s’estompe et que la magie opère, les animaux osent s’approchent de Konsta Punkka, se laissant caresser et allant parfois jusqu’à manger dans le creux de sa main.

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

    Un million d’amis

    Si le photographe estime la conversation des renards «beaucoup plus intéressante» que celle de certains internautes, (comme il l’affirme en plaisantant sur son compte Instagram) il semble s’entendre à merveille avec ses compagnons touffus auxquels il lui arrive d’attribuer des noms. 

    Car ce que cherche avant tout le jeune homme, c’est l’émotion des animaux qu’il rencontre: en guettant leurs apparitions les plus fugaces, il parvient à capturer chez eux ce qui ressemble à de véritables expressions de joie ou d’inquiétude. Fasciné par le regard intense des renards et par la manière qu’ont les écureuils de se détendre après avoir trouvé une noix, ses photographies débordent de tendresse.

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

    Lors de notre prochaine balade, nous lancerons évidemment des regards furtifs de tous les côtés, dans l’espoir de croiser un renardeau. Mais au cas où notre patience s’épuiserait plus vite que celle de Konsta Punkka, voici quelques-unes de ses photos (évitons cependant de les admirer au bureau, les collègues devraient vite se lasser de nos couinements attendris): 

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

     

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     

     

     

     

    Une photo publiée par Konsta Punkka (@kpunkka) le

     


    A lire aussi:
    10 comptes Instagram dont les héros sont des animaux
    Je prête ma voix aux animaux
    #Jobderêve: Mélanie Bultez, serial photographer

     

     

    A lire également
    Deux ans après la diffusion du dernier épisode, HBO promet une suite retentissante... le 9 juin 2019!
    O
    Il y a 20 ans sortait la trilogie «Matrix» des sœurs Wachowski. Depuis, le monde n’est plus vraiment le même.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O