Femina Logo

témoignages

«J'ai 8 ans et j'ai vendu des biscuits pour aider les enfants malades»

Sophie aide des enfats papillon 1

Sophie, 8 ans, depuis le mois de septembre, aimerait reconduire son opération «biscuits papillon».

«Je m’appelle Sophie, je viens d’avoir 8 ans et je suis en 4P, à Gollion (VD). Maintenant je n’ai plus le temps à cause de l’école, mais l’été passé j’ai fait et vendu des biscuits pour aider les enfants papillons* parce qu’ils me touchent beaucoup.

«J’enseigne aux enfants malades»

Comment j’ai eu cette idée? Avant les vacances, ma maman vendait des glaces au Cross Trott, à Cossonay (VD), et je l’ai accompagnée. Juste à côté d’elle, il y avait un stand où on pouvait créer des masques. J’adore le bricolage, alors je suis allée en faire un. Et là, on m’a dit que c’était pour aider des enfants papillons.

Ils ont mal tout le temps

Je ne savais pas ce que c’était, mais on m’a expliqué qu’on peut avoir cette maladie si les deux parents ont le gène et que ces enfants-là ont la peau qui se décolle. En fait, ils ont ça depuis qu’ils sont bébés et ils ont tout le temps mal. Même quand ils dorment.

Ça m’a beaucoup touchée parce que moi, j’ai la chance de ne pas être malade et que je peux participer à toutes sortes d’activités: je vais à l’école, je joue avec mes copains, je fais de la gym, des agrès, des bricolages, des dessins, je vais au culte de l’enfance et je peux donner quand je veux des câlins et des bisous à ma maman. Mais eux, non, à cause de la maladie, même ça ils ne peuvent pas parce que si on les touche ça leur fait très, très mal. Tout ce qu’on m’a dit, ça m’a vraiment décidée à entreprendre quelque chose pour eux.

D’abord, j’ai pris des sous dans ma tirelire et j’ai donné 20 francs à l’association – mais j’ai trouvé que ce n’était pas assez et je voulais donner plus. J’ai réfléchi et c’est comme ça que j’ai eu l’idée de fabriquer des biscuits en forme de papillon pour les vendre dans la boulangerie de mes parents. Ensuite, j’ai décidé que ce serait plutôt pour l’association Roxane parce que c’est une petite fille qui n’habite pas loin de chez nous et qu’on connaît parce que sa maman, c’était l’apprentie de la mienne. Moi, je ne l’ai jamais rencontrée, mais son histoire m’a beaucoup touchée.

Des pompiers et des animaux, réunis pour la bonne cause

Contente et fière

Alors bon, j’ai commencé à préparer des miroirs. Maman, papa et son ancien apprenti m’ont aidée pour la pâte mais c’est moi qui ai découpé les formes (il y avait des grands et des petits papillons), fait les petits trous, mis la confiture de framboise et le sucre glace. Et c’est aussi moi qui ai rempli les boîtes avec les différents formats. Je descendais tous les jours au magasin pour voir si ça partait bien, si je devais en refaire ou pas… et puis j’en ai aussi vendu quelques-unes moi-même!

En tout, j’ai rempli 69 boîtes et il n’en reste pas une!

En plus, quand on a ouvert la caisse que j’avais mise exprès (maman l’avait scotchée pour que personne ne puisse l’ouvrir et prendre les sous qu’il y avait dedans!), il y avait 520 francs: j’étais vraiment très contente et très fière! On a tout versé sur le compte de l’association Roxane et ça m’a vraiment plu. Surtout qu’après, j’ai reçu une carte postale avec une photo d’elle. Dessus, elle avait réussi à tracer un tout petit bout de dessin: même si elle avait mal aux doigts, elle a dessiné et ça, j’admire! Alors je l’ai mise dans mon sac pour la présenter à l’école et parler un peu des enfants papillons, de son histoire. Mes copains? Ils n’ont rien dit!

Ça me plairait bien de recommencer. Mais cette fois, ce sera pour tous les enfants papillons! Quand je serai grande? Ah! Je ne sais pas, je vais laisser venir l’avenir…

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina