Femina Logo

psycho

Scroller pendant des heures produit des symptômes de dépression

Scroller pendant des heures produit des symptômes de dépression

Il existe une corrélation entre l'utilisation passive des réseaux sociaux et des symptômes de dépression tels que le sentiment de solitude ou la fatigue.

© Getty

Cliquer sur un compte, admirer ses 250 dernières photos, jeter un coup d’œil aux Stories publiées, revenir à la page d’accueil pour checker les nouveautés… Vous aussi, vous perdez parfois de longues heures à vous balader sur les réseaux sociaux? Les conséquences (outre le sentiment de culpabilité qui vous ronge ensuite, #onconnaît), pourraient être plus sérieuses qu’il n’y paraît.

Ou comment déteriorer sa joie de vivre...

Lorsque nous scrollons pendant des heures sur nos smartphones, pour combler l'ennui, sans poster de photos ou de commentaires, il s'agit d'une consommation passive des réseaux sociaux. Une étude réalisée par l’Université d’Amsterdam prouve qu'il existe une corrélation entre l'utilisation passive des réseaux sociaux et des symptômes de dépression tels que le sentiment de solitude ou la fatigue. Publiée dans le journal «Experimental Psychology General», elle démontre que ce «passe-temps» réduit le bien-être affectif, altère le sentiment d'appartenance à un ou plusieurs groupes et détériore la joie de vivre.

IGTV, appels vidéos… toutes les nouveautés Instagram à connaître

Pour parvenir à de telles conclusions, l'équipe de scientifiques a observé 125 étudiants. Pendant 14 jours, les chercheurs ont mesuré leur utilisation passive des réseaux sociaux et l'ont comparée à leur bien-être. Les participants devaient répondre à des questions en lien avec la dépression à des heures fixes. L'équipe de scientifiques a découvert que lorsque les étudiants ressentaient un sentiment de mal-être, ils avaient tendance à prendre leurs smartphones pour utiliser les réseaux sociaux de manière passive.

En parallèle, les chercheurs ont réalisé que cette même utilisation avait des effets négatifs puisqu'elle entraînait des problèmes de concentration, augmentait la fatigue et développait le sentiment de solitude.

Un cercle vicieux à enrayer

Cette étude prouve que les plateformes digitales seules n'amènent pas spécifiquement à la dépression. Il s'agit plutôt d'un cercle vicieux, d'une influence mutuelle. Les réseaux sociaux créent des symptômes de dépression et réciproquement les sentiments de solitude et de tristesse poussent les individus à utiliser Instagram, Facebook et consorts de manière passive.

La prochaine fois que l’on a un coup de blues, essayons ainsi de garder nos smartphones éloignés. Et concentrons-nous sur des activités et des émotions qui nous ressourcent vraiment. Cap?

Souffrez-vous de FOBO, le syndrome renforcé par les réseaux sociaux?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview de Noël avec Juliane et Ellen

Vous entendez nos voix au début de chaque épisode, lorsque nous vous racontons ces petites anecdotes (véridiques) de notre quotidien. Ainsi, au moment de boucler la première saison de Tout va bien, on s'est dit qu'il était temps qu'on se présente pour de vrai, qu'on vous parle de nos goûts, de nos personnalités et de nos expériences. Pour vous remercier d'être de plus en plus nombreux à nous écouter chaque semaine!

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina