Femina Logo

talent pur

Prune Nourry, sculptrice et créatrice d'univers envoûtants

Prune nourry sculptrice artiste portrait

Ce qui la fait sortir du lit? «Le fait de pouvoir réaliser ce dont j’ai rêvé. Pas forcément durant la nuit même, ça ferait beaucoup, mais au sens large!», répond Prune Nourry.

© NICOLAS RIGHETTI

Son look n’est pas sans rappeler celui de Marina Abramović, une autre artiste emblématique catalysant elle aussi les maux et les obsessions de notre époque dans son art. Mais la comparaison s’arrête là. Prune Nourry est de celles dont on retient le nom. Artiste plasticienne à l’aura internationale née en 1985 à Paris, elle poursuit son œuvre tentaculaire, qui se déploie entre sculptures, performances, vidéos, installations et expositions.

Son univers à la fois envoûtant et inquiétant plane comme une énigme insaisissable dans le milieu de l’art contemporain, dont elle est la coqueluche. Sa démarche artistique se veut aussi anthropologique qu’esthétique. «Par le détour de l’art, de l’imaginaire, et donc de l’émotion, je cherche à susciter une réflexion qui sera à même de participer à un changement des mentalités.» Aujourd’hui basée à New York – l’épicentre de la scène avant-gardiste – elle est actuellement à Genève où elle a réalisé la scénographie pour la première suisse de l’opéra-ballet Atys, au Grand Théâtre de Genève jusqu'au 10 mars 2022. Au moment de la levée des mesures sanitaires en Suisse, et en attendant le grand frisson de la première qui a lieu le 27 février 2022, Prune Nourry se souvient de ses récents projets artistiques, lorsque la culture était à l’arrêt forcé.

Des bustes sculptés les yeux bandés

«J’ai eu la chance de pouvoir exposer dans l’enceinte du grand magasin Le Bon Marché à Paris, au moment où tous les musées étaient fermés en France. Même si ce n’était pas un centre d’art traditionnel, c’était le seul espace culturel ouvert. Mon exposition a pu avoir lieu dans ce paradoxe-là», se remémore-t-elle.

En septembre 2021, elle faisait un contrepied poétique aux distances physiques imposées par la pandémie avec l’exposition «Phénix», basée sur le toucher, à la galerie Templon, à Paris: «C’était un projet à l’échelle beaucoup plus intime. J’accueillais dans mon atelier des personnes non voyantes dont je sculptais les bustes moi-même sans les voir, avec un bandeau sur les yeux. Je ne les ai vus ni avant ni après le projet. C’était ma réponse par le toucher à la situation sur laquelle le voile se lève enfin.» Cette insatiable des sensations fortes ne fuit pas les contraintes. Au contraire, elle les embrasse pour que résonne encore plus puissamment l’écho de son travail qui s’articule autour du corps humain.

Retour à Genève, où elle peaufine le décor de l’opéra depuis plusieurs mois. «Il s’agit vraiment d’un travail d’équipe, c’est très important pour moi de le souligner. Le metteur en scène et chorégraphe Angelin Preljocaj a eu l’idée de réunir l’univers de la costumière et sculptrice Jeanne Vicérial et le mien, qui sont à la fois très différents, mais avec beaucoup de points communs.»

Fruit de cette collaboration organique du trio, l’opéra se fond dans un décor inspiré des temples. «Il y a quelque chose d’assez universel dans ces constructions sacrées, assure-t-elle. Il y a aussi ce matériau interdit au théâtre, la corde, que Jeanne utilise beaucoup dans ses costumes. Nous avons créé un jeu entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, le macro et le micro, ainsi que sur les formes fractales que l’on retrouve à l’intérieur du corps. Ce sont des éléments qui m’inspirent énormément, comme dans l’exposition «Catharsis» où l’on retrouvait des poumons en forme de corail, des femmes rivières en forme d’arbre et de veines du corps humain.» 

Ce qui la fait sortir du lit

«Le fait de pouvoir réaliser ce dont j’ai rêvé. Pas forcément durant la nuit même, ça ferait beaucoup, mais au sens large!»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Alexandre vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E78: Comment prévenir le cancer de la peau

Dans vos écouteurs

E77: Comment mieux vivre nos émotions au quotidien

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné