Femina Logo

Rencontrer Solange Dessimoulie, c’est être aussitôt enveloppée par son parfum lorsqu’elle vous embrasse chaleureusement. Un parfum signature, celui des produits Decléor, marque de cosmétiques qu’elle a fondée il y a 40 ans à Paris. Le mélange reste un secret, mais on y décèle des huiles essentielles précieuses, néroli, rose, peut-être une pointe de santal.

Dans les années 70, les huiles essentielles n’étaient pas encore utilisées à toutes les sauces comme aujourd’hui «où on en met jusque dans les lessives», déplore la sémillante sexagénaire. Esthéticienne de formation, Solange a appris la phytothérapie avec Maurice Messegué, et la gestuelle des soins de beauté à l’institut Payot, où Madame Payot fut l’une des premières à «déshabiller les femmes», c’est-à-dire leur prodiguer des soins de tout le corps et non pas seulement du visage.

Mais c’est surtout sa rencontre avec Caroline Colliard en 1978 qui va tout changer. Elève de Marguerite Maury et du Dr Valnet, pionniers de l’aromathérapie, Caroline était à la tête du centre d’Aromathérapie esthétique de Paris et venait de gagner un procès de 10 ans pour pouvoir utiliser le terme aromathérapie en cosmétique, jusque-là réservé à la médecine et à la pharmacie. C’est elle qui va formuler les premières «aromessences», élixirs qui sont toujours vendus.

Le détail qui compte

Car si les huiles essentielles existent depuis 6000 ans, voire 10 000, Decléor revendique un savoir-faire d’«artisan mélangeur». Tout est dans l’art de les associer pour obtenir le résultat voulu, parmi les centaines de variétés différentes et leurs innombrables molécules. «C’est le même schéma que lorsque vous demandez à votre belle-mère la recette de sa fameuse tarte aux pommes. Vous vouliez faire plaisir à votre mari, mais celui-ci évidemment trouve la vôtre moins bonne que celle de sa mère, s’amuse Solange. La différence tient souvent à un détail qui peut tout changer!»

La marque s’est développée et a résisté à toutes les crises pour devenir une référence dans la cosmétique aux plantes. Après de 70 ans, Solange n’a rien perdu de son énergie et œuvre toujours activement pour l’entreprise à laquelle elle a consacré sa vie. Ne lui parlez pas de retraite, c’est un mot très «sévère» pour elle, comme «senior». «Je n’ai pas l’impression de travailler, pour moi c’est une vocation, une mission transmettre ma vision de la beauté tant que je le pourrai»

Toujours en vadrouille, elle se rend dans le monde entier pour raconter la légende de sa marque, exportée dans 80 pays, légende qu’elle s’est attelé à raconter dans un livre. L’an dernier, elle a ainsi visité 18 pays! «J’ai de la chance car Decléor fait partie du groupe Shiseido depuis 2000. Or les Japonais respectent profondément les aînés, leur sagesse. Je ne suis pas sûre que je serais encore là sinon.»

Le secret de sa forme tient notamment à sa pratique des arts martiaux, qi gong et tai chi surtout. Une philosophie apprise aux contacts de grands maîtres qu’elle a transposée à la beauté. «Faire le vide dans sa tête, c’est très difficile, surtout aujourd’hui, avec les portables, Facebook etc. Mais c’est important de rester connectée avec soi, pour conserver son énergie. C’est une gymnastique quotidienne dont on ne peut rapidement plus se passer. Alors pourquoi ne pas la pratiquer au moment où on applique ses crèmes? Faites-le en conscience, en éliminant les pensées parasites, en vous concentrant sur vous, vous verrez la différence!» Sa vision de la beauté est également empreinte de cette sagesse «Regardez-vous dans le miroir avec indulgence. Chaque femme est une princesse. La beauté n’a pas de prix, elle ne s’achète pas, c’est une attitude intérieure qui s’entretient.»Ainsi, les soins Decléor se veulent holistiques, ils prennent en compte la femme dans sa totalité, les techniques d’applications s’appuient sur la réflexologie faciale, aucun point n’est stimulé gratuitement. Et à voir la peau et lamine rayonnante de sa fondatrice, on ne peut qu’acquiescer.

L'âme verte

Fille d’un pionnier de l’agriculture bio, végétarienne, Solange défend âprement les efforts de son entreprise en matière d’écologie. Conditions de travail des employés, matériaux utilisés, carton, encre, énergie, tout est contrôlé, raisonné, certifié, auprès des fournisseurs comme sur le site de production d’Argenteuil, en banlieue parisienne, récemment labellisé. Elle-même grande amoureuse de la nature, elle dit de son appartement parisien qu’il est «d’avantage fleuri que meublé ». Pour se mettre complètement au vert, elle possède une maison dans son Limousin natal. «Vous savez ce que les trois astronautes enfermés 18 mois dans une capsule pour préparer le voyage sur Mars ont dit à leur sortie? Ce qui leur avait le plus manqué, c’était la végétation. N’est-ce pas fantastique?»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina