Femina Logo

En collaboration avec

Les pacifiques abeilles sauvages se chargent de la pollinisation

Les abeilles sauvages sont certes apparentées aux abeilles domestiques mais elles appartiennent à d'autres espèces. Beaucoup d'entre elles butinent de fleurs en fleurs et recueillent du pollen et du nectar pour nourrir le couvain. De plus, elles jouent un rôle important dans la pollinisation des arbres fruitiers. C'est d'autant plus important actuellement qu'il y a toujours moins d'abeilles domestiques. Notons par ailleurs que le dard des abeilles sauvages est si faiblement développé qu'il ne peut pas transpercer l'épiderme humain. De plus, ces hyménoptères sont extrêmement pacifiques.

Des papillons «résistent à l'hiver»

Les papillons ont de somptueuses livrées multicolores et ce sont des visiteurs de fleurs appréciés. Saviez-vous que sous nos latitudes les espèces telles que les vulcains, les paons-de-jour et les Robert-le-Diable passent l'hiver ici? En automne, ils cherchent des endroits bien abrités et secs, referment leurs ailes et ne se réveillent qu'au printemps. Il existe des espèces qui, comme la piéride du chou, peuvent survivre par des températures pouvant descendre jusqu'à - 20 degrés Celsius.

Les coccinelles se régalent de pucerons

Les coccinelles sont d'utiles habituées du jardin car elles dévorent d'innombrables pucerons. Après l'accouplement, la femelle pond au printemps quelque 400 oeufs sur la face inférieure des feuilles des plantes qui sont envahies par les pucerons. Les larves qui sortent des oeufs se nourrissent de ces pucerons. Au cours de sa vie, une larve peut en ingérer environ 400. Pour hiberner, les coccinelles ont besoin d'une couche de débris de feuillages ou d'écorces car sinon, le gel les ferait périr.

L'éclosion des "lions des pucerons"

Les chrysopes vertes avec leurs ailes aux fines nervures sont des insectes utiles appréciés des jardiniers car elles se nourrissent de pucerons, de thrips, de cochenilles ainsi que d'autres petits insectes. Une femelle pond entre 100 et 900 oeufs. Il en sortira des larves si voraces qu'on les appelle aussi "lions des pucerons". En deux à trois semaines, elles engloutissent entre 400 et 600 insectes qui, sinon, auraient attaqué les plantes du jardin. Pour surmonter l'hiver, elles cherchent un refuge dans les crevasses des arbres, dans les poutres du toit ou dans les hangars. L'été, elles se servent de ces abris durant la journée car elles ne commencent à déployer leur activité qu'à la tombée du jour et la nuit.

Les sphégiens contre les pucerons et les thrips

Il existe différentes espèces de sphégiens et leurs habitudes de vie sont très différentes. En relation avec l'hôtel pour insectes, nous n'évoquons que les plus petites variétés qui font leur nid dans du bois mort ou dans des tiges de plantes creuses ou garnies de moelle et qui nourrissent leurs larves avec des pucerons ou des thrips.

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.