Femina Logo

jeunes talents

Série mode: carte blanche aux photographes du CEPV

Les photos qu’on vous présente sont le fruit du travail de jeunes photographes prochainement diplômés du CEPV. Durant leur formation supérieure de deux ans, les étudiantes et les étudiants se construisent leur propre langage visuel en explorant les différentes facettes de la photographie par le biais d’une trentaine d’ateliers encadrés par des auteurs internationaux. Celui que nous vous présentons investit le champ de la mode. Il a été mené par le photographe et directeur artistique Eric Nehr, ainsi que par la styliste Elin Bjursell, tous deux basés à Paris.

Estelle Martin

FEMINA Quel est votre parcours?
Estelle Martin
J'ai débuté la photographie dans le cadre de mon apprentissage en tant que spécialiste en photographie. Cela n'avait rien d'artistique, ni de passionnant, je ne prenais l'appareil que pour réaliser des photos d'identité ou de CV. Je n'ai réellement que commencé une démarche artistique et des projets personnels qu'après la fin de mon CFC.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
Je n'ai pas travaillé avec un concept élaboré pendant ce workshop, étant donné les contraintes au niveau des modèles, des vêtements, qui devaient coller à la vision de l'école, du magazine et d'Eric Nehr, le photographe qui nous guidait. Ce n'est que pendant la prise de vue que j'ai réellement réfléchi à ma série photographique. J'y suis allée très instinctivement, la styliste choisissait les tenues pour nos modèles et je travaillais en fonction de ce que le.a modèle dégageait naturellement.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Il a été intéressant de rencontrer les coulisses de la photo de mode, de travailler avec autant de personnes autour de moi, ce dont je ne suis pas habituée. Mais ce workshop m'a aussi confortée dans mon point de vue sur la mode. C'est un monde encore très fermé, très hétérogène et même avec toute la volonté du monde, je n'ai pas vraiment pu prendre de photographies qui bougent un tant soit peu à cause des carcans stéréotypés de la beauté. Pour une raison assez simple, nous devions utiliser ces vêtements, de différents créateurs, dans lesquels très peu de personnes entrent, si ce n'est parfois qu'une seule jambe. Et de ce fait, nous devions choisir nos modèles en conséquence. Il y a encore un long chemin pour que tout.e.s les types de morphologie, types de peau ou de genres soient représenté.e.s. instagram.com/estellenatas

1 / 20

Gilet avec manches chemises en coton et nylon. Jupe en laine et polyester avec tulle, Kolor.

© Estelle Martin - Modèle Richard
2 / 20

Robe et top en satin de soie, Uma Wang.

© Estelle Martin - Modèle Eliane

Sami Farra

FEMINA Quel est votre parcours?
Sami Farra
J’ai d’abord fait un Master en Architecture à EPFL avant de poursuivre avec ma formation à l’Ecole Supérieure en Photographie de Vevey, CEPV.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
L’idée consistait à représenter le corps du modèle à la manière d’une statue antique et de jouer sur les répétitions des motifs de visages.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Ce workshop a assez peu changé ma vision de la photographie de mode. C’est à mon sens un monde relativement fermé, qui dépend de codes précis et de contraintes liées à chaque corps de métier impliqué. Il est donc difficile pour des jeunes photographes de parvenir à s’exprimer hors des sentiers battus et de sortir des représentations stéréotypées qui sont peu représentatives de la diversité qui caractérise notre société aujourd’hui. samifarra.ch

3 / 20

Combinaison élastique blanche à imprimé visages, Leandro Cano.

© Sami Farra - Modèle Serge

Tim Rod

FEMINA Quel est votre parcours?
Tim Rod
Dans mon travail, je traite des thèmes de l’exil et de l’habitat. Depuis quelques années, j’explore mes propres racines et origines. Toujours guidé par mes réflexions sur le déracinement et l’enracinement dans des lieux différents ou sur la façon dont la notion d’appartenance et d’attachement à un territoire se défait ou se crée dans un changement constant.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
J’ai travaillé de manière très intuitive. J’ai fait une promenade pour chaque tenue et j’ai mémorisé les lieux correspondants. Je me suis intéressé à la combinaison de couleurs, de formes et d’ambiances qui s’associent au modèle et aux vêtements pour former un ensemble. Ma priorité absolue est le confort de la personne photographiée. Cela a un effet direct sur le mouvement du corps et l’expression du visage.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
J’ai toujours eu des préjugés sur le monde de la mode, c’était un milieu superficiel, limité à l’apparence d’une personne. Mais pendant le shooting, j’ai réalisé que l’on apprend beaucoup sur la personne qui se trouve devant l’objectif. On doit avoir confiance l’un en l’autre. Il faut savoir que derrière chaque photo se cache une personne avec son histoire. Near.li

4 / 20

Jupe en tulle superposé et top en organza brodé à la main, Weisheng Paris.

© Tim Rod - Modèle Richard
5 / 20

Robe «Utility» portée en veste en coton Ottoman. Robe Débardeur en coton. Chapeau «apiculteur» en nylon. Sandales en Jersey, le tout Kenzo.

© Tim Rod - Modèle Daniela @Square Agency
6 / 20

Jupe en coton et viscose, Dries Van Noten. Boucle d'oreille en aluminium recyclé, plastique et perle en verre, Tétier Bijoux.

© Tim Rod - Modèle Daniela @Square Agency
7 / 20

Haut court en jersey de coton, plissé, dos drapé. Pantalon cargo en jersey technique. Escarpins à plateforme en cuir, le tout Louis Vuitton.

© Tim Rod - Modèle Daniela @Square Agency
8 / 20

Top en organza brodé à la main, Weisheng Paris.

© Tim Rod - Modèle Richard

Oriana Prati

FEMINA Quel est votre parcours?
Oriana Prati
Avant de commencer une formation en photographie, j’ai fait un apprentissage de graphiste. Mon père étant graphiste, je me suis naturellement tournée vers un métier artistique. La photographie m’a toujours intéressée et comme mon grand-père était photographe, ce fut une évidence de poursuivre mes études en photographie. De plus, le graphisme et la photographie se complémentent plutôt bien!

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
Je me suis plus concentrée sur le choix des modèles que sur la sélection d’habits. Ce que j’aime dans la photographie c’est le contact avec l’humain. Il était donc très important pour moi que j’ai une certaine alchimie avec mes modèles. Je crois que l’on peut le ressentir dans le shooting avec Lisa. Nous avions choisi une tenue très légère pour mettre en avant ses formes magnifiques. Elle fut très à l'aise durant la prise de vue et il y a eu une réel connexion entre elle et moi. J’ai choisi de travailler en studio avec une lumière naturelle car c’est ce que je préféré lorsque que je réalise des portraits. De plus avec Lisa, le but était d’avoir des images simples et sincères, ce qui, je pense, est réussi.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Cela m’a permis de mieux comprendre et voir tous les corps de métier qu’il y a pour réaliser une image de mode. Ce fut très enrichissant de travailler avec un maquilleur, une coiffeuse ainsi qu’une styliste. orianaprati.ch

9 / 20

Voilette bleue en tulle et perles, Victoria/Tomas. Culotte haute en velours, Simon Wild.

© Oriana Prati - Modèle Lisa Maria
10 / 20

Chemisette jaune réversible en coton et satin, Victoria/Tomas. Combinaison orange en polyester, Le fil Paris. Sandales Fluff Sugar jaunes en fausse fourrure végétale, Ugg.

© Oriana Prati - Modèle Anastasiya

Juliane Badoux

FEMINA Quel est votre parcours?
Juliane Badoux Après avoir terminé une formation en communication visuelle à Lausanne, j’ai travaillé pour des agences digitales et des entreprises dans le domaine des médias et du graphisme. Actuellement en formation à l’école de photographie de Vevey, j’alterne entre projets artistiques et mandats professionnels. Mes travaux explorent les possibilités esthétiques, expérimentales et narratives de la photographie. J’y aborde des thèmes tels que la perception, l’abstraction, la construction de soi et l’intime.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
En découvrant la collection de vêtements, j’ai eu envie de jouer avec un contraste fort de couleurs, de formes et de textures. Pour cela j’ai choisi de travailler avec de jeunes artistes qui ont une belle et forte personnalité. Mes modèles féminins furent une source d’inspiration pour créer les photographies. J’ai apprécié collaborer avec elles pour raconter une histoire au travers du corps, des mouvements, de l’émotion et d’une atmosphère pop colorée. Je voulais montrer des femmes de caractère qui représentent une génération pleine de rêves et d’ambitions.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Cet atelier m’a permis de découvrir le monde de la mode avec ses codes et aussi sa magie. Ce que j’ai trouvé intéressant et qui a changé ma perception de la mode a été d’appréhender le vêtement de créateur comme un élément important de la narration ainsi qu’imaginer et proposer un portrait pour une couverture de magazine. julianebadoux.com

11 / 20

Blazer en patchwork imprimé, en coton, Neith Nyer. Legging imprimé fleuri blanc en Lycra et bottines imprimé fleuri en en toile, Maitrepierre. Boucles d’oreilles Gema, en métal doré et cristaux Swarovski.

© Juliane Badoux - Modèle Asia
12 / 20

Robe courte volumineuse, Orange Light, en organza de soie, bordée à la main avec appliques d’organza, Maison Anastasia Mathiotte.

© Juliane Badoux - Modèle Eloïse

Ricardo Caldas

FEMINA Quel est votre parcours?
Ricardo Caldas
Né au Portugal et basé en Suisse depuis maintenant 13 ans, j’ai passé un CFC de photographe au CEPV à Vevey, puis continué mes études en formation supérieure de photographie aussi au CEPV.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
Mon but était de pouvoir photographier des personnes aux tranches d’âge différentes. J’ai voulu créer, en mélangeant le studio et l’extérieur, une série d’images dans laquelle la diversité et la beauté des genres et des corps se manifeste naturellement.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Je m’intéresse à la mode et aux gens depuis mes débuts en tant que photographe. Ce workshop a confirmé que j’apprécie travailler en équipe, et que mon intérêt pour les pièces de designers est toujours d’actualité. ricardo-caldas.com

13 / 20

Chemise orange oversize faite avec un châle en laine recyclé de Occhii. Jupe rouge en laine vierge et viscose, Nehera. Chaussures Cherry red 1461 Iced, en cuir smooth, Dr. Martens.

© Ricardo Caldas - Modèle Robert

Aurélie Giovannoni

FEMINA Quel est votre parcours?
Aurélie Giovannoni
J'ai débuté en tant que Médiamaticienne, spécialisée en design graphique et marketing. Rapidement, j'ai trouvé qu'il me manquait un aspect artistique. Je souhaitais développer mes compétences à travers mes propres créations visuelles et concevoir des projets, alors j'ai décidé de me tourner vers la photographie en tant qu'artiste photographe.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
Mon idée pour cette série était de capturer le moment suspendu qui constitue l'attente. Ce moment où le modèle n'a pas d'instructions et est perdu dans ses pensées, ne prêtant pas vraiment attention à ce qui se passe autour de lui.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Je ne disposais pas vraiment d'expérience en photographie de mode à proprement parler, si bien que cela m'a permis d'expérimenter davantage le portrait et la mise en espace d'un modèle tout en jouant avec la texture des vêtements permettant d'habiller l'image. C'était très ludique! instagram.com/philosophiqueportatif

14 / 20

Bandeau bra en chenille jacquard. Panties en Chenille jacquard. Bague Poesy en métal finition dorée. Bague Animals en métal finition dorée. Sautoir Poesy en métal finition dorée, le tout Dior. Bas, Wolford.

© Aurélie Giovannoni - Modèle Camille
15 / 20

Jupe plissée tricolore en polyester Pleats Please Issey Miyake. Top orange en polyester Issey Miyake.

© Aurélie Giovannoni - Modèle Inès
16 / 20

Voile en tulle, Weisheng Paris. Pantalon en polyester orange, Issey Miyake.

© Aurélie Giovannoni - Modèle Richard

Victor Bühlmann

FEMINA Quel est votre parcours?
Victor Bühlmann
Suite à l’école de culture générale en socio-pédagogie, j’ai suivi la formation CFC de photographe au CEPV. La formation supérieure m’a semblé être là suite idéale à mon cursus.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
J'ai travaillé directement sur l’objet et sur les lumières qui l’entourent. Le but étant de produire une image qui corresponde au ressenti que j’ai pu avoir au contact de ces objets particuliers.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Je n’avais pas d’apriori sur la photographie de mode. J’ai été ravi de découvrir ce travail en équipe.

17 / 20

Sac en plastique et corde upcyclés, Tom Van der Borght.

© Victor Bühlmann

Kevin Christinat

FEMINA Quel est votre parcours?
Kevin Christinat
Je suis architecte de formation avec plusieurs années d’expérience dans ce domaine. Mon rapport à l’image s’est modifié pendant mon activité d’architecte et l’envie grandissait en moi d’utiliser l’image non plus comme un outil de travail, mais comme moyen de communication. C’est à partir de ce moment que j’ai décidé d’entreprendre la formation supérieure de photographie de Vevey.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
Mon regard s’est tout de suite posé sur cette tenue très colorée et punchy. Rapidement, le choix d’un contexte urbain s’est imposé comme une réponse au dynamisme du vêtement. L’aspect minéral du béton, le mélange de lumière directe et artificielle permettent de mettre en valeur le caractère électrique de cet ensemble.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Il y a un lien étroit entre mode et architecture tant dans la notion d’espace que dans celle de l’échelle humaine. Je pense aussi que la manière de concevoir un objet spécifiquement pour une personne rend indissociable la manière de faire de ces deux domaines. atelier417.ch

18 / 20

Short noir en tissu technique brodé à la main, masque macramé en plastique et corde upcyclés et chaussures à plateforme en plastique et corde upcyclés, Tom Van der Borght. T-shirt en mesh extensible, en polyester, Boutet.

© Kevin Christinat - Modèle Daniela @Square Agency

Salem Memic

FEMINA Quel est votre parcours?
Salem Memic
Après l’école obligatoire, je me suis dirigé vers une année préparatoire en école de dessin à l’atelier Pierre Moor. Passionné par l’image, j’ai choisi une formation de graphiste à l’Eracom que je complète avec ma formation de photographe au CEPV.

Racontez-nous le concept de votre projet réalisé pour ce workshop?
L’idée était de photographier en studio, mais avec une lumière naturelle. L’espace dans lequel nous avons travaillé m’a permis de réaliser de belles images, sans devoir installer un set monstrueux de lumières. Le but était également de casser certains clichés en jonglant avec les habits proposés et les modèles.

Comment ce workshop a changé votre regard sur la photographie de mode?
Il n’a pas réellement changé l’image que j’avais de la photographie de mode. Il a bien reflété les ambiances que j’avais déjà pu observé. C’est-à-dire un studio regroupant différents corps de métiers, un désordre organisé qui me semblait plutôt agréable. instagram.com/glytchi.psd

19 / 20

Veste à manches courtes en coton et nylon, détails superposés tricotés. Jupe en laine et polyester avec tulle, Kolor.

© Salem Memic - Modèle Shankar
20 / 20

Robe rose en tissu technique avec étoile brodée à la main, Leandro Cano.

© Salem Memic - Modèle Otis

Stylisme Elin Bjursell. Coiffure Sachi Yamashita @Agence Saint Germain. Maquillage Hugo Villard @Agence Saint Germain.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Bruna vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E59: Une ode à la sieste

Dans vos écouteurs

E58: Une discussion sur le désir sexuel

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné