Femina Logo

c'est votre histoire

«À 7 mois, ma fille a rejoint les étoiles»

«À 7 mois, ma fille a rejoint les étoiles»

«Je n’ai à aucun moment voulu rester focalisée sur la tragédie et m’apitoyer sur mon sort.»

© Corinne Sporrer

Je suis mère de trois enfants. Cyril et Loïc, sur terre, et Camille qui, à la suite de la négligence de notre nounou, a rejoint les étoiles il y a un peu plus de trois ans. Lorsque notre fille est décédée à l’âge de 7 mois, mon mari et moi avions l’impression que nous ne pourrions pas survivre à ce drame, que la douleur ne nous quitterait jamais. Nous avons rejoint un groupe de parole, Arc-en-ciel, composé de parents en deuil. Pouvoir échanger avec eux nous a donné beaucoup d’espoir. La résilience est possible, malgré la blessure.

Se concentrer sur l'instant présent

Après un décès, nous avons tous notre propre cheminement. Il n’y a pas une seule vérité, chacun va à son rythme après un tel choc. En ce qui me concerne, j’ai culpabilisé un certain temps après la mort de Camille. Puis j’ai compris que je n’étais pas toute puissante, que je n’aurais jamais pu anticiper l’enchaînement d’événements qui a abouti à ce drame. J’ai alors décidé de me concentrer sur l’instant présent. Je n’ai à aucun moment voulu rester focalisée sur la tragédie et m’apitoyer sur mon sort. J’ai consacré toute mon énergie à notre fils aîné ainsi qu’à reconstruire notre famille. Je me suis posé d’innombrables questions, j’ai lu beaucoup d’ouvrages.

Très vite, je me suis dit que je ne voulais pas être une victime et, après plusieurs mois, la colère a ainsi laissé place à l’apaisement.

Le décès de Camille a été une onde de choc pour tout notre entourage, et même au-delà. Des personnes que nous ne connaissions pas sont venues nous en parler, nous ont confié à quel point cela les avait bouleversés. Sa mort m’a poussé à me poser des questions existentielles, à tenter de définir ce que l’on faisait sur Terre. Je suis sortie du côté «tête dans le guidon», métro-boulot-dodo.

Nous avons eu la chance d’accueillir un troisième enfant: Loïc est venu agrandir notre famille, un an et demi après le départ de Camille. Montrer que l’on allait vers la vie, après la terrible épreuve qu’elle nous avait infligée, était essentiel pour mon mari et moi. Je me sens tellement chanceuse d’avoir Loïc dans ma vie. C’est un véritable cadeau: notre rencontre était une évidence. Il parle souvent de sa grande sœur, il nous explique qu’elle est dans le ciel, sur la Lune.

Après la naissance de Loïc, j’ai ressenti le besoin de rendre hommage à Camille du mieux que je pouvais. J’ai constaté que, dans notre société, on ne parlait pas assez de la mort, encore moins de celle d’un enfant. C’est tellement tabou que souvent les gens autour de nous n’osent pas aborder le sujet. Ils se disent qu’ils vont nous faire de la peine, raviver la douleur. Comme si on avait pu l’oublier ne serait-ce qu’un instant…

C’est difficile à vivre. On a l’impression que l’enfant qui est parti est abandonné, qu’il meurt une seconde fois.

Un hommage imprimé

Je me suis lancée corps et âme dans le projet du livre pour enfants Camille dans les étoiles. J’ai l’impression que Camille m’en a soufflé l’histoire. C’est aussi pour pouvoir parler d’elle d’une autre manière que j’ai réalisé cet ouvrage. Il la fait vivre différemment. Pour l’illustrer, je me suis associée à l’une de mes proches qui habite à Tokyo et dont j’admire les dessins. Elle a été difficile à convaincre, mais je suis tellement ravie du résultat! Je n’aurais pas pu entreprendre ce projet avec quelqu’un d’autre. Une amie était déjà venue me suggérer l’idée de ce livre quelques mois après le départ de Camille. Mais c’était alors trop tôt. J’étais en mode survie, ma priorité était de prendre soin de notre famille.

Tout le monde décrivait Camille comme un petit ange, mais moi je l’ai toujours vue comme mon étoile. Je suis fascinée par les mystères de l’univers, les planètes, la galaxie. Quand on y pense, on n’est rien, juste de minuscules grains de poussière. Quelques jours après le décès, j’ai écrit le texte pour la cérémonie d’adieux. Et déjà là, je parlais d’étoiles, de lumière.

Camille est née un 13 août, durant la période des pluies d’étoiles filantes. Elle est décédée en mars, quelques jours après le début du printemps. Elle a ainsi vécu les quatre saisons. Beaucoup de choses me ramènent au cycle de la vie, à l’éternité. Ça me donne du baume au cœur et me permet d’avancer. Je me suis toujours dit qu’il y avait quelque chose de plus que la mort, quelque chose que l’on ne voyait pas avec les yeux. Mais je n’avais jamais vraiment pris le temps de me poser plus de questions. Pour autant, je veille à bien garder les deux pieds sur terre, car on peut vite avoir tendance à avoir trop la tête dans les étoiles. C’est un équilibre à trouver. Il n’y a pas forcément besoin de traverser une telle épreuve pour réaliser ce qui est important ou non dans la vie. Mais, pour ma part, cela m’a fait faire un immense bond en avant.

Leçon de sagesse

Bien sûr, il y a encore des jours où je ne suis pas dans la gratitude, où je me plains pour des bêtises, où je suis fatiguée. Mais je remarque qu’il y a beaucoup de détails qui me passent au-dessus, que je concentre mon énergie sur des choses essentielles. Je profite de mes deux garçons, des moments simples, des balades en campagne. C’est une leçon de sagesse que Camille m’a apportée. Il m’arrive toutefois d’être triste lorsque je suis dans la nostalgie, que je me remémore ce qu’on a vécu avec elle, que je regarde ses photos et me souviens à quel point elle était un rayon de soleil.

C’est très bizarre, mais j’ai l’impression qu’après cette épreuve, je vais mieux vivre ma vie. Bien sûr, Camille me manquera toujours et j’aurais tellement aimé découvrir quelle petite fille elle aurait pu devenir.

Elle aura toujours sa place dans notre vie même si elle a vécu si peu de temps avec nous. Seulement, avant son décès inattendu et prématuré, j’avançais sans vraiment réfléchir. Ce drame m’a ramenée à l’impermanence des choses: il faut profiter de ce que l’on a, car rien ne dure, tout bouge et évolue. Cela peut sembler terrible à dire mais, aujourd’hui, je suis heureuse et je suis convaincue que la vie nous réserve encore de très belles aventures à ma famille et moi. Lors de nos dernières heures avec Camille, nous lui avons promis d’être heureux malgré tout, et je compte bien honorer cette promesse.

Pour commander l'ouvrage de Vanessa, rendez-vous sur le site internet Camille dans les étoiles.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina