Femina Logo

news people

Michelle Williams: «Préserver ma fille est la chose la plus importante pour moi»

Michelle Williams actrice 2018

«[Je souhaite que ma fille] soit indépendante et reconnue pour ses qualités et ses compétences, quel que soit le chemin qu’elle choisira. J’espère que ces prochaines années, nous progresserons sur le chemin de l’égalité hommes-femmes, même si je ne suis pas dupe: ce chemin est encore très long.»

© Getty

Son actu

«Tout l’argent du monde», réalisé par Ridley Scott, est actuellement sur les écrans romands. Le film relate l’histoire vraie du kidnapping de John Paul Getty III, survenu à Rome en 1973.

Son don inattendu

«Les accents. Cela peut me prendre des semaines de travail, mais j’adore en changer pour jouer différents rôles. Cela me donne encore plus l’impression d’être une autre personne dans un film.»

Ce qui la dope

«J’ai besoin d’être créative dans tous les aspects de mon travail, que ce soit devant une caméra ou devant l’objectif d’un photographe.»

Un bon moment

«Sur le tapis rouge des Golden Globes avec Tarana Burke, une femme admirable qui a créé le mouvement #MeToo. Elle était tellement drôle. C’était bien plus fun que de poser sur un tapis rouge toute seule.»

Portrait

Au cinéma, Michelle Williams incarne Gail Getty, mère de John Paul Getty III, prête à tout pour retrouver sain et sauf son fils qui a été enlevé contre une énorme rançon. «Tout l’argent du monde», le dernier film de Ridley Scott, en salles actuellement, est basé sur une histoire vraie, celle du drame qui a frappé la richissime dynastie des Getty. Une histoire qui avait défrayé la chronique dans les années 1970. «Incarner cette femme forte, qui cache ses émotions en public, mais qui se bat pour son enfant, c’était une chance pour une comédienne comme moi», confie-t-elle. Côté vie privée, l’Américaine, plutôt timide et réservée, fait tout pour vivre loin des médias et s’occupe de sa fille, Matilda, 12 ans, dont le père est l’acteur Heath Ledger, décédé d’une overdose il y a dix ans.

«Préserver ma fille est la chose la plus importante pour moi, raconte Michelle Williams. Je suis prête à tous les sacrifices pour Matilda. L’imaginer suivre mes traces n’est pas une chose qui m’enchante et je ne ferai rien pour l’encourager, car j’ai connu des débuts dans le métier, dont je garde de mauvais souvenirs. Entre 12 et 14 ans, avec mes parents, on faisait régulièrement le voyage de San Diego à Los Angeles, où j’enchaînais les auditions sans décrocher un seul rôle. C’était un véritable cauchemar. J’étais déterminée à être comédienne, mais j’ai été rejetée de la pire manière qui soit, à l’adolescence, un âge où l’on doute de tout.»

A Hollywood à 15 ans

Mais il en faut plus pour que la jeune Michelle Williams perde courage. A 15 ans, elle demande son émancipation et s’installe, seule, à Hollywood, dans une résidence de vacances longue durée. Elle commence enfin à jouer la comédie avec des apparitions dans des feuilletons. Puis, à 17 ans, elle est engagée dans la série «Dawson», devenue aujourd’hui culte, où elle tient un des premiers rôles, aux côtés, notamment, de Katie Holmes et Joshua Jackson. «Entre l’enfance et l’entrée dans le monde adulte, j’ai vécu des années complexes. Je refusais de laisser paraître mes doutes, surtout face à des gens plus âgés.»

Quelle place pour les femmes réalisatrices, à Hollywood?

Comme de nombreuses affaires de harcèlement sexuel ont été révélées à Hollywood, ces derniers temps, on ne peut s’empêcher de lui demander si elle a été confrontée à ce genre de situation. «J’ai connu beaucoup de gens que j’aurais préféré ne jamais croiser, se souvient-elle, mais j’étais une fille qui essayait de trouver sa place dans l’existence. J’avais un métier qui me passionnait, mais j’ignorais tout de la vie. J’avais peur qu’en disant «non», tout s’arrête…» L’actrice se cache derrière sa timidité pour ne pas en dire plus. «C’était une autre époque, il y a presque deux décennies. Ça concernait une autre fille que la femme que je suis devenue.» En a-t-elle parlé à sa fille? «J’ai toujours pensé que je devrais un jour expliquer à Matilda comment se protéger face aux dangers. Et j’espère que le mouvement initié par #MeToo, en réaction aux agressions sexuelles, donnera la chance aux jeunes générations de grandir dans un monde meilleur.»

«Time» met à l'honneur celles qui ont brisé le silence

La cause des femmes

Sinon, que souhaite-t-elle pour sa fille? «Qu’elle soit indépendante et reconnue pour ses qualités et ses compétences, quel que soit le chemin qu’elle choisira. J’espère que ces prochaines années, nous progresserons sur le chemin de l’égalité hommes-femmes, même si je ne suis pas dupe: ce chemin est encore très long.»

L’actrice parle d’expérience: pour refaire des scènes du film de Ridley Scott, elle a touché moins de 1000 dollars pour 9 jours de tournage, alors que Mark Wahlberg, son partenaire masculin, a empoché 1,5 million pour le même job. Un écart incroyable, que le comédien a voulu corriger en donnant – au nom de sa collègue – la totalité de la somme qu’il a touchée à Time’s Up, un fonds pour la défense de victimes de harcèlement sexuel. «J’apprécie son geste, et je remercie aussi toutes les actrices qui m’ont apporté leur soutien, commente Michelle Williams. Mais cette histoire ne parle pas que de moi: elle apporte surtout la preuve que les femmes peuvent faire changer les choses si elles s’unissent pour parler.»

Alors que Michelle Williams se lève pour quitter la pièce, on revient sur son image de star plutôt introvertie, ce qui déclenche… un fou rire de sa part: «Vous savez quoi? J’ai pris l’habitude, adolescente, de garder les choses pour moi, car cela m’évitait de sortir des bêtises. A 37 ans, j’ai toujours cette habitude de ne pas en dire trop et d’éviter les trucs inutiles!»

«Tout l'argent du monde»: Mark Wahlberg a été payé 1500 fois plus que Michelle Williams

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.