Femina Logo

sexo

La «course à l’orgasme» me vole mon plaisir: comment retrouver lenteur et intensité?

Couple lit sexy amoureux rapports sexuels

La méthode «Karezza» s'oppose subtilement à la «course à l’orgasme»: son but n’est donc pas d’atteindre l’apogée du plaisir (au contraire!), mais de privilégier la douceur et le moment passé avec l’autre.

© Getty

Bonjour Camelia,

Je suis en couple depuis quelques années, et au lit tout se passe bien. Par contre, je trouve que mon copain veut toujours aller «trop vite»: il est du genre pressé et passionné. Moi, j’ai dû mal à atteindre l’orgasme ainsi, et je pense que cela me met la pression, comme si le fait d’avoir besoin de temps représentait un défaut. Du coup, impossible d’en avoir un! Je ne pense pas du tout que mon copain soit égoïste: en fait, il ne se doute de rien, puisque je n’ose pas lui en parler! Comment l’encourager à prendre le temps?

Claire

Ma très chère Claire,

Ah, comme votre question me fait plaisir! En 2018, alors que la société exige de nous une rapidité et une efficacité toujours croissantes, il est bien facile de se laisser emporter par la course effrénée qu’elle nous impose. On dirait même que nous en venons à marcher plus vite, à manger plus vite, à devenir incapables de regarder un film d’1h 30 jusqu’au bout…

Il serait si dommage que ce rythme atteigne la chambre à coucher. Surtout pour nous, les femmes, que la culture taoïste compare à l’eau, ayant besoin de temps pour se réchauffer (les hommes, quant à eux, sont simplement assimilés au feu qui brûle… quand même un peu cliché, selon moi!). Plusieurs études stipulent en effet que les femmes ont besoin d’une moyenne de 20 minutes pour atteindre l’orgasme. Ce n’est donc pas étonnant qu’un «quickie» (partie de jambes en l’air réalisée à la va-vite, par manque de temps) soit souvent insuffisant.

Oser en parler

La communication est essentielle, au sein du couple, et surtout lorsqu’il s’agit de relations sexuelles! Notre corps ne fonctionne jamais exactement comme celui de notre partenaire, et nos désirs ne sont pas identiques: chacun a ses préférences en matière de préliminaires, de positions, de rythme. Et vous savez déjà qu’il est impossible de deviner ce que souhaite l’autre, sans qu’il nous en informe!

N’hésitez pas à aborder la chose avec votre chéri, de façon diplomatique, sans lui faire de reproche, et sans vous montrer accusatrice. Mettez en avant l’aspect positif: plutôt que de déclarer «tu vas trop vite!», susurrez plutôt «j’adore, quand tu prends ton temps». Si le message ne passe pas, soyez légèrement plus claire, en lui expliquant que vous adorez faire l’amour avec lui, mais que vous aimeriez que les préliminaires durent plus longtemps. Parfois, l’être aimé ne réalise tout simplement pas qu’il ne satisfait pas tel ou tel désir!

Peut-être ce genre de discussion offrira-t-il une occasion à votre copain de vous faire part de ses propres préférences. S’il formule une remarque, ne le prenez pas mal. La discussion est constructive, et ne rendra vos relations sexuelles que plus satisfaisantes. Courage! À moins d’avoir été bénis par le hasard, tous les couples dotés d’une vie intime explosive sont passés par là.

Rapports sexuels: quelle est la bonne fréquence?

Se libérer de l’«orgasme à tout prix»

En lisant votre message, ma chère Claire, j’ai l’impression que vous considérez l’orgasme comme l’objectif absolu de vos rapports sexuels: l’absence de celui-ci, que vous considérez presque comme une forme d’échec, semble vous empêcher de profiter de vos ébats, et vous inflige une pression psychologique qui vous empêche peut-être de ressentir du plaisir. Et si vous arrêtiez tout simplement de vous focaliser sur ce phénomène, pour retrouver le simple bonheur de la fusion des corps?

Dans le cas où vous auriez toujours rencontré des difficultés à atteindre le septième ciel, peu importe la durée de vos rapports, je vous suggère de lire les réponses que j’ai proposées à d’autres jeunes femmes, confrontées à une situation similaire: la première s’inquiétait d’être concernée par l’anorgasmie, tandis que la seconde souhaitait connaître quelques pistes pour favoriser l’orgasme.

---> Anorgasmie: quelles solutions pour retrouver du plaisir?

---> Je n'arrive pas à avoir d'orgasme avec mon mec. Que faire?

Mais pour en revenir au sujet de la lenteur, qui semble vous concerner principalement, je souhaiterais vous parler d’une pratique sexuelle qui fait couler beaucoup d’encre, et qui pourrait inspirer davantage d'intensité à vos galipettes: il s’agit de la méthode «Karezza».

La «Karezza», c’est quoi?

Venant du terme italien «carrezza» (qui signifie tout simplement «caresse»), cette méthode date de 1931. Aujourd’hui, elle refait surface, à l’instar du sexe tantrique, car nous avons de plus en plus tendance à rechercher la lenteur et la pleine conscience, dont nos rythmes de vie nous ont dérobés.

Il s’agit d’une méthode qui s'oppose subtilement à la «course à l’orgasme»: le but n’est donc pas d’atteindre l’apogée du plaisir (au contraire!), mais de l’éviter, afin de prolonger les festivités, en privilégiant la douceur et le moment passé avec l’autre. En oubliant l’orgasme pour se focaliser sur des caresses toutes simples, nous finissons souvent par l’atteindre, presque «par accident»!

Augmenter son plaisir grâce au sexe tantrique: comment se lancer?

Comment on fait?

C’est tout simple: il suffit de se lover contre l’être aimé, et de se laisser aller, sans se lancer dans un véritable rapport sexuel. Très important: on se dit que l’orgasme n’a absolument pas lieu d’être dans cette pratique, et on tente même de le retenir. Les débutants peuvent commencer par caresser le dos de leur partenaire, recouvrir ses bras de baisers, explorer sa clavicule… Le but est de ne manquer aucun centimètre carré de peau, en prenant le temps qu’il faut.

Selon le créateur de la méthode, J.W. Lloyd, la pénétration est autorisée, mais seulement de façon très douce, très lente. De cette façon, le corps produira une dose importante d’ocytocine, l’hormone de l’amour, et de dopamine, qui est liée au plaisir. En plus de nous libérer de la pression de jouir et de nous rappeler qu'un rapport sexuel ne se résume pas à 8 secondes d'orgasme, la méthode renforce l’intimité du couple et favorise la communication.

Bien sûr, cette pratique requiert un peu d’entraînement: alors que les vrais initiés s’y addonnent parfois pendant de longs moments, il convient de commencer par s’y essayer durant quelques minutes, en tant que préliminaire.
Vous avez donc de quoi vous occuper, ma chère Claire!

Je vous souhaite bien du plaisir!

Camelia

Vous souhaitez poser une question à Camelia Sutra? N'hésitez pas à lui envoyer un petit mail. Anonymat garanti!

(Nous précisions que ces lignes ne sont pas rédigées par un sexologue.)

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.