Femina Logo

Souvenirs et émotions

«Grandmas Project»: Une websérie dédiée à nos grands-mères

Grandmas project webseries grand meres saison 2 recettes

«Pour moi il fallait que les recettes de cuisine soient au centre car c'est – dans mon expérience – la meilleure façon de raconter avec délicatesse l'histoire de nos familles.» - Jonas Parienté, fondateur de Grandmas Project

© ORBON ALIJA/GETTY IMAGES

Quand on pense à notre grand-maman, qu'elle soit auprès de nous ou parmi les étoiles, une foule de souvenirs nostalgiques envahit notre esprit. Souvent, ces images sont accompagnées de parfums nostalgiques et d'arrière-goûts familiers des spaghettis fétiches de notre Mamie, de son gâteau aux pommes préféré, des haricots aux oignons de Granny ou des lasagnes traditionnelles de Nonna.

Afin d'immortaliser ces moments et de préserver les recettes préférées de grands-mères venues du monde entier, la websérie Grandmas Project publie des courts-métrages filmés par des petits-enfants, afin d'honorer ces femmes qui comptent tant pour elles et eux. Fondé par Jonas Parienté, directeur de l'agence Chaï Chaï Films, basée à Paris, le projet a reçu le patronage de l'Unesco en 2016 et a diffusé sa deuxième saison, disponible en ligne, le 5 octobre 2022.

Deux fois par mois jusqu'au 28 décembre, sept nouveaux mini-films réalisés par des femmes seront ainsi diffusés sur le site de la websérie. D'une durée de 8 minutes, ils se concentrent sur la préparation d'une seule recette et nous présentent ainsi la personnalité, les rêves et les doutes de sept grand-mamans en Roumanie, en France, en Algérie, en Italie, en Serbie, en Espagne et en Turquie. Le résultat sont des plongées douces, touchantes et intimistes dans des quotidiens, des pièces de vie et des existences passionnantes.

Héritage et histoires de familles

«Je voulais raconter l'histoire de mes deux grands-mères, l'une juive polonaise, l'autre juive égyptienne, au sein d'un même film, nous explique Jonas Parienté, la veille de la sortie du premier épisode de la saison 2. Mais après quelques années et quelques rencontres, j'ai préféré créer un projet collectif, collaboratif, dans lequel plusieurs réalisateurs-trices feraient un film sur leur grand-mère et les partageraient dans un même endroit.

Et pour moi il fallait que les recettes de cuisine soient au centre car c'est – dans mon expérience – la meilleure façon de raconter avec délicatesse l'histoire de nos familles.»

Depuis 2015, treize épisodes ont déjà vu le jour, d'abord créés au fur et à mesure par des ami-e-s du fondateur, puis sélectionnés parmi des dizaines de courts-métrages proposés. On y découvre par exemple le soufflé au fromage de «Yaya» en France, la Frikkadel de Sonia Debeauvais au Danemark, ou encore le Knedle de Dragica Karazija en Croatie. D'après l'Unesco, qui apporte par son patronage un soutien moral au projet, celui-ci «sensibilise l'opinion publique à l'héritage culturel intangible que peuvent transmettre les contenus digitaux». Car c'est bien d'héritage qu'il s'agit, distillé dans les discussions et les préparations culinaires capturées par les réalisateurs-trices.

«En ce qui concerne l'évolution des films et des histoires, [depuis 2015, ndlr] je trouve que le sujet se déplace un peu – parmi tant d'autres – vers la question des sacrifices faits par nos grands-mères pour que notre génération puisse tenter de réaliser ses rêves», poursuit Jonas Parienté.

7 nouveaux films réalisés par des femmes

C'est presque par hasard que les épisodes de la deuxième saison ont été créés exclusivement par des réalisatrices: «Nous avons reçu 115 candidatures et j'avais mis en place un comité de sélection pour choisir les dix meilleures propositions, précise le fondateur du projet. Parmi ces dix, il n'y avait déjà qu'un seul homme. Mais en raison du Covid-19, trois projets n'ont pas pu se concrétiser, dont celui-ci.»

Or, ce résultat 100% féminin apporte une dimension nouvelle au projet, en offrant davantage de place à ces jeunes artistes et leurs récits: «Je trouve que la transmission de femmes à femmes, à travers les générations, est d'autant plus centrale cette fois, analyse Jonas Parienté. C'est un peu comme si on brossait le portrait de deux générations de femmes: un portrait qui commémore la force des "anciennes" et un autoportrait de jeunes femmes artistes qui trouvent leur place et leur voix dans ce monde.»

En regardant ces films délicats et pleins de charme, on n'a qu'une seule envie: manger à nouveau les pâtes sauce tomate de notre grand-mère, regarder ses plus vieux albums photo et, si on a encore cette chance, lui envoyer un petit message pour la remercier.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné