Femina Logo

Selon, l’Office fédéral de la statistique, en 2000, 86% des ménages étaient parti en vacances. Ce nombre a baissé depuis, puisque la part des familles à partir en vacances n’était plus que de 79% en 2010. Ce qui peut pourtant surprendre c’est de savoir que les raisons financières ne sont invoquées que pour 27% des répondants en 2010. Ainsi, les suisses ne partiraient pas en vacances simplement parce qu’ils n’en ont pas envie.

Les destinations les plus prisées

Les pays que privilégient les familles helvétiques sont l’Espagne, la Grèce, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, le Portugal, l’Egypte et la Turquie. Pour ce qui est des séjours en Suisse, ce sont les alémaniques qui sont les plus nombreux à visiter notre beau pays. Ceux-ci semblent apprécier les vacances « à la maison », en effet ils sont 42% à y rester. De leur côté, les suisses romands et les tessinois privilégient leur pays voisin, respectivement la France et l’Italie.

Le balnéaire a la cote

Les Suisses aiment la mer. Malgré un penchant pour notre propre pays, randonnées en montagne et balades le long des lacs, les Helvètes, lorsqu’ils partent en vacances, apprécient le dépaysement et le repos. En effet, les destinations balnéaires sont les plus prisées. Arrivent ensuite, les séjours à la montagne et en ville.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E25: Vieillir en aimant son corps

Comment accepter les signes du temps qui ancrent sur notre peau chacun de nos rires, chacune de nos peines et les grands bouleversements de notre vie? Dans cet épisode, une psychologue nous aide à faire preuve de bienveillance envers nous-mêmes et à comprendre les changements qui accompagnent le passage des années. Pour s'accepter et s'aimer tels que nous sommes!

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina