Femina Logo

Femme Femina

Le nouveau défi de la dessinatrice Coco après «Charlie Hebdo»

Femme Femina Coco liberation charlie hebdo Vigousse

«J’ai beau essayer d’apprécier ce qui s’offre, je n’y arrive pas, cela me prend à la gorge, c’est dur à expliquer, mais il y a dans la beauté quelque chose d’insoutenable», écrit-t-elle dans son livre Dessiner encore.

© Joel Saget / AFP

C’est qui?

Corinne Rey signe d’un sobre et rondelet Coco les caricatures caustiques qu’on peut découvrir chaque vendredi dans «le petit satirique romand» Vigousse. Mais le nom de Coco est surtout associé pour toujours à Charlie Hebdo. En novembre 2007, elle entre comme stagiaire dans l’hebdomadaire parisien auquel son destin est lié à jamais après les funestes événements de janvier 2015. Rescapée de la fusillade qui a tué douze personnes dont huit membres de la rédaction, Coco s’est reconstruite petit à petit dans le silence et la discrétion imposés aux survivants, placés sous protection. La jeune maman a continué à vivre et surtout à dessiner comme elle respire, avec un talent indéniable, qui fait de 2021 une année charnière dans sa carrière.

Pourquoi on en parle?

Six ans après la tragédie, et quelques mois après le procès, Coco a publié mi-mars un récit graphique autobiographique. Promo oblige, la dessinatrice raconte encore et encore les cauchemars, la culpabilité du survivant, le triomphe de la vie en ce lent processus de reconstruction. Elle s’apprête surtout à relever un nouveau défi professionnel: à 38 ans, elle devient la caricaturiste attitrée de Libération, première femme dans ce rôle au sein d’un grand quotidien français. Elle succède le 1er avril à Willem, qui fêtera ses 80 ans le lendemain. «Prendre la suite de Willem, et en plus à Libération, c’est un honneur qui ne se refuse pas, a-t-elle commenté dans le communiqué.

«Je ne dis pas remplacer, car on ne remplace pas un génie du dessin. Alors je vais faire de mon mieux…»

Ce que les autres en disent

Fondateur de Vigousse, Barrigue lui rend hommage dans ses pages et raconte avec tendresse leur rencontre, en 2008, lors de la création du journal: «Je reçois l’offre d’une dessinatrice. Chic, une fille dans un milieu masculin! Elle se présente comme étant une racaille d’Annemasse, son lieu de vie de l’époque. Une racaille, ça me titille. Bien joué, Coco! Nous nous donnons rendez-vous à la gare de Lausanne et elle débarque du train accompagné de son papa! Trop chouquette, la fillette. Immédiatement, elle nous séduit par son talent et son engagement spontané. Coco ne nous quittera plus.» Fidèle à ceux qui lui ont donné sa chance, elle continuera à dessiner pour Vigousse et Charlie. Et surtout à se battre pour la liberté d’expression, quoi qu’elle en coûte!

Ce qui la fait sortir du lit

Dessiner encore, comme le titre de son livre, un récit graphique (elle n’aime pas dire BD) sorti aux Editions Les Arènes, le 11 mars 2021.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Valérie vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E54: Comment guérir et prévenir le burnout

Dans vos écouteurs

E53: Le rôle de nos ami.e.s, au cœur de la pandémie

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné