Femina Logo

A 30 ans, elle a coupé ses longs cheveux blonds «pour avoir l’air plus mature». Raté! Elle se retrouve avec le look de Lisbeth Salander, l’héroïne de la saga Millénium, cheveux noirs hérissés, collier de chien et grosses chaussures montantes anglaises. Une ressemblance qu’elle assume, mais qu’elle n’a pas cherchée: «J’ai lu Millénium bien après, et c’est vrai qu’il y a quelques similitudes entre Lisbeth et moi presque perturbantes. Enfin, dans une certaine limite!»

Sarah Rozé a 33 ans, un passé de guitariste dans un groupe de metal et une carrière dans le tertiaire qui l’a amenée à travailler dans des secteurs variés, de la vente d’instruments de musique aux caisses maladie, en passant par la surveillance pénitentiaire et la téléphonie mobile. Aujourd’hui, elle doit mettre un frein à toutes ses activités à cause d’une cruelle maladie auto-immune, la sclérose en plaques. Mais ce n’est pas ça qui l’a poussée à écrire. Au départ, il y a une rencontre: Catherine, passionnée de littérature avec qui elle promène le chien de ses parents le samedi matin devient une sorte de mentor. «Cette femme très cultivée m’a ouverte à des genres littéraires que je n’aurais jamais explorés sans elle, notamment la littérature japonaise ainsi que les grands classiques. Elle me prêtait souvent des livres et puis un jour, elle m’a dit: à toi d’écrire maintenant!»

Les débuts ne sont pas évidents. Sarah s’impose un rituel, écrire au moins une demi-heure en rentrant du boulot le soir. Résultat, une vingtaine de pages seulement en quatre mois… Il a fallu un accident de moto et une opération du genou qui l’immobilise pour qu’elle s’y mette à fond et ponde en un mois les 420 pages restantes. Sarah avoue s’être laissé emmener par ses personnages et l’histoire élaborée au fur et à mesure jusqu’à un dénouement qu’elle-même n’avait pas imaginé au départ.

Sans détruire le suspense, Une chambre blanche pour une existence noire raconte le combat d’un petit garçon de 7 ans hospitalisé pour une maladie inconnue qui le tue peu à peu. Secrets de famille et sciences occultes plombent son quotidien et celui de sa très jeune maman qui l’élève seule. Le foisonnement de détails rend très crédible cette histoire basée sur des éléments fantastiques. On s’attache aux protagonistes, surtout à Eva, jeune femme d’aujourd’hui qui compose avec le statut de mère célibataire, un job pas toujours drôle et des sorties entre copines déjantées pour décompresser.

Blog fédérateur

Pourquoi un petit garçon comme héros, et pourquoi avoir choisi Paris pour décor? Parce que cela devait être ainsi! Sarah n’avait rien planifié. En prenant la plume, elle espérait arriver au bout d’une nouvelle, elle a finalement accouché d’un pavé format polar. Après avoir cherché une maison d’édition, elle a trouvé des conditions qui lui convenaient auprès de Bénévent. En racontant toutes les étapes et ses états d’âme sur un blog, Sarah a fédéré une petite communauté empathique autour d’elle qui s’est ruée sur son roman dès sa sortie. Encore une surprise pour celle qui s’avoue volontiers agoraphobe et apprécie de vivre cloîtrée dans sa petite bulle.

La nouvelle écrivaine ne compte pas en rester là et travaille déjà sur deux nouveaux scénarios, dont une suite à Une chambre blanche… Les ambiances sombres et les références aux milieux gothique et metal resteront sa marque de fabrique. Quant à l’écriture, elle agit comme un baume apaisant: «Il n’y a que lorsque j’écris que la fatigue due à ma maladie disparaît.»

«Une chambre blanche pour une existence noire», de Sarah Rozé, Ed. Bénévent, 438 p, en vente chez Payot et sur amazon.fr, notamment.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina